L'Antarctique fond de plus en plus vite, y compris dans des régions relativement épargnées jusqu'à présent. Cette fonte est six fois plus rapide aujourd'hui qu'il y a 40 ans. Elle contribue à l'augmentation du niveau des océans.

Depuis les années 80, l'Antarctique a perdu plus de 4700 milliards de tonnes de glace
Depuis les années 80, l'Antarctique a perdu plus de 4700 milliards de tonnes de glace © AFP / MARIO TAMA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA

C'est un peu comme si la machine à fabriquer des glaçons s'emballait. Avec le réchauffement climatique, les icebergs qui se détachent de l'Antarctique sont de plus en plus nombreux.  Ils s'éloignent, se brisent et fondent dans l'océan.

Dans les années 80, l'Antarctique perdait en moyenne 40 milliards de tonnes de glace par an. De 2009 à 2017, la quantité a atteint 252 milliards de tonnes chaque année. 

Cette nouvelle évaluation de la masse glaciaire du continent blanc est publiée ce lundi dans la revue de L'Académie américaine des sciences (PNAS). Les chercheurs ont mené l'enquête sur quatre décennies dans 18 régions de l'Antarctique grâce à des photos aériennes prises par des avions de la NASA, ainsi que des images radars provenant de satellites.  Jérémie Mouginot, chercheur au CNRS et co-auteur de l'étude résume : "On a comparé les précipitations de neige, avec la décharge de glace par les glaciers dans l'océan". Si l'on compare l'apport et la perte, "on s'aperçoit qu'on perd six fois plus rapidement de masse glaciaire qu'avant". Le phénomène se produit surtout dans l'Ouest de l'Antarctique (la partie tournée vers l'Amérique du sud) mais plus inquiétant, les scientifiques se sont aperçus que des zones situées dans l'Est, autrefois épargnées, sont désormais concernées.

Des régions de l'Est de l'Antarctique qu'on croyait relativement épargnées perdent désormais beaucoup de glace
Des régions de l'Est de l'Antarctique qu'on croyait relativement épargnées perdent désormais beaucoup de glace / Jérémie Mouginot - CNRS

Une montée de 1,4 cm du niveau des océans 

L'explication : le réchauffement climatique. Pas tant parce qu'il fait plus chaud comme au pôle Nord, mais parce que l'océan se réchauffe et accélère le mouvement des glaciers de l'Antarctique. "Ce n'est pas quelque chose de linéaire" explique Jérémie Mouginot "Il va parfois y avoir un courant d'eau chaude qui va aller le long des glaciers. et après, de nouveau, une période froide. Il y a quand même beaucoup de variabilité. Mais globalement l'accélération des glaciers vers l'océan est liée à des intrusions d'eau chaude".  

Cette fonte des glaces du continent blanc a provoqué une augmentation du niveau de la mer de 14 millimètres depuis les années 80. Un chiffre modeste mais qui pourrait exploser compte tenu des réserves de glace du Pôle Sud.  Si rien n'est fait pour limiter le changement climatique, la fonte de l'Antarctique pourrait faire augmenter de plusieurs mètres le niveau des océans dans les prochains siècles avec des conséquences dramatiques pour les centaines de millions de personnes qui vivent le long des côtes.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.