Colin O'Brady, un Américain de 33 ans, vient de réaliser un exploit : traverser l'Antarctique seul et sans assistance en 54 jours. Avant lui, personne n'avait réussi un tel exploit.

Vue satellite de la Barrière de Ross, où Colin O'Brady a achevé son périple ce mercredi
Vue satellite de la Barrière de Ross, où Colin O'Brady a achevé son périple ce mercredi © AFP / HO / NASA

C'est un voyage de 1 600 kilomètres qu'a réalisé Colin O'Brady. Le 3 novembre dernier, il quitte le campement de Union Glacier, au nord de l'Antarctique et fait route vers le pôle Sud qu'il atteint le 12 décembre avant d'arriver à la barrière de Ross ce mercredi 26 décembre.

Un périple que cet Américain de 33 ans a bouclé en 54 jours, seul et sans assistance. Personne avant lui n'avait réussi une telle traversée, excepté le Norvégien Borge Ousland qui, en 1997, avait parcouru 2 840 kilomètres en 64 jours en Antarctique, aidé par un parafoil (un cerf-volant qui ressemble à un parapente).

Pour cette traversée, Colin O'Brady était équipé de ses skis de fond et de son traîneau de 180 kilos, chargé de matériel et de vivres. Une aventure qu'il a partagée sur son site internet et sur les réseaux sociaux. Chaque jour, il y raconte les conditions extrêmes, le froid, le vent, la solitude, la peur de mourir jusqu'à cette joie immense à l'arrivée. L'Antarctique est le continent le plus froid de la planète, il y fait en moyenne entre -20 et - 55 degrés Celsius.

View this post on Instagram

Day 54: FINISH LINE!!! I did it! The Impossible First ✅. 32 hours and 30 minutes after leaving my last camp early Christmas morning, I covered the remaining ~80 miles in one continuous “Antarctica Ultramarathon” push to the finish line. The wooden post in the background of this picture marks the edge of the Ross Ice Shelf, where Antarctica’s land mass ends and the sea ice begins. As I pulled my sled over this invisible line, I accomplished my goal: to become the first person in history to traverse the continent of Antarctica coast to coast solo, unsupported and unaided. While the last 32 hours were some of the most challenging hours of my life, they have quite honestly been some of the best moments I have ever experienced. I was locked in a deep flow state the entire time, equally focused on the end goal, while allowing my mind to recount the profound lessons of this journey. I’m delirious writing this as I haven’t slept yet. There is so much to process and integrate and there will be many more posts to acknowledge the incredible group of people who supported this project. But for now, I want to simply recognize my #1 who I, of course, called immediately upon finishing. I burst into tears making this call. I was never alone out there. @jennabesaw you walked every step with me and guided me with your courage and strength. WE DID IT!! We turned our dream into reality and proved that The Impossible First is indeed possible. “It always seems impossible until it’s done.” - Nelson Mandela. #TheImpossibleFirst #BePossible

A post shared by Colin O'Brady (@colinobrady) on

Double exploit

Colin O'Brady est un homme de défi. Le matin de Noël, alors qu'il prépare son porridge pour le petit-déjeuner, lui vient une idée. Et s'il terminait son voyage - il lui reste alors 125 kilomètres à parcourir - d'une seule traite ? Un pari qu'il relève 32 heures plus tard, passées sans dormir.

Un exploit, peut-être même un miracle pour cet ancien triathlète à qui les médecins avaient dit il y a 10 ans qu'il ne remarcherait jamais normalement, après un accident lors duquel Colin O'Brady avait été gravement brûlé aux jambes. Il y a deux ans, Colin O'Brady avait battu un autre record, celui du plus rapide grimpeur des sept sommets : en 132 jours, il avait escaladé les sommets les plus élevés des sept continents, dont l'Everest.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.