Mise en place le 1er janvier 2019, la prime à la conversion doit permettre aux Français de remplacer leur vieux véhicule polluant par une voiture plus récente et plus propre. Oui mais savez-vous vraiment comment en bénéficier et si vous êtes éligibles à cette prime ?

Des aides pour changer de voiture et acheter, pourquoi pas, un véhicule électrique
Des aides pour changer de voiture et acheter, pourquoi pas, un véhicule électrique © Getty / Contributeur / Janine Schmitz

Elle est entrée en vigueur le 1er janvier. La “prime à la conversion des véhicules” était l’une des premières réponses apportées par l’exécutif aux “gilets jaunes” et à leur protestation sur le prix de l’essence, en hausse à cause des augmentations de taxes. En réalité il s’agit d’une nouvelle version d’une prime à la conversion, ex prime à la casse, mise en place en 2015. 

Pas de boum au démarrage 

Depuis le 1er janvier, il y a eu près de 27 000 dossiers reçus pour bénéficier de cette nouvelle version de la prime à la conversion. C’est légèrement plus que la moyenne mensuelle du nombre de demandes observée en 2018. Selon le ministère de la Transition écologique, contacté par France Inter, “le dispositif a, depuis 2018, un succès environnemental et social : 80% des véhicules mis au rebut sont des vieux diesel ; 70% des acquéreurs sont des ménages non imposables”.

Avec la nouvelle mouture du dispositif, certains Français peuvent désormais bénéficier d’un doublement de l’aide. Mais savez-vous, au juste, combien vous pouvez gagner avec cette prime et les conditions qu'il faut remplir pour y prétendre ? Le ministère de la Transition écologique et solidaire a mis en ligne un barème détaillé (et un peu compliqué) sur son site internet, il y a aussi un simulateur, mais France Inter a décortiqué pour vous le dispositif. Dans tous les cas, il est vivement conseillé de vérifier de près les conditions et de lire les petites lignes.

Ma situation fiscale compte-t-elle dans le calcul ?

Oui, votre situation fiscale est l’un des trois éléments qui entrent dans le calcul de la prime à la conversion. Logiquement, les familles les moins à l’aise financièrement sont favorisées par le dispositif et peuvent bénéficier de la super prime doublée. Il s’agit des ménages non-imposables et qui habitent à plus de 30 km de leur lieu de travail, soit des foyers un revenu fiscal de moins de 6 300 euros par part. 

L’âge de ma vieille voiture aussi ? 

Oui, c’est aussi très important, notamment si vous êtes imposable : si votre voiture carbure au diesel et qu’elle circule depuis au moins 2001, vous allez pouvoir toucher la prime. En revanche, vous ne toucherez pas le bonus doublé. Pour les foyers non-imposables, vous êtes éligible si votre véhicule diesel a été immatriculé avant 2006. Enfin, tous les foyers qui ont une voiture essence qui date d’avant 1997 peuvent prétendre à la prime.

Quel nouveau véhicule choisir ?

C’est la dernière variable de l’équation. Le plus récompensé par la prime, c’est l’achat d’un véhicule électrique ou hybride rechargeable. Jusqu’à 2 500 euros et même 5 000 euros pour les plus modestes (ménages non-imposables et qui habitent à plus de 30 km de leur lieu de travail, ainsi que les foyers au revenu fiscal de moins de 6 300 euros par part). Si votre choix se porte sur un véhicule thermique, il doit absolument répondre à la norme Crit’air 1 ou 2 (et donc émettre moins de 122g de CO2 par kilomètre). Ainsi, vous pouvez toucher jusqu’à 2 000 euros et même 4 000 euros si vous entrez dans la catégorie “ménages modestes” détaillée plus haut. Enfin, cela s’applique à la fois pour les véhicules neufs et les occasions.

Peut-on revendre sa vieille voiture ?

Non, évidemment, l’objectif est bien de faire sortir du parc automobile français les véhicules les plus polluants. Ainsi le vieux véhicule ne peut pas être revendu par son propriétaire s’il veut bénéficier de la prime ; cette voiture doit être mise au rebut, dans un centre agréé pour les véhicules hors d’usage (comprenez : à la casse ou via le concessionnaire).

Un exemple ?

Nous avons rencontré Eric, 53 ans, père de famille nombreuse, qui veut se débarrasser de sa petite voiture essence d'avant 1997. Il avait besoin d'un monospace. Non imposable, il a trouvé un véhicule diesel de 2013 qui répond à la catégorie Crit'air 2. Il va donc bénéficier de 2 000 euros, aurait pu bénéficier du doublement mais ne travaille pas à plus de 30 km de son domicile. Sans la prime, il n'aurait pas pu acheter ce véhicule à 7 500 euros.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.