Dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux lundi, une vingtaine de vidéastes s'engagent en faveur d'actions concrètes pour le climat. Leur vidéo, partagée plusieurs dizaines de milliers de fois, est associée à un site Internet qui veut tenter de créer un gigantesque lobby citoyen.

La vidéo réunit une vingtaine de youtubeurs et de youtubeuses autour de la question du climat
La vidéo réunit une vingtaine de youtubeurs et de youtubeuses autour de la question du climat © Capture d'écran

"Pour le climat et la biodiversité, il est encore temps" : c'est ce que l'on peut lire sur l'écran de titre de la vidéo postée lundi par une vingtaine de YouTubeurs influents, parmi lesquels figurent certaines personnalités très suivies comme Usul, Léa Camilleri, Mathieu Sommet, Max Bird, ou encore la chaîne "Partager c'est Sympa", à l'origine de l'initiative. 

La vidéo, postée le jour de la publication par le Giec d'un rapport alarmant sur l'augmentation des températures, est très didactique, explique les risques qu'implique une augmentation nette de la température, et appelle surtout à mener des actions concrètes pour le climat. 

Outre un appel à participer aux marches sur le climat qui auront lieu le 13 octobre, la vidéo est associée à un site nommé "Il est encore temps". Un site qui pointe vers diverses actions concrètes pour la protection de l'environnement : des pétitions (par exemple contre le projet de mine "Montagne d'Or" en Guyane), des actions participatives (comme une opération collaborative de recensement des espèces végétales ou animales), etc. 

1 min

"Il est temps" : de nombreuses ONG applaudissent ce coup de pouce

Par Delphine Evenou

Sur YouTube, la vidéo a été vue plus de 150 000 fois, et 6,2 millions sur Facebook, avec plus de 47 000 partages. 

Ce n'est pas la première fois que les artistes de YouTube s'impliquent en faveur du climat : en 2015 pour la COP21, une initiative similaire avait déjà eu lieu : "Break the Internet", avec Nicolas Hulot en invité surprise. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.