Le plan "Écophyto 2" vise à faire baisser la quantité de pesticides utilisée de 25 % en 2020 et 50 % en 2025, par rapport aux chiffres du début de la décennie. Mais, après une baisse en 2016 (-2,2 %), le chiffre repart à la hausse en 2017 (+0,3 %). Les plus dangereux, en revanche, sont en recul.

Utilisation de pesticides dans un champ en 2016 près de Lille
Utilisation de pesticides dans un champ en 2016 près de Lille © AFP / Denis Charlet

Le plan avait été lancé en urgence à l'été 2017 : "Écophyto 2", successeur de deux plans lancés en 2008 et 2015 (et qui ont été deux échecs), est censé faire baisser de manière drastique l'utilisation de pesticides dans l'agriculture française. Avec deux chiffres forts : -25 % en 2020 par rapport à 2008, -50 % en 2025. Les chiffres révélés par Les Echos lundi matin sont très inquiétants.

Les pesticides ont été un peu plus utilisés en 2017 qu'en 2016, selon les chiffres du projet de loi de finances 2019. Ces derniers annoncent même un nouvel échec, puisque le texte abaisse déjà discrètement les prévisions pour 2018 à 83,4 millions d'unités de pesticides utilisées.

Plus de pesticides, mais moins de pesticides dangereux ?

Pour le gouvernement, cette contre-performance est à relativiser. Dans des documents budgétaires du printemps dernier, toujours selon les Echos, il assure que si le chiffre global d'utilisation de pesticides est en hausse, le recours aux substances les plus dangereuses est bel et bien en baisse : -6 % pour les "substances cancérogènes, mutagènes et reprotoxiques (CMR) de catégorie 1 (potentiel cancérogène avéré)". Mais avec, dans l'autre sens, un boom de +6 % aussi pour les "CMR de catégorie 2 (potentiel cancérogène supposé)".

Autre explication à ce faux départ, selon le projet de loi de finances de l'année précédente : une première année où le plan Écophyto 2 a connu des petits problèmes de démarrage. Certains de ses dispositifs n'ont ainsi pas été mis en place aussi vite que prévu (le gouvernement évoquait alors "des difficultés juridiques" comme "l'annulation par le Conseil d'État" de la base légale d'une partie des mesures).

En matière de lutte contre les pesticides, la France part de très loin. Le premier plan Écophyto, lancé en 2008 et qui visait une diminution de 50 % en dix ans, avait abouti à l'exact inverse de cet objectif : le site Reporterre estime notamment qu'en Ile-de-France, on a connu, de 2008 à 2015, une augmentation de 22 % d'utilisation de produits phytosanitaires.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.