Beaucoup vont sécher les cours pour y participer : les jeunes descendent dans la rue vendredi pour une “grève pour le climat” et ils seront nombreux, à travers toute la planète.

La jeune suédoise Greta Thunberg lors d'une d'une manifestation pour le climat à Paris, en février 2019.
La jeune suédoise Greta Thunberg lors d'une d'une manifestation pour le climat à Paris, en février 2019. © Maxppp / Julien de Rosa

C’est l’adolescente suédoise Greta Thunberg qui a inspiré, il y a déjà plusieurs semaines, l’idée d’une mobilisation inédite des jeunes à travers toute la planète, pour la défense du climat. Jusqu’à présent, dans plusieurs pays, des rassemblements plus ou moins importants avaient lieu les vendredis : en Belgique, en Allemagne, en Suisse, en Suède, etc. 

Mais ce vendredi l’appel est mondial et ne date pas d’hier : de nombreux rassemblements ont eu le temps de s’organiser. Une “grève mondiale pour l’avenir” devrait mobiliser de (très) nombreux lycéens et étudiants un peu partout sur la planète. Cette journée s’inscrit à la veille de marches pour le climat, samedi, à l’appel d’une centaine d’Organisations non gouvernementales et au lendemain du dépôt auprès du tribunal administratif de Paris d’un recours contre l’État français pour inaction climatique par plusieurs ONG.

En France, plus de 200 manifestations prévues

Selon les données du site Fridayforfuture.org, on note au total plus de 200 rassemblements de jeunes prévus à travers le pays ce vendredi : de Pau à Strasbourg, de Brest à Nice, de Montpellier à Boulogne, en passant évidemment par Bordeaux, Paris et même… la Souterraine dans la Creuse. 

Pour la plupart des événements, des pages Facebook ou Instagram ont été créées (voir notre carte) afin d’organiser les rassemblements. “Plus on sera nombreux, plus on convaincra” écrit par exemple la page de la manifestation de Montluçon. Difficile, en revanche, d’avoir une idée du nombre de jeunes gens qui vont descendre dans la rue. Les petits événements ne regroupent que quelques dizaines de personnes. 

À Strasbourg, par exemple, le rassemblement prévu place Kléber en début d’après-midi intéresse près de 5 000 personnes sur Facebook, environ 1 300 personnes se disent certaines de s’y rendre. À Marseille, l’événement donne le programme et surtout le ton : “Nous ne défendons pas la nature, nous sommes la nature qui se défend”. Enfin à Paris, le rendez-vous à 13 heures près du Panthéon, près de 20.000 personnes sont intéressées par l’événement dont 5000 qui assurent de leur présence. 

Tardivement annoncés par le ministre de l’Éducation, des débats sur le climat dans les lycées (vendredi entre 16 et 18 heures) viennent parasiter cette journée d’action prévue de longue date par endroits. Les proviseurs expliquent aussi avoir beaucoup de mal à les organiser dans leurs établissements : “En ce moment, on fait passer des bacs blancs, on termine les inscriptions sur Parcoursup (la plateforme de voeux universitaires, ndlr) et c'est aussi la période des conseils de classe. Ce n'est pas au ministre de programmer notre agenda”, raconte une proviseure lyonnaise à l’AFP. D’autant que beaucoup d’élèves ont d’ores et déjà choisi de sécher une partie de la journée pour rejoindre les manifestations pour le climat

Forte mobilisation mondiale, notamment en Europe

Selon le recensement effectué par le site Fridayforfuture.org, près de 2000 événements doivent avoir lieu vendredi à travers le globe. Mais comme le montre notre carte, la mobilisation de ce 15 mars devrait être la plus massive en Europe et aux États-Unis. 

212 rassemblements en France, 201 en Allemagne, 200 en Italie, 168 en Suède, 150 au Royaume-Uni : l’Europe est effectivement mobilisée en force. On en compte 182 aux États-Unis, une centaine en Amérique du Sud, une soixantaine au Canada, une cinquantaine en Australie et une trentaine en Inde

De Sydney à Paris, de Rio à Montréal, de Hong Kong à New Dehli, les lycéens et étudiants se préparent en tout cas à quitter leurs salles de classe. “Nous faisons grève pour dire à nos gouvernements de faire leurs devoirs et de nous montrer des preuves !”, dit l'appel publié sur Facebook. 

“On est en train de foncer dans le mur” estime une lycéenne belge

Bien sûr, il y en a qui ne nous prennent pas au sérieux, en disant qu'on est jeune et qu'on ne sait pas de quoi on parle”, estime une lycéenne belge de 18 ans, interrogée par l’AFP. “Moi je leur dis que justement on s'informe, et en s'informant on a remarqué qu'on était loin de nos buts (...), qu'on est en train de foncer dans le mur”, ajoute la jeune femme. 

Les gens n'ont pas encore réalisé que la situation environnementale est tellement critique qu'elle nécessite une grève des étudiants”, alerte de son côté une étudiante qui organise la timide mobilisation au Japon. Plusieurs maires de l'alliance C40 des grandes villes pour le climat, comme Paris et Milan, ont eux apporté leur soutien aux jeunes.  

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.