Des associations de lutte contre la pauvreté et de défense de l'environnement ont salué mercredi le maintien de la taxe sur les carburants, estimant les mesures d'accompagnement bienvenues mais insuffisantes et à trop court terme.

Édouard Philippe a annoncé les aides aux ménages précaires pour compenser les hausses des prix du carburant
Édouard Philippe a annoncé les aides aux ménages précaires pour compenser les hausses des prix du carburant © AFP / FRED TANNEAU

Edouard Philippe a annoncé ce mercredi un plan de 500 millions d'euros pour répondre à la grogne sur le prix des carburants, qui doit se traduire samedi par des manifestations et des blocages. 

Une surprime à la conversion automobile sera mise en oeuvre au 1er janvier 2019 pour les 20% des Français les plus modestes pour les aider à acheter un véhicule plus "propre". 

Le "chèque énergie" sera augmenté de 50 euros comme prévu - il est actuellement de 150 euros - et pourra désormais concerner 5,6 millions de Français (contre 3,6 millions actuellement), et la prime à la conversion des chaudières sera améliorée avec l'objectif de faire disparaître les chaudières au fioul. 

Pascal Canfin, directeur général du WWF (Fonds mondial pour la nature) réagit à ces annonces au micro de Bruno Duvic : 

Ce plan va dans la bonne direction, je pense qu'il n'y a pas d'opposition dans la société, simplement il faut nous accompagner dans cette transition. Or, le gouvernement ne propose pas de mesures assez ciblées sur les technologies qui nous permettent de mettre fin à notre dépendance au pétrole. 

Edouard Philippe ne revient pas sur les hausses de taxes sur les carburants prévues en 2019, êtes-vous satisfait ? 

C'est une bonne nouvelle. Il faut évidemment tenir bon. Les Français l'ont compris : l'essentiel de la hausse du prix du carburant n'est pas du tout dû à la fiscalité écologique mais à l'augmentation du prix du pétrole. Donc la principale solution est de sortir de notre dépendance au pétrole et la fiscalité écologique est là pour nous y aider. 

Les mesures prises pour accompagner la hausse des prix du carburant vont-elles faciliter la transition écologique ? 

Il faut distinguer deux types de véhicules : 

- les vieux véhicules très polluants. Là la prime à la conversion permet de sortir ces véhicules du parc. 

- Là où nous sommes plus critiques, c'est concernant la prime aux véhicules neufs. Elle ne devrait pas financer les nouveaux diesels alors que de plus en plus de collectivités locales prennent des disposition pour interdire le diesel tout court. Par exemple à Paris, on ne pourra plus entrer dans Paris avec un diesel en 2024. On aurait donc voulu que la prime à la conversion pour les véhicules neufs soit réservée aux véhicules non pétrole et évidemment développer tous les systèmes qui permettent de se passer de voiture quand cela est possible.

Oui mais en campagne, on ne peut pas rouler à l'électrique...

C'est faux. Renault, leader français de l'électrique, vend 50% de ses véhicules électriques en zone rurale car il suffit de brancher son véhicule pour le recharger. Les stations service sont, elles, parfois très éloignées en zone rurale. Donc le véhicule électrique est très adapté aux zones rurales. 

La disparition des chaudières au fioul dans dix est une bonne nouvelle ? 

Oui ! car c'est une énergie du passé et son prix est totalement dépendant des cours mondiaux du pétrole sur lesquels nous n'avons pas la main. Donc c'est en quelque sorte donner le pouvoir aux pays qui maîtrisent les cours mondiaux comme l'Arabie Saoudite ou les États-Unis.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.