L'ONG "Transport & Environment" a calculé la quantité d'oxydes de soufre rejetée par les paquebots géants qui ont fait escale dans les ports européens en 2017. La France est le quatrième pays le plus touché par cette pollution et cinq ports français figurent parmi les 50 plus pollués.

Le port de Marseille est le huitième port européen le plus pollué par les oxydes de soufre, selon l'ONG Transport & Environment.
Le port de Marseille est le huitième port européen le plus pollué par les oxydes de soufre, selon l'ONG Transport & Environment. © AFP / Philippe Roy / Aurimages

C'est une étude inédite, publiée ce mercredi, qui donne une idée de l'étendue de la pollution causée par les navires de croisières sur les côtes européennes. En 2017, 203 de ces paquebots géants ont fait escale dans les différents ports européens, selon les chiffres officiels du Système d'identification automatique qui recense les mouvements des navires. L'ONG Transport & Environment a calculé leur émission d'oxydes de soufre (SOx), l'un des principaux polluants de l'air avec les particules fines et les oxydes d'azote. Résultat : plus de 60 000 tonnes de SOx émises, vingt fois plus que toutes les voitures recensées en Europe.

Marseille, Le Havre, Nice, Cannes et La Seyne-Sur-Mer dans les cinquante ports les plus touchés

Selon les calculs de l'ONG, ce sont l'Espagne et l'Italie qui sont, de loin, les deux pays européens dont les ports sont les plus pollués. La France arrive en quatrième position, avec 162 escales de croisière et près de 6 000 tonnes d'oxydes de soufre émises en 2017.

Cette étude établit également un classement des ports les plus pollués par les émissions de SOx. Cinq ports français sont dans les cinquante les plus touchés. Celui de Marseille est à la huitième place.

Interrogée sur France Info, Charlotte Lepitre, coordinatrice du réseau Santé-Environnement de France Nature Environnement, qui a participé à cette étude, explique que ce sont les carburants utilisés par ces bateaux qui sont en cause : "C'est en fait le déchet des raffineries, qui n'est pas raffiné, qu'on ne peut pas mettre dans nos véhicules. C'est une sorte de pâte noire qui a besoin d'être chauffée très fort pour pouvoir être utilisée. Ce carburant est très soufré. Lorsque les navires, surtout de croisière, qui arrivent très proches des centres-villes, arrivent ou partent, ça pollue énormément. C'est aussi le cas lorsqu'ils restent à quai, puisqu'ils ont besoin d'utiliser le carburant pour alimenter en électricité tout le navire de croisière."

Les ports de Méditerranée plus pollués que ceux du nord de l'Europe

Dans son étude, l'ONG demande a minima à l'Union européenne d'étendre à la Méditerranée les zones de contrôle des émissions qui existent pour la Manche, la mer Baltique ou la mer du Nord, où le teneur en soufre des carburants est limitée. "Certains pays ont mis des fonds qui permettraient aux constructeurs de changer de navire pour avoir des navires plus performants qui émettraient moins", ajoute Charlotte Lepitre. "En tout cas il faut aller vers des alternatives de carburant, qui sont aujourd'hui testées par des compagnies, mais c'est encore trop à la marge."

Les paquebots géants ne rejettent pas que du dioxyde de soufre, mais aussi des oxydes d'azote (NOx), qui regroupent le monoxyde d'azote et le dioxyde d'azote. Mais ici, ce sont souvent les voitures qui polluent le plus : en 2017 à Marseille, les paquebots ont émis, tout de même, un quart de ce qu'ont rejeté les voitures en quantité de NOx.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.