L'Agence européenne de l'Environnement publie ce lundi une série de cartes auxquelles France Inter a eu accès. Elles illustrent de façon éloquente les conséquences de la crise climatique sur le territoire français d'ici à la fin du siècle. Et appellent à des actions urgentes de la part des pouvoirs publics.

La tempête Fabien a touché la côte aquitaine en décembre 2019. Ici, le bassin d'Arcachon.
La tempête Fabien a touché la côte aquitaine en décembre 2019. Ici, le bassin d'Arcachon. © AFP / Valentino Belloni

Non, le choc climatique et la montée des eaux ne seront pas seulement le problème des petites îles du Pacifique. Pour ceux qui en doutaient encore, l'Agence européenne de l'Environnement publie ce lundi une série de cartes montrant l'impact du dérèglement climatique en Europe, et notamment en France : hausse du niveau de la mer, feux de forêt, inondations par les fleuves. Passage en revue. 

Hausse du niveau de la mer : jusqu'à un mètre en moyenne dans le pire scénario

À gauche, la montée des eaux si la hausse des températures est contenue sous le seuil des 2 degrés. À droite, la montée dans eaux dans le pire scénario, soit   4 degrés à la fin du siècle.
À gauche, la montée des eaux si la hausse des températures est contenue sous le seuil des 2 degrés. À droite, la montée dans eaux dans le pire scénario, soit 4 degrés à la fin du siècle. / Agence européenne de l'environnement

Ces cartes utilisent les dernières données scientifiques internationales, celles du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) ou encore de l’Administration océanique et atmosphérique nationale des États-Unis. Elles prennent en compte deux scénarios différents : à droite, celui selon lequel le réchauffement atteint 4° C à la fin du siècle, faute de mesures suffisantes pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre. Le niveau de la mer monterait alors en moyenne de 40 cm à 1 mètre sur les côtes européennes, à l'exception des parties nord de la mer Baltique et des côtes atlantiques.

À gauche, la carte se fonde sur un scénario plus favorable, selon lequel les pays parviendraient à respecter l'Accord de Paris sur le climat, avec une hausse des températures limitée à 2°C. L'impact sera moindre, mais néanmoins bien réel. Le long des côtes françaises, le niveau de la mer grimperait alors en moyenne entre 20 et 40 centimètres.  

Des inondations plus fréquentes dans les zones littorales

Évolution de la fréquence des épisodes d'inondations côtières entre 2010 et 2100.
Évolution de la fréquence des épisodes d'inondations côtières entre 2010 et 2100. / Agence européenne de l'environnement

Avec la montée des eaux, les inondations qui nous apparaissent aujourd'hui exceptionnelles deviendront la norme d'ici 2100, prévient l'Agence européenne de l'Environnement. Dans le scénario le plus favorable (une hausse cantonnée à 2°C), un événement qui arrivait jusqu'ici une fois tous les 100 ans à Brest, surviendrait une à deux fois par an à la fin du siècle, et pour Dieppe, il se produirait deux à cinq fois dans l'année. Les chiffres sont encore plus vertigineux dans le pire des scénarios : à Nantes, Bayonne, ou encore Dieppe, les inondations surviendraient alors plus de cinq fois par an. 

Hauts-de-France, façade atlantique, bassin méditerranéen : les zones côtières les plus exposées 

Les cartes publiées par l'Agence européenne de l'Environnement détaillent les zones les plus exposées à la montée de niveau de la mer. Plusieurs ensembles se détachent, notamment la côte des Hauts-de-France, de Calais à Dunkerque, la façade atlantique de Saint-Nazaire à Arcachon, et la côte méditerranéenne de Perpignan à Fos-sur Mer. 

Populations affectées par les inondations côtières - Hauts-de-France.
Populations affectées par les inondations côtières - Hauts-de-France. / Agence européenne de l'environnement

Par exemple, l'arrière-pays dunkerquois se trouverait alors affecté dès une montée des eaux équivalente à un mètre (en bleu pâle sur la carte). Les zones plus sombres correspondent à une hausse plus importante du niveau de la mer. Cela ne les empêche pas d'être potentiellement menacées dans un avenir proche par des inondations exceptionnelles en cas de tempête. 

Populations affectées par les inondations en zone côtière - façade atlantique.
Populations affectées par les inondations en zone côtière - façade atlantique. / Agence européenne de l'environnement

"Dans le courant de ce siècle, l'entrée du Tunnel sous la Manche, le port du Havre, le chantier naval de Saint-Nazaire, des parties entières de l'île d'Oléron, du Languedoc-Roussillon seront régulièrement sous les eaux, à tel point que les activités économiques, touristiques, ou le simple fait d’avoir des maisons ne sera plus possible", insiste Pascal Canfin, Président de la Commission environnement du Parlement européen.

 "Il faut changer les plans d'urbanisme, ne plus construire dans les zones impactées par le réchauffement climatique. Aujourd'hui, on ne peut plus dire qu'on ne savait pas"

"Ces cartes montrent qu'il faut absolument arrêter la politique de l'autruche", poursuit l'ancien ministre. 

Populations affectées par les inondations côtières - Méditerranée
Populations affectées par les inondations côtières - Méditerranée / Agence européenne de l'environnement

Un risque de feux de forêt accru 

Évolution du risque d'incendies en forêt.
Évolution du risque d'incendies en forêt. / Agence européenne de l'environnement

Sur la moitié sud de la France et la côte atlantique, le risque de feux de forêt augmenterait de 20 à 30 % dans le scénario d'une hausse des températures limitée à 2°C. Si celles-ci augmentent de 4°C, les risques de feux de forêt augmenteraient de plus de 40% sur la majeure partie de l'hexagone selon les les projections de l'Agence européenne de l'Environnement. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.