Après une dizaine d'années de recherches, l'Institut national de l'environnement industriel et des risques (Ineris) publie un rapport révélateur sur les émissions polluantes générées par le chauffage au bois. Souvent présenté comme une alternative propre, les faits montrent que c'est loin d'être le cas.

11 % des foyers se chauffent au bois
11 % des foyers se chauffent au bois © Maxppp / Jean-Luc Flemal

Première source d'énergie renouvelable utilisée dans notre pays, 7,8 millions de foyers se chauffent au bois. La loi relative à la transition énergétique du 14 août 2015, dans le cadre de la politique de protection de l'environnement, prévoit d'en intensifier l'usage (23 % d'énergies renouvelables en 2020). 

Pourtant, la combustion du bois dégage d'importantes émissions qui, selon le rapport de l'Ineris, peuvent "contribuer significativement" aux épisodes de pollution atmosphériques. L'institut pointe d'ailleurs que la France est régulièrement épinglée par la Commission européenne car elle dépasse les seuils de pollution autorisés - notamment dans les grandes villes et les vallées alpines. 

Or, la combustion de bois dans les foyers individuels, qu'il s'agisse de chaudières, cheminées, inserts ou cuisinières, "contribue pour une large part en France aux émissions annuelles d'hydrocarbures aromatiques polycycliques". Sans oublier le benzène, le monoxyde de carbone et les particules fines, des substances dont la cancérogénicité est démontrée

Les tests en laboratoire sous-estiment largement les émissions de polluants

L'Ineris pointe du doigt les tests en laboratoire sur les installations vendues par les constructeurs, réalisés dans des conditions optimales et "souvent éloignées des conditions réelles de fonctionnement". L'intégralité de la combustion, de l'allumage au régime de braises, n'est pas compris dans ces essais. 

Conséquence : l'émission réelle de polluants est largement sous-estimée. 

Quels gestes pour moins polluer ? 

L'institut nous apprend également que 80 % des émissions polluantes sont produites dans les 10-15 premières minutes qui suivent l'allumage, ainsi qu'au moment de recharger le foyer. Pour réduire ses émissions, l'Ineris propose plusieurs pistes : 

  • Selon l'espèce d'arbre utilisée, le résultat n'est pas le même : le chêne et le résineux sont plus polluants que le charme et le hêtre. 
  • Brûler du bois humide (à plus de 25 %) augmente les émissions et diminue par ailleurs le rendement en chaleur. Le bois est sec quand il est resté à l’abri 18 à 24 mois
  • Il faut être vigilant à la taille de son chauffage par rapport à la surface habitée, l'idéal étant de ne pas le faire tourner en sous-régime, ce processus favorisant la pollution. 
  • Le ramonage doit être effectué une à deux fois par an.
  • Enfin, l'allumage est très important : l'allumage par le haut (grosses bûches en bas, petit bois en haut) permet de diminuer de 30 à 50 % les émissions.

Les types d'appareils à favoriser

Le rapport de l'Ineris préconise l'usage de chaudières domestiques à granulés, à bûches ou à plaquettes, ainsi que les poêles à granulés, qui se caractérisent par les meilleures performances énergétiques et environnementales. Les poêles de masse, conçus pour restituer longtemps la chaleur, sont également peu énergivores. Enfin, l'institut évoque l'efficacité des appareils à combustion catalytique, toutefois peu utilisés en Europe, et les appareils à combustion avancée, labellisés Flamme Verte. Ces appareils "éco-responsables" peuvent d'ailleurs être financés par des aides de l'État.

Autres recommandations, l'Ineris conseille d'harmoniser les pratiques et les protocoles dans toute l'Union Européenne, de redéfinir les essais en laboratoire pour qu'ils collent davantage à la réalité, et d'assurer une sensibilisation des commerciaux et des utilisateurs, pour s'assurer de véhiculer le meilleur message. 

Au 1er janvier 2022, une nouvelle norme Ecodesign 2022 entrera en vigueur en Europe. Elle fixera les niveaux de performances énergétiques et environnementales et prendra justement en compte les émissions des chauffages des particuliers. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.