Certains épidémiologistes le demandent comme le Pr Antoine Flahaut, directeur de l'institut de santé globale de l'université de Genève. Car les plus jeunes, même s'ils sont moins touchés et moins transmetteurs, pourraient, en cette période où le virus circule beaucoup, participer à la transmission du coronavirus.

Faut-il, comme pour leurs aînés de plus de 11 ans,  imposer le port du masque aux plus jeunes ?
Faut-il, comme pour leurs aînés de plus de 11 ans, imposer le port du masque aux plus jeunes ? © Getty / Morsa Images

"Peu contaminants" ne signifie pas "pas contaminants du tout". Alors faut-il, comme pour leurs aînés de plus de 11 ans, imposer le port du masque aux plus jeunes, en cette période de forte circulation du virus ? "Les écoles primaires devraient rester ouvertes mais devraient demander, imposer, le port du masque", a estimé lundi Antoine Flahault, directeur de l'institut de santé globale de l'université de Genève, sur BFMTV. Le masque n'est pour l'instant obligatoire qu'à partir du collège.

Mons contaminés et moins contaminants que les adultes, mais contaminants tout de même

Le professeur Robert Cohen, pédiatre et infectiologue à l'hôpital intercommunal de Créteil, rappelle la faible contamination chez les jeunes enfants. Mais l'éventualité du masque ne peut pas être complètement rejetée, car le virus circule vraiment beaucoup. "On a vu que les enfants sont deux à cinq fois moins contaminés que les adultes, constate le professeur Cohen. Une fois qu'on a dit ça, est ce qu'ils sont contaminants ? Oui ils peuvent l'être, là encore moins que les adultes, moins contaminés, moins contaminants, mais si la circulation du virus est très, très intense, ce qui est le cas actuellement, on peut s'imaginer qu'on est loin du risque zéro et on le comprend tout à fait bien."

Alors que bruissent les rumeurs de reconfinement, les écoles, avec cette contrainte de masque, pourraient-elles rester ouvertes ? Pour le pédiatre, c'est le plus important. "Pour nous le point essentiel c'est le maintien de l'école en présentiel pour la majorité des enfants, parce que la reprise de l'école a été pour nous un succès complet sur le plan des élèves", affirme Robert Cohen.

Selon l'OMS, dans la tranche d'âge 6/11 ans, le masque ne se justifie que si le virus se transmet largement sur leur lieux de résidence et si l'enfant est en mesure de l'utiliser de façon appropriée et sans risque.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.