À quoi servent-elles ? Comment se procurer le certificat ? Quelle différence cela fait avec le système précédent ? Voici toutes les réponses à vos questions sur les vignettes Crit'air, qui définissent le degré de pollution de votre véhicule.

Une vignette Crit'air 4.
Une vignette Crit'air 4. © AFP / GEOFFROY VAN DER HASSELT

À quoi sert ce certificat ? 

Il permet de réguler les zones de circulation restreinte (ZCR), comme à Paris, ou les zones environnementales, comme l’agglomération Grenoble. Il permet de faire le tri, selon de nombreux critères, entre les voitures les plus polluantes et les autres et ainsi celles qui ont le droit (ou pas) de circuler. C’est aussi ce système qui remplace la circulation alternée entre plaques paires et impaires qui avait été mise en place à Paris depuis plusieurs années.

Comment se procurer une vignette ?

Le certificat Crit’air se demande sur le site internet certificat-air.gouv.fr. Ainsi, il suffit de créer un compte sur le site internet et de renseigner les informations sur son véhicule. Il faut se munir d’un moyen de paiement (le certificat coûte un peu plus de 3,50 euros avec l’expédition) et de sa carte grise (certificat d’immatriculation) pour remplir les formulaires. Une fois reçu, il faut l’apposer sur le pare-brise du véhicule, sur la partie inférieure droite. Elle peut se demander très rapidement sur le site qui fournit un fac-similé qui justifie (notamment en cas de contrôle) de la démarche en attendant de recevoir le bon certificat. 

Est-elle obligatoire ?

Yes sire (si votre véhicule est éligible aux critères), pour circuler et stationner à Paris intra-périphérique et en particulier en cas de mise en œuvre de la circulation différenciée lors d’épisode de pollution. Cela peut notamment être le cas dans la métropole de Grenoble, à Lyon-Villeurbanne, Lille, et en Ile-de-France, intra A86. 

Est-ce grave si je n’ai pas ma vignette ?

Plutôt oui… Selon les conditions de l’agglomération dans laquelle vous circulez ou stationnez, vous risquez une contravention de troisième classe (68 euros d’amende) pour les véhicules légers. La contravention est de quatrième classe pour les poids lourds. 

Quelle différence entre circulation différenciée et alternée ?

La circulation alternée prévoyait à Paris de faire circuler un jour sur deux les véhicules aux plaques paires et impaires. Désormais, la circulation différenciée se base sur les vignettes Crit’air. Et il y a bien un écart entre la circulation différenciée et la circulation alternée : nettement moins de voitures au garage. En fait, ce sont seulement les véhicules les plus polluants qui sont interdits, alors que la circulation alternée en fonction du numéro de la plaque obligeait potentiellement la moitié des voitures à rester au garage. 

© Visactu /

Les Crit'air 5, déjà toujours interdits du lundi au vendredi dans Paris intra muros. Seuls restent les Crit'air 4, c'est-à-dire les vieux diesels immatriculés avant 2006 et les véhicules essence qui datent d'avant 1997, interdits pour le pic de pollution. Soit de très vieilles voitures, seulement quelques dizaines de milliers et donc peu par rapport aux trois millions de voitures qui roulent à l'intérieur de l'A86. 

Premier adjoint à la maire de Paris, Emmanuel Grégoire regrette ainsi que la restriction de circulation ne s’applique qu'à “quelques dizaines de milliers de véhicules”, contrairement à la circulation alternée. L’élu plaide pour étendre la mesure aux vignettes 3, en plus des 4 et 5. 

Faut-il ajouter les voitures Crit’air 3 ?

Dès 2022, les Crit'air 3, soit les diesels d'avant 2010 et les voitures à essence immatriculées entre 1997 et 2005, pourraient être interdits pendant des pics de pollution. “Nous nous avons plaidé pour étendre la mesure aux vignettes Crit’Air 3 parce que le parc roulant des Crit’Air 4 et 5 est très faible” explique Emmanuel Grégoire. 

À partir du 1er juillet 2019, les véhicules Crit'air 4, essentiellement des diesels d'avant 2006, seront toujours interdits dans Paris.  

Ma vignette est-elle valable longtemps ?

Elle est valable… à vie. En réalité, à vie, oui, mais celle du véhicule auquel elle est attachée. En fait, tant que le certificat est lisible, pas besoin de le renouveler. Mais il ne pourra pas être réédité, remplacé ni même remboursé en cas de détérioration.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.