Le patron du Sénat part en tournée. D'ici octobre et une grande convention nationale de la droite et du centre, baptisée aussi "La grande alternative", Gérard Larcher organise une série de réunions sur des thématiques précises. La première, c'est ce vendredi après-midi à Valenciennes, en présence de Xavier Bertrand.

Le patron du sénat, lance ce vendredi à Valenciennes, "La Grande alternative", une série de réunions thématiques
Le patron du sénat, lance ce vendredi à Valenciennes, "La Grande alternative", une série de réunions thématiques © Radio France / Jean-Christophe Bourdillat

Il sera là vendredi à Valenciennes et c'est une présence hautement symbolique. Alors qu'à droite, on se cherche un sauveur, les rares paroles et gestes du président de la région Hauts-de-France sont scrutés. Mais pour Xavier Bertrand, pas question de faire, lors de cette convention, de la politique politicienne, ou de commenter ce qui se passe dans son ancien parti. "Il ne vient que pour parler de réindustrialisation", le thème de cette réunion, nous assure son entourage.

Xavier Bertrand devrait prendre la parole à la fin de la réunion, mais n'accordera aucun autre moment à la presse. "Ni lui, ni Gérard Larcher ne feront de grands discours, il s'agit avant tout d'échanger avec les élus présents" précise un proche du patron du sénat.

Très discret sur les questions nationales, Xavier Bertrand ne sortira ce vendredi de sa réserve que pour parler de réindustrialisation des territoires.
Très discret sur les questions nationales, Xavier Bertrand ne sortira ce vendredi de sa réserve que pour parler de réindustrialisation des territoires. © Radio France / Clémence Gourdon Negrini

Boite à outils

Devant les 200 élus invités, Xavier Bertrand restera donc sur ses dossiers. Tandis que Gérard Larcher, lui, s’attelle à préparer les municipales. C'est l'objectif assumé de ces conventions : faire émerger des idées concrètes, dont les élus locaux pourront se servir durant la prochaine campagne. Et ça, notamment, grâce à la participation de grands témoins. Comme ici à Valenciennes deux chefs d'entreprises et un syndicaliste. "Se nourrir des expériences locales" explique l'entourage de Gérard Larcher,  "pour faire un état des lieux sur chaque thème abordé".

Une boite à outils donc à destination de la droite et du centre pour faire face à l'entreprise de séduction massive des maires, menée à la fois par les marcheurs et par le Rassemblement National. 

D'autres conventions sont d'ores et déjà prévues, au moins sept ou huit, avant la réunion finale en octobre. Comme en Île-de-France en septembre, en présence de la présidente de région, Valérie Pécresse, qui a récemment quitté le parti Les Républicains. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.