Alors que les laboratoires ont déjà entrepris des études sur la question, les médecins sont partagés sur la vaccination des enfants, entre souhait de ne pas laisser le virus circuler dans une partie de la population et sentiment que les enfants peuvent développer une immunité au Covid.

Demain, les enfants seront-ils vaccinés contre le Covid ?
Demain, les enfants seront-ils vaccinés contre le Covid ? © Maxppp / IPA Agency / Duilio Piaggesi

Faudra-t-il vacciner également les enfants contre la Covid-19 ? Les principaux laboratoires recrutent pour mener des études cliniques, une démarche qui divise. Ce n'est pas la population prioritaire affirment des chercheurs, alors que d'autres scientifiques pensent que cette tranche d'âge transmet aussi le virus, ce qu'elle ferait moins si elle était vaccinée.

Pour sortir de l'épidémie, vacciner les enfants va donc être indispensable à un moment ou un autre, on ne peut pas exclure une partie de la population. C'est l'avis de plusieurs pédiatres, dont le professeur Robert Cohen de l'hôpital intercommunal de Créteil. "Si on ne vaccine pas, il va y avoir des poches de population non vaccinées dans lesquelles ce virus va pouvoir continuer à circuler et réinfecter des adultes, parce qu'aucun vaccin n'est efficace à 100%, celui-là pas plus que les autres. Donc il y a une vraie justification." 

"On peut tout à fait envisager de vacciner des bébés car se posera la question de la circulation du virus dans les crèches."

Il y a eu un millier d'enfant hospitalisés pour cause de Covid, explique le professeur Cohen : "Un certain nombre d'enfants sont plus à risque de forme grave : les trisomiques 21, les enfants qui ont un déficit immunitaire ou qui ont eu une chimio. On peut commencer très tôt pour ce type de population là."

"La priorité n'est pas la vaccination des enfants"

C'est prématuré, estime en revanche Odile Launay, puisque les enfants ne sont pas vaccinés contre la grippe qu'ils transmettent pourtant beaucoup plus que le Covid, estime l'infectiologue de l'hôpital Cochin : "Contrairement à la grippe, les enfants ne sont pas le réservoir de cette infection virale, ce sont plutôt les adultes qui transmettent aux enfants que l'inverse et donc, il est tout à fait possible que ce virus devienne un virus saisonnier, et que les enfants s'infectent assez précocement dans la vie, et qu'ils développent ensuite une immunité qui permettra à ce virus de moins circuler."

Avant une éventuelle vaccination, il faut des essais cliniques, car les enfants ne sont pas des adultes en miniature. Les firmes pharmaceutiques sont dans les starting-blocks : AstraZeneca a déjà démarré avec 300 jeunes de 6 à 17 ans au Royaume Uni, Pfizer et Moderna sont en cours de recrutement.