Le plan Écophyto 2 vise à diviser par deux l'utilisation de pesticides en France entre 2010 et 2025. Un objectif maintenu dans le projet de loi de finances 2019, comme il l'était dans ceux de 2018 et 2017. Sauf que l'évolution des chiffres sur l'usage de ces produits est de plus en plus "masquée" dans les textes.

Document récapitulant le projet de loi de finances 2019, sur un siège de l'Assemblée nationale
Document récapitulant le projet de loi de finances 2019, sur un siège de l'Assemblée nationale © Maxppp / Alexis Sciard

Des pesticides, on en utilise de plus en plus en France et ce n'est pas vraiment ce qui était prévu. Deux plans successifs, en 2008 puis en 2015, voulaient renverser la tendance, et ils ont abouti à deux échecs cuisants. L'objectif fixé initialement pour cette année (2018) a même été repoussé à 2025.

Ce lundi, Les Échos révélaient que l'année 2017 avait en fait abouti à une hausse (certes légère) de l'utilisation de pesticides, après une baisse l'année précédente. Le journal se base sur les chiffres établis dans une annexe du projet de loi de finances 2019, sur l'agriculture, qu'on retrouve d'ailleurs dans les textes des années précédentes.

Sous le tapis

Sauf que ces chiffres, justement, sont de plus en plus difficiles à trouver. En 2017, ils étaient bien visibles : le gouvernement (alors mené par Manuel Valls) assumait l'augmentation entre 2016 à 2017.

Capture d'écran du projet de loi de finances 2017
Capture d'écran du projet de loi de finances 2017

En 2018, la situation est différente : c'est désormais Édouard Philippe qui est à la tête du gouvernement. Et étrangement, les chiffres de 2016 et de 2017, bien présents dans le texte l'année précédente (en jaune), ont tout simplement disparu. Seules les prévisions pour 2017 restent visibles, mais plus le chiffre définitif. Or, entre les deux, il y a tout de même une différence de 10 millions.

Autre décalage insolite, le chiffre de 2015 a... baissé, passant de 96 à 94 millions.

Capture d'écran du projet de loi de finances 2018
Capture d'écran du projet de loi de finances 2018

Pour le projet de loi de finances 2019, discuté en ce moment à l'Assemblée nationale, l'oubli est encore plus flagrant. Plus aucun chiffre pour 2016 et 2017 (en jaune). Forcément, il est donc impossible de comparer avec ce qui est prévu pour 2018. Une prévision plus pessimiste qu'avant : on pensait en 2017 passer à 77,4 millions de pesticides vendus, on table désormais sur 83,4 millions (en vert).

Capture d'écran du projet de loi de finances 2019
Capture d'écran du projet de loi de finances 2019

Oubli ? Correction à partir de nouvelles données ? Difficile à dire. Un peu plus loin dans le texte du projet de loi, on retrouve même le fameux chiffre qui était assumé en 2017, et qui montrait bien une hausse de l'utilisation de pesticides : "L'objectif de réduction étant linéaire à partir du résultat obtenu en 2017 (94,2 millions de doses)", peut-on y lire, "la prévision pour 2018 est en conséquence réactualisée à 83,4 millions de doses et la prévision pour 2019 est fixée à 73,4 millions".

Des détails qui ne changent de toute façon pas grand chose à la situation générale. Les derniers chiffres officiels, communiqués cet été, montrent qu'entre 2009 et 2016, l'utilisation de pesticides a augmenté de 12,4 %.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.