Du haut de ses 90 ans, le plus célèbre des astrophysiciens n’a rien perdu de sa vitalité. Invité de La Bande Originale, Hubert Reeves tire une sonnette d’alarme concernant l’avenir de la planète. "La fureur de vivre", son dernier ouvrage, oscille entre réflexion érudite et médiation sur les mystères de l’existence.

Hubert Reeves il faut agir pour la planète et ne pas céder au désespoir
Hubert Reeves il faut agir pour la planète et ne pas céder au désespoir © Getty / Jean-Luc Petit

Nagui : "Hubert Reeves nous raconte tout sur le cosmos depuis le Big bang jusqu’à la fin plausible de notre planète … "

Astrophysicien et vulgarisateur de génie, Hubert Reeves a exercé comme conseiller scientifique à la NASA et comme directeur au CNRS. Il  a publié plusieurs ouvrages de références tel Patience dans l’azur et Poussières d’étoiles. Avec son charmant accent québécois, il défend passionnément la nécessité d’éduquer les générations futures à l’écologie.

En couverture de son livre : La Fureur de vivre, paru au Seuil, Hubert Reeves enlace tendrement un bébé, une image qui nous incite à penser au devenir de la planète, et aux générations futures.

Regarder les étoiles, c’est voir le passé

Champ de Tournesol face à la voie lactée
Champ de Tournesol face à la voie lactée © Getty / Marcos del Mazo

"Nous sommes nés de la poussière d’étoile, nés de chocs entre divers atomes, il n’y a pas de génération spontanée. Lorsque l’on scrute la voie lactée, on regarde des années avant nous, c’est le passé que l’on regarde." Explique Nagui, lecteur d'Hubert Reeves.

HR : "Si vous regardez une galaxie lointaine, étant donné que la lumière met des milliards d’années pour arriver jusqu’à nous, vous voyez le passé… C’est l’intérêt de l’astronomie, c’est une machine à remonter le temps ! si vous voulez voir comment était le monde il y a tant d’années vous regardez  quelque chose qui est à la distance correspondante."

Le mystère des origines demeure

Illustration du Big Bang
Illustration du Big Bang © Getty / All about space Magazine

" Quand la terre est née il y a quatre milliards d’années, c’était une boule de lave incandescente, donc il n’y avait pas de vie. Nous savons que quelques centaines de millions d’années plus tard, elle fourmille de petits organismes vivants. Il s’est passé quelque chose entre ces deux moments… Mais quoi, et comment ? 

C’est un des grands problèmes de la science aujourd’hui. Pourquoi est-ce que des petits atomes inertes, des petits cailloux décident de se mettre ensemble et de se reproduire… C’est cette pulsion profonde de vie, que j’appelle fureur…. Le livre est un peu une façon de regarder l’Histoire en partant de ce point de vue. Au début de l’univers il n’y a pas d’organisation, c’est le chaos, et puis la matière s’organise et la vie et là.

Aujourd’hui le PFH fait de terribles ravages. Le PFH, c’est le putain de facteur humain !

L'homme : la seule espèce à provoquer sa destruction

"Une des questions qui se posent, c’est pourquoi il y a 3 millions d’années une espèce est devenue plus intelligente que les autres espèces… Ne demandez pas à un chat de vous écrire la théorie de la relativité", plaisante l’astrophysicien. "Pourquoi cette intelligence si spéciale est arrivée chez le chimpanzé, cela reste un mystère. Certaines molécules sont probablement venues de l’espace et ont été utilisées pour fabriquer de la vie sur terre. Mais ce n’est pas de la matière vivante venue de l’espace directement."

"Nous avons développé une puissance fantastique et nous sommes en mesure de nous auto-détruire. Pourquoi nous singulariser par cette puissance que nous maitrisons si mal ?" C’est une des questions qui taraude le scientifique. "La guerre nucléaire n’aurait probablement pas de vainqueur, aussi s’est elle déplacée  dans le domaine économique.  Si on est positif, on peut penser avec espoir que les hommes prendront conscience de la nécessité de préserver leur milieu naturel… "

"L’écologie est devenue un business, c’est aussi une des raisons d’espérer un mouvement", soulignent à leur tour les chroniqueurs de La Bande originale, non sans ironie.

Hubert Reeves :

Nous sommes une espèce parmi des millions, beaucoup d’espèces ont disparues, pour durer il faut vivre en harmonie avec la nature, ce que nous ne faisons pas.

"Aujourd’hui, notre activité humaine démolit la nature au point de nous mettre en péril. poursuit Hubert Reeves. L’écologie est un mot très récent au regard de l’histoire, il remonte au congrès de Rio en 1992. "

"Il faut absolument préserver la biodiversité," surenchérit l’animateur Nagui. Mais comment faire à l’échelle individuelle ? "Moins consommer d’essence pour moins polluer et préserver nos ressources et opter pour des voitures électriques, oui mais voilà, ces dites voitures électriques, sont faites avec des batteries au lithium non recyclables qui produise l’exploitation odieuse d’enfants dans des mines de cobalt… Si l’on ne peut renoncer à se déplacer, comment faire ?"

L’écologie n’est pas un combat perdu !

On parle beaucoup de ce qui va mal et très peu de ce qui va bien. Or il y a des choses qui vont mieux.

"La question c’est que faire pour rester sur cette planète ? Ca ne va pas être simple, personne ne sait à quoi ressemblera la planète dans 100 ans. Il ne faut pas penser que c’est un combat perdu, ni verser dans la collapsologie (courant qui étudie les risques d'un effondrement de la civilisation).

Les Baleines à bosse reprennent du poil de la bête !
Les Baleines à bosse reprennent du poil de la bête ! © Getty / Yuri Smityuk

Il y a des choses qui vont mieux, certains animaux, hier menacés d’extinction, sont à nouveau prospères, comme les baleines à bosse… Ce sont des exemples qu’il faut mettre en évidence. 

Sur le plan des finances aussi des choses bougent, des gouvernements optent pour des énergies renouvelables, les banques refusent de financer des projets qui reposent sur l’exploitation du pétrole ou du charbon… C'est très important."

ALLER PLUS LOIN