Netflix peut pour l'instant se targuer d'être le leader de la vidéo à la demande. Mais pour combien de temps encore ? Alors que plusieurs concurrents préparent leur entrée sur le marché, d'ici l'automne, la plateforme a du mal à séduire de nouveaux abonnés.

Est-ce que Netflix va survivre à la concurrence ? Des concurrents vont faire très prochainement leur entrée sur le marché
Est-ce que Netflix va survivre à la concurrence ? Des concurrents vont faire très prochainement leur entrée sur le marché © AFP / Alastair Pike

Avec un peu plus de 150 millions d'utilisateurs dans le monde, Netflix peut se féliciter d'être le numéro un de la vidéo à la demande. Mais combien de temps ce leadership va-t-il durer ? Entre mai et juin 2019, la plateforme a récolté seulement 2,7 millions nouveaux abonnés, alors qu'elle en attendait 5 millions. Cette perte de vitesse annonce une rentrée périlleuse pour l'entreprise qui a lancé son service de streaming il y a douze ans alors que plusieurs concurrents vont faire très prochainement leur entrée sur le marché. 

Le monstre Disney, principale menace pour Netflix

Il y a d'abord l'arrivée annoncée pour novembre 2019 d'un monstre en robe de princesse : Disney, qui amène avec lui des marques comme Star Wars, Marvel ou encore les documentaires National Geographic sur sa plateforme. 

Apple va aussi entrer dans la danse à l'automne avec Apple +. La Warner devrait rejoindre le marché plus tard, avec sa mythique série Friends qu'elle arrache donc au catalogue Netflix. 

Le gros problème de Netflix, c'est une absence totale de ligne éditoriale" (Lionel Gaillaud, professeur d'économie des médias)

La concurrence s'annonce acharnée et Netflix pourrait y perdre beaucoup. Selon Lionel Gaillaud, professeur d'économie des médias à l'université Paris Dauphine, le modèle de la première plateforme de vidéo à la demande s'essouffle : "Le gros problème de Netflix, c'est une absence totale de ligne éditoriale. Au bout d'un moment, on regarde des choses qui se juxtaposent, on ne sait pas ce qu'on va trouver." 

Sur ce point, Disney semble imbattable : "Dans le seul nom de Disney, on lit ce qu'on va trouver sur cette plateforme. Netflix manque terriblement d'identité. Dans un paysage qui va se diversifier, où pour l'instant il était quand même très seul, cette identité-là va lui faire un défaut terrible". 

"Un robinet à images, ça ne suffit pas" 

Disney compte frapper fort avec la promesse de 500 films et des milliers d'épisodes de série pour 6,99$ par mois (6,28€), quand l'offre premium de Netflix vient d'augmenter et vaut plus du double (15,99€ par mois).  

Jusqu'ici, la plateforme affiche pourtant une grande sérénité. Son président Reed Hastings estime même que le marché de la vidéo à la demande est suffisamment grand pour accueillir plusieurs opérateurs. Mais aux États-Unis, certains utilisateurs de Netflix ont déjà résilié leur abonnement. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.