Les funérailles de Jacques Chirac ont lieu ce lundi 30 septembre. Un service solennel présidé par Emmanuel Macron sera rendu à midi en l'église Saint-Sulpice à Paris, en présence des anciens présidents Hollande, Sarkozy et Giscard d'Estaing. Plusieurs chefs d'État ou ancien chef d'État étrangers font le déplacement.

Échange entre Jacques Chirac et son homologue le président russe Vladimir Poutine lors d'un sommet sur l'Iran et le Moyen-Orient organisé en 2006 à Compiègne (Oise).
Échange entre Jacques Chirac et son homologue le président russe Vladimir Poutine lors d'un sommet sur l'Iran et le Moyen-Orient organisé en 2006 à Compiègne (Oise). © AFP / PATRICK KOVARIK

Un service solennel présidé par Emmanuel Macron sera rendu à midi en l'église Saint-Sulpice à Paris, en présence des anciens présidents François Hollande, Nicolas Sarkozy et Valéry Giscard d'Estaing.  L'assistance sera à la mesure de l'afflux de messages parvenus du monde entier depuis jeudi midi. 

Parmi la trentaine de chefs d'État, seront présents le président russe Vladimir Poutine, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, les présidents allemand Frank-Walter Steinmeier, italien Sergio Mattarella et congolais Denis Sassou Nguesso, le Premier ministre belge Charles Michel, ou encore les Premiers ministres libanais Saad Hariri et hongrois Viktor Orban. 

L'ami Gerhard Schröder, l'ancien chancelier Allemand, saluera le Jacques Chirac qui l'avait invité pour le 60e anniversaire du Débarquement des Alliés sur les plages de Normandie, en France.

Vladimir Poutine, président de la Fédération de Russie a déclaré que "_Jacques Chirac a acquis le respect mérité de ses compatriotes et une haute autorité internationale en tant que dirigeant sage et visionnaire ayant toujours défendu les intérêts de son pays". L_e chef de l'état  lui avait remis la Légion d'honneur en 2006.

Pour Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne,  qui s'est dit "dévasté" par le décès de Jacques Chirac, "l’Europe perd une de ses figures de proue, la France un grand homme d’État et moi un ami fidèle. Jacques Chirac était un homme de fortes convictions, celles des valeurs humanistes de fraternité, de respect de la tolérance."

Les hommages des différents chefs d'État à Jacques Chirac
Les hommages des différents chefs d'État à Jacques Chirac © Visactu / .

Au Liban,  le pays va observer lundi une journée de deuil national à l'occasion des obsèques de l'ancien président français. Le Premier ministre Saad Hariri a émis une circulaire en ce sens en guise d'hommage à "l'ami du Liban", selon l'agence nationale de l'information (ANI) : "Les drapeaux seront mis en berne (...) et les programmes de télévision et de radio modifiés".

"Les Libanais et les Arabes ressentent aujourd’hui de la douleur après la perte d’un homme qui a profondément marqué leur conscience pendant de nombreuses années"

Le roi du Maroc se fait excuser : Souffrant, le roi du Maroc Mohammed VI ne pourra assister à l'hommage solennel, a fait savoir le palais royal.  "Le roi(...) avait prévu de se rendre en France, afin de présenter, à titre privé, ses condoléances à la famille et aux proches du défunt président Jacques Chirac", dit le communiqué.

Parmi les  absents : pas de Premier ministre israélien, mais surtout pas de Donald Trump. Service minimum pour les États-Unis qui seront représentés par leur ambassadrice en France : le président américain, officiellement, n'a toujours pas réagi au décès de l'ancien président français.

Aller plus loin

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.