La tempête Amélie a fait des dégâts sur son passage. Routes coupées, chutes d'arbres : plusieurs dizaine de milliers de foyers ont été privés d'électricité sur la façade atlantique tandis que des inondations sont à déplorer dans le Sud-Est. Sur le littoral, les images de l'océan déchaîné sont impressionnantes.

Les éléments déchaînés à Capbreton, dans les Landes, lors du passage de la tempête Amélie.
Les éléments déchaînés à Capbreton, dans les Landes, lors du passage de la tempête Amélie. © AFP / NurPhoto / Jerome Gilles

Rafales à plus de 160 km/h, routes coupées par des arbres : Amélie, première tempête de l'automne, a balayé la façade atlantique, en privant d'électricité jusqu'à 140 000 foyers dimanche, tandis qu'une femme était recherchée dans les Alpes-Maritimes après de fortes pluies. La vigilance orange "orages, vent, pluie et inondation", en vigueur dans les départements du sud-ouest, du centre et du sud-est a été levée au cours de la journée. Seule la Charente-Maritime restait, dimanche soir, en vigilance orange crue selon la carte de Météo-France.

Coté transports, près de 2000 passagers sont restés bloqués dans quatre TGV qui assuraient la liaison entre Hendaye et Paris dans la soirée de dimanche a rapporté la SNCF ce lundi matin. Tous sont arrivés à Paris-Montparnasse. Le dernier TGV, parti de Hendaye à 18 heures, est arrivé à Paris un peu avant 4 heures du matin lundi, avec environ quatre heures de retard. Un train parti de Hendaye à 7h30 dimanche matin était à Bordeaux à 22 heures, selon France Bleu Gascogne. Il aurait dû être à Paris en cinq heures de trajet en temps normal.

À Lacanau, dimanche 3 novembre 2019
À Lacanau, dimanche 3 novembre 2019 © AFP / MEHDI FEDOUACH

Dans le Sud-Est, des inondations et une femme portée disparue

Depuis dimanche midi, les pompiers fouillent à Nice des mètres cube de terre pour tenter de retrouver une septuagénaire, disparue à la suite d'un glissement du terrain qui surplombe la maison où elle vivait avec sa famille, comme le rapporte France Bleu Azur

Des recherches étaient en cours dimanche pour retrouver une femme âgée disparue après un glissement de terrain à Nice.
Des recherches étaient en cours dimanche pour retrouver une femme âgée disparue après un glissement de terrain à Nice. © Maxppp / Nice Matin / Jean François Ottonello
Dans les Bouches-du-Rhône, l'école Picasso à Vitrolles a subi de nombreux dégâts avec une vingtaine de centimètres d'eau ayant pénétré dans les classes, entraînant la fermeture de l'établissement jusqu'à jeudi 7 novembre.
Dans les Bouches-du-Rhône, l'école Picasso à Vitrolles a subi de nombreux dégâts avec une vingtaine de centimètres d'eau ayant pénétré dans les classes, entraînant la fermeture de l'établissement jusqu'à jeudi 7 novembre. © Maxppp / La Provence / Nicolas Vallauri

Dans le Sud-Est, justement, de fortes pluies se sont abattues dans la nuit de samedi à dimanche sur des villes à une vingtaine de kilomètres de Marseille, ainsi que dans la région de Nice. Près de Marseille, des quartiers ont d'ailleurs cumulé 50 mm d'eau en trois heures causant par endroits des inondations.  

Sur le littoral atlantique, vagues déchaînées

Selon Météo France, des rafales de vent à 163 km/h ont notamment été enregistrées sur le littoral au Cap Ferret (Gironde), 148 km/h à Messanges (Landes) 146 km/h à Belle-Île, 139 km/h à l'Ile-de-Ré, 138 km/h à Biscarrosse (Landes) et l'Ile d'Yeu, 135 km/h sur la côte basque. Le vent a aussi soufflé très fort à l'intérieur des terres, avec 121 km/h à Bordeaux.

Si la tempête a fait peu de dégâts en Vendée, des vagues gigantesques ont fait le bonheur des curieux aux Sables d'Olonne.
Si la tempête a fait peu de dégâts en Vendée, des vagues gigantesques ont fait le bonheur des curieux aux Sables d'Olonne. © Maxppp /
L'océan était déchaîné près du Phare du four, à Porspoder (Finistère), quelques heures avant le passage de la tempête Amélie.
L'océan était déchaîné près du Phare du four, à Porspoder (Finistère), quelques heures avant le passage de la tempête Amélie. © AFP / Damien Meyer
Quelques aventuriers sont venus observer le littoral sur la côte basque, comme ici à Biarritz, où les vagues étaient déchaînées.
Quelques aventuriers sont venus observer le littoral sur la côte basque, comme ici à Biarritz, où les vagues étaient déchaînées. © AFP / Iroz Gaizka
Sur la côte basque, des rafales à plus de 135 km/h ont été mesurées, comme ici à Biarritz : les vagues frappent le Rocher de la Vierge.
Sur la côte basque, des rafales à plus de 135 km/h ont été mesurées, comme ici à Biarritz : les vagues frappent le Rocher de la Vierge. © AFP / Iroz Gaizka

Dans le Sud-Ouest, arbres arrachés et électricité coupée

Dimanche soir, environ 55 000 clients restaient privés d'électricité dans le sud-ouest principalement : Pyrénées-Atlantiques, Landes, Dordogne, Charente-Maritime, Charente, la Gironde étant le département le plus touché (jusqu'à 45 000 foyers), d'après le réseau de distribution Enedis, contacté par l'AFP. 

Près de Hossegor (Landes), des pompiers libèrent une route bloquée par la chute d'un arbre.
Près de Hossegor (Landes), des pompiers libèrent une route bloquée par la chute d'un arbre. © AFP / Nur Photo / Jérôme Gilles
En plein coeur de Bordeaux, des arbres ont été arrachés comme ici, boulevard Wilson.
En plein coeur de Bordeaux, des arbres ont été arrachés comme ici, boulevard Wilson. © Maxppp / Sud Ouest / David Thierry
À Tarbes, deux cèdres du Liban sont tombés sur l'atelier du lycée Jean Dupuy.
À Tarbes, deux cèdres du Liban sont tombés sur l'atelier du lycée Jean Dupuy. © Maxppp / La Dépêche / Laurent Dard

Au total, les services de secours et préfectures n'ont fait état que de trois blessés légers - dont un hospitalisé - dans les Pyrénées-Atlantiques, victimes notamment de chutes de branches. L'essentiel des interventions portait d'ailleurs dans le sud-ouest sur des chutes d'arbres sur les voies, des câbles électriques à terre, des mises en sécurité de biens, et le bâchage de toitures.  

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.