Quand il était président de la République, François Hollande faisait le tour des bureaux de l'Élysée, le soir, pour éteindre les lumières, a-t-il révélé au micro de France Inter. "Je ne supportais pas que l'Élysée reste allumée".

François Hollande invité du Grand entretien de France Inter
François Hollande invité du Grand entretien de France Inter © Radio France / Capture d'écran

François Hollande, premier écolo de France ? L'ancien président de la République, invité ce lundi du Grand entretien de Nicolas Demorand et Léa Salamé, est revenu sur les gestes qu'il fait au quotidien pour économiser l'énergie.

"J'ai toujours eu un comportement essentiellement vertueux, j'espère", a-t-il estimé.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

"Je ne supportais pas, comme Président, que l'Élysée reste allumée"

Jugeant que ce n'est pas si "anecdotique" que cela en a l'air, l'ancien chef de l'État raconte : "Je ne supportais pas, comme Président, que l'Élysée reste allumée, que des bureaux restent allumés la nuit. Peut-être certains voulaient montrer qu'ils travaillaient la nuit et donc laissaient la lumière."

Pour y remédier, François Hollande "faisait [lui-même] le tour pour éteindre la lumière" à l'étage où il se trouvait. "Je trouvais ça insupportable" poursuit-il, affirmant qu'il continue aujourd'hui dans sa "modeste maison" : "je ne supporte pas qu'on laisse même des signaux allumés", révèle-t-il.

"Et au PS, vous avez éteint la lumière", l'a relancé Léa Salamé. "Oui mais la flamme existe toujours, il suffit de la souffler pour qu'elle aille dans le bon sens, je m'y emploie, même si j'en reviens à une énergie assez primaire, celle des idées", a-t-il répondu.

Celui qui avait annoncé qu'il se déplacerait autant que possible en train, mais qui n'a pas beaucoup pu le faire pour des raisons de sécurité, peut maintenant se rattraper. "Aujourd'hui, je prends le train" a-t-il souligné en guise de conclusion.

ÉCOUTEZ LE PODCAST DE RADIO FRANCE "AGIR POUR MA PLANÈTE" :

À l'occasion de la COP24, retrouvez toutes les émissions et les chroniques sur le changement climatique, par les antennes de Radio France. Quel est l'impact du réchauffement climatique sur l'environnement ? Quels dangers, quelles solutions ? À retrouver sur iTunes, sur Deezer ou en fil RSS.