C'est une des conséquences de la sécheresse qu'a connue la France cet été : la récolte des pommes de terre cette année est décevante. Elles sont plus petites et de moins bonne qualité. Conséquence : le prix des chips et de la purée pourrait bien augmenter.

Cette année, les pommes de terre sont plus petites et de moins bonne qualité à cause de la sécheresse.
Cette année, les pommes de terre sont plus petites et de moins bonne qualité à cause de la sécheresse. © Radio France / Sébastien Sabiron

Les frites rétrécissent ! Cette année, les frites françaises et européennes perdent quelques millimètres. Conséquence des mois de sécheresse et de la canicule qui ont frappé depuis le printemps les agriculteurs en général, et les producteurs de patates en particulier. Les pommes de terre millésime 2018 sont plus petites et leur qualité est médiocre.

C'est carrément dramatique

Près d'Arras, dans le Pas-de-Calais, les champs de pommes de terre de Luc Chatelain s'étalent sur des kilomètres. Il est déçu de sa production cette année : "une grande partie d'entre elles sont petites et de mauvaise qualité, elles n'ont pas eu suffisamment d'eau pour pouvoir exprimer leur potentiel. La sécheresse pose aussi des problèmes en termes de rendements en particulier pour les parcelles non irriguées."

Le prix de la tonne multiplié par huit 

"La France irrigue 60 % de ses surfaces agricoles. J'ai des collègues qui n'ont pas pu irriguer leurs champs, et leurs récoltes sont dramatiques tant quantitativement que qualitativement" poursuit le producteur.

La conséquence de cette piètre récolte est que sur le marché libre, le prix de la tonne de pommes de terre est passé de 30 euros l'année dernière à plus de 250 euros cette année

Des pommes de terre trop petites qui ne correspondent pas aux critères de l'industrie agroalimentaire

Geoffroy d’Evry lui, n'irrigue pas sa production. Il fournit exclusivement des industriels comme Mc Cain, il ne pourra pas honorer son contrat cette année :  "Quand je signe un contrat avec mon industriel, je m'engage à lui livrer une certaine quantité de pommes de terre, et ce volume là je ne l'ai pas."

"L'industriel lui, s'est engagé aussi avec ses clients, avec des normes. Par exemple chez Mc Donald's, poursuit l'agriculteur, il y a des critères de taille pour les frites, et là un certain nombre de pommes de terre de ma récolte ne font pas la longueur exigée." Hormis la taille des frites, et quelques centimes d'euros en plus au kilo, la crise de la pomme de terre sera sans doute indolore pour le consommateur. Les producteurs veulent croire que les hausses de prix seront absorbées par les industriels et la grande distribution.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.