Les terres et mers australes françaises, dans le sud de l'Océan indien à plus de 2 000 kilomètres de tout continent, ont été classées ce vendredi au patrimoine mondial de l'Unesco. Nous avons demandé ce que pouvait apporter cette décision à deux spécialistes.

Les terres et mers australes françaises comptent la plus forte concentration d'oiseaux marins au monde, la plus grande diversité d'oiseaux et mammifères marins
Les terres et mers australes françaises comptent la plus forte concentration d'oiseaux marins au monde, la plus grande diversité d'oiseaux et mammifères marins © AFP / Celine Le Bohec / CNRS

Les 21 États membres du Comité du patrimoine mondial, réunis à Bakou, en Azerbaïdjan, ont décidé à l'unanimité d'inscrire le site des îles et terres australes françaises au patrimoine mondial de l'Unesco. Le site classé inclut l'archipel Crozet, les îles Kerguelen, Saint-Paul et Amsterdam et s'étend sur près de 673 000 km², essentiellement marins, qui correspondent au périmètre de la Réserve naturelle des Terres australes et antarctiques françaises (TAAF), l'une des plus grande aires marines protégées à l'échelle mondiale, créée en décembre 2016 par Ségolène Royal, alors ministre de l'Écologie.

En avril et mai dernier, les représentants de 130 États se sont en effet réunis à l’Unesco afin d’adopter le rapport d’évaluation sur l’état actuel de la nature. Ce rapport mondial a ainsi confirmé son déclin alarmant. On pouvait notamment y lire : "La nature décline globalement à un rythme sans précédent dans l’histoire humaine et le taux d’extinction des espèces s’accélère, provoquant dès à présent des effets graves sur les populations humaines du monde entier".

Une zone riche en biodiversité

Elephants de mer sur l'archipel Crozet dans les terres australes françaises
Elephants de mer sur l'archipel Crozet dans les terres australes françaises © AFP / SOPHIE LAUTIER

Les terres et mers australes françaises comptent la plus forte concentration d'oiseaux marins au monde, la plus grande diversité d'oiseaux et mammifères marins, des paysages volcaniques prodigieux, et des eaux riches et diversifiées. Il s'agit du plus vaste bien inscrit au patrimoine mondial.

Célia Quilleret a interrogé Ludovic Frère-Escoffier responsable du programme "vie des océans" à l'ONG WWF France et Christophe Aubel, directeur général de l'Agence française pour la biodiversité (organisme public) :

FRANCE INTER : En quoi ce classement au patrimoine mondial de l'Unesco est-il important ?

LUDOVIC FRERE-ESCOFFIER : "Les terres et mers australes sont très riches en biodiversité. On dénombre par exemple plus de 50 millions d'oiseaux marins. Ce classement permet d'avoir une reconnaissance de ce caractère exceptionnel de biodiversité et va permettre de protéger les terres et mers australes. Cela va faciliter la mise en place de la dernière annonce du gouvernement en 2016, c'est-à-dire la protection de la zone. Le classement est un label, une reconnaissance, puis c'est chaque État qui doit prendre les décisions. Ce label apporte une lumière sur l'importance de la biodiversité."

Les îles et terres australes françaises abritent des millions d'oiseaux et de mammifères marins
Les îles et terres australes françaises abritent des millions d'oiseaux et de mammifères marins © AFP / SOPHIE LAUTIER

Qu'est-ce que ce classement peut changer ? 

LUDOVIC FRERE-ESCOFFIER : "Il y a dans cette zone assez peu d'activité économique, à part une activité de pêche plutôt raisonnée, mais il est toujours bon d'avoir un niveau de protection le plus élevé possible afin de s'interdire d'avoir un certain nombre d'activités qui pourraient remettre en question le patrimoine de ces terres et mers.

Nous espérons une mobilisation toujours plus importante pour la biodiversité mais il faut ensuite mettre en place des mesures strictes et importantes de protection pour assurer la préservation de l'ensemble de la biodiversité des océans.

Nous devons avoir des zones intégralement et hautement protégées pour assurer la survie de la biodiversité des océans qui subit les différents stress dus aux actions de l'homme comme la pollution, la surpêche, l'acidification due au réchauffement climatique, l'exploitation pétrolière etc."

Les îles et terres australes françaises classées au patrimoine mondial de l'Unesco
Les îles et terres australes françaises classées au patrimoine mondial de l'Unesco © AFP / MARCEL MOCHET

CHRISTOPHE AUBEL : "C'est une bonne nouvelle car c'est une reconnaissance de la richesse de ce patrimoine national à l'autre bout du monde.  On ne sait pas toujours que des manchots sont sur des terres françaises. De plus, ce sont des territoires importants dans le contexte du dérèglement climatique, car ce sont des laboratoires d'observation, et en même temps il faut les préserver.

Certaines espèces d'oiseaux marins sont endémiques, c'est-à-dire qu'elles n'existent que là-bas. 

La volonté de la France de protéger ces îles était déjà là, mais ce classement renforce le regard qu'on a sur ces zones et va aider à mettre en œuvre toutes les mesures de protection. En demandant ce classement, la France prend donc ses responsabilités de préservation de ces zones car l'Unesco surveille ! On peut par exemple avoir besoin de financements, et un tel classement peut y aider". 

► À LIRE | Le communiqué du ministère de la Transition écologique et solidaire sur le classement des terres et îles australes au patrimoine mondial

La zone devient le 45e site français classé par l'Unesco et le 6e site classé au titre du patrimoine naturel.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.