Le Parlement européen examine un texte prévoyant l'interdiction de produits jetables en plastique. Pailles, coton-tiges, couverts, tiges pour ballon... Autant de déchets potentiels qui finissent aujourd'hui leur vie dans les océans (ils représentent 70 % des déchets retrouvés en mer).

L'Europe veut interdire une dizaine de produits en plastique jetables
L'Europe veut interdire une dizaine de produits en plastique jetables © Maxppp / Julio Pelaez

Des pailles, des assiettes, ou encore des gobelets et barquettes en polystyrène expansé (ce plastique un peu mou et épais très répandu dans la restauration rapide)... Le texte propose d'interdire une dizaine de produits en plastique à usage unique. Il prévoit aussi de réduire de façon significative l'utilisation de certains emballages.

Pour l'association Zero Waste, c'est une avancée. Laura Chatel, l'une de ses portes-paroles, rappelle que "d'habitude, on s'attaque surtout au recyclage, on veut améliorer les taux de recyclage... Là, pour la première fois, on a vraiment des mesures qui visent à baisser notre consommation de plastique à usage unique."

Au total, 15 produits du quotidien sont visés par ces mesures allant de l'interdiction pure et simple (coton-tiges, pailles, couverts en plastique...), à des objectifs de réduction progressive (gobelets, contenants pour vente à emporter...), en passant par la création de filières REP (responsabilité élargie du producteur, autrement dit quand celui-ci doit gérer les déchets issus de produits qu'il a lui-même fabriqués). Cela concernerait par exemple les mégots, lingettes ou filets de pêche.

Neuf bouteilles sur dix devront être collectées en 2025

Jusqu'au vote, l'industrie plastique et agroalimentaire va tenter de limiter la portée de ce texte européen. Jean Hornain dirige la société Citeo (créée par les entreprises dont Danone et McDonald's pour organiser le recyclage des emballages plastiques et papier en France), et il se méfie des interdictions : "Il y a un certain nombre de choses pour lesquelles on a des produits de substitution, alors utilisons-les ! Je pense qu'il faut être un tout petit peu plus fins que de dire qu'on est pour ou contre le plastique. Dire demain qu'on va interdire le plastique, ça pose un certain nombre de questions."

Dès lors qu'on peut le mettre dans une poubelle de tri et le recycler, je ne vois pas de raison de l'interdire...

Un argument qui ne convainc pas Zero Waste, qui assurent que "raisonner uniquement en termes de recyclage ne suffit pas : beaucoup de ces objets ne sont tout simplement pas recyclables".

Autre obligation, si ce texte européen est voté, 90 % des bouteilles en plastique devront être collectées d'ici 2025, et les fabricants de cigarettes devront financer une filière de collecte et de recyclage des mégots. D'après le rapporteur du projet de directive, le filtre à cigarette est l'un des déchets plastiques les plus fréquents sur les plages.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.