C’est de là que tout est parti, il y a un an. Sur Facebook, les “gilets jaunes” ont non seulement appelé à la mobilisation mais aussi organisé leur mouvement, plusieurs mois durant. Que deviennent ces espaces d’organisation et de revendications ? Nous nous sommes re-plongés dans les principaux groupes nationaux.

Il y a un an, lors d'une manifestation de "gilets jaunes" à Paris, le 1er décembre 2018.
Il y a un an, lors d'une manifestation de "gilets jaunes" à Paris, le 1er décembre 2018. © AFP / Hans Lucas / Karine Pierre

Un nombre incalculable de pages” : dès le 15 novembre 2018, deux jours avant la toute première journée de mobilisation, France Inter tentait de décrire l’organisation du mouvement des “gilets jaunes” et dénombrait une myriade de groupes Facebook locaux. Début janvier, Les Décodeurs du quotidien Le Monde en comptaient plus de 250

Aujourd’hui, que reste-t-il de ces groupes ? Sont-ils toujours actifs et que s’y passe-t-il ? Car, des manifestations, il n’y a plus grandes traces : quelques jours avant le premier anniversaire du rassemblement initial, seulement quelques milliers de personnes ont par exemple défilé samedi 9 novembre, à Montpellier, Toulouse, Strasbourg, ou Bordeaux. Pour le savoir, nous nous sommes re-plongés dans les groupes nationaux de “gilets jaunes” auxquels nous nous étions abonnés il y a un an, pour comprendre à l’époque l’origine de ce mouvement inédit. 

"Il y a encore une activité car ils ont été des lieux de politisation, d'engagement pour certaines personnes (...) et ce terrain de convivialité qu'il y a eu sur les réseaux sociaux, le tissu créé est toujours là et ne va pas s'en aller comme ça", assure la chercheuse Brigitte Sebbah, co-auteure de plusieurs rapports sur l'activité numérique des "gilets jaunes". Mais si plusieurs grands groupes ont semble-t-il attiré une grande majorité des échanges des derniers mois au détriment des groupes locaux et ultra-locaux, ils semblent toutefois être moins animés qu’il y a un an. 

Les Facebook live de “La France en colère !!!” sont moins regardés

Il y a un an : l’un des principaux groupes, “La France en colère !!!”, était à l’époque animé par Éric Drouet et Priscillia Ludosky mais cette dernière a pris ses distances. 

Ce que disent les statistiques : le groupe compte aujourd’hui plus de 287 000 membres (à peine plus qu’il y a un an). Éric Drouet y est toujours très actif : ce dernier a posté, pas plus tard que lundi 11 novembre, un programme de la journée anniversaire des “gilets jaunes” et continue à partager des sondages ou des directs Facebook, tournées au volant de son camion - il est chauffeur de poids lourds. “L’idée générale qui ressort, c’est rendez-vous à 10 heures sur le périphérique et ensuite, 14 heures, aller vers le centre de Paris”, raconte-t-il récemment dans l’une de ces vidéos, qui recueille plus de 22 000 vues, au sujet de l’organisation de l’anniversaire du mouvement le 17 novembre. À titre de comparaison, en janvier, ses lives frôlaient plus les 100 000 visionnages. 

Ce qu'il s'y dit : devenu privé au début de l’année 2019 comme un bon nombre de groupes, il est désormais difficile d’analyser précisément les données d’activité de “la France en colère !!!” avec les outils dont nous disposons. Mais il semble être tout de même très actif et les discussions de ses membres portent, au-delà des vidéos d'Éric Drouet, notamment sur la journée de grève prévue le 5 décembre à la SNCF et la RATP, la réforme de l’assurance chômage, à travers le partage de papiers d’actualité. 

Evolution du nombre de posts sur les quatre pages Facebook ouvertes.
Evolution du nombre de posts sur les quatre pages Facebook ouvertes. /
Les interactions (likes, commentaires, partages) sont aussi en nette baisse.
Les interactions (likes, commentaires, partages) sont aussi en nette baisse. /

Beaucoup moins d'interactions sur “Fly rider infos blocage”

Il y a un an : animé par Maxime Nicolle, alias Fly Rider, le groupe public qui porte son nom est certes toujours actif mais suscite lui aussi bien moins d'interactions et de publications qu'il y a un an. 

Ce que disent les statistiques : Le nombre d'abonnés stagne aussi. L’outil Crowdtangle permet d’établir un rapport précis entre les échanges de l’automne 2018 et ceux de ces dernières semaines et ce rapport est sans appel : avec plusieurs milliers de publications en novembre et décembre dernier, on n’en dénombre moins d’un millier ces derniers mois. Quant aux interactions (commentaires, likes, partages), elles ont chuté depuis un an : de quatre millions au pic du mouvement en décembre, nous sommes retombés à 500 000 le mois dernier. Sur le fond, le “gilet jaune” Maxime Nicolle continue à produire ses lives à destination de ses 165 000 abonnés, casquette à l’envers vissée sur le crâne. Le décor est le même qu’il y a un an, le format aussi : quelques minutes d’attente pour faire venir du monde sur le live, des commentaires à la minute et les réponses en direct dans un monologue de Maxime Nicolle d’une quarantaine de minutes. L’impression de revenir un an en arrière. L’un des plus récents a rassemblé 45 000 vues, contre près de 300 000 participants pour un direct d’une durée équivalente en décembre

Ce qu'il s'y dit :Comme vous le savez tous, on arrive à la date des 1 an de lutte. Un an de lutte, de fatigue, de prises de risque, de conscience. On va parler de ça ce soir, de ce qu’il va se passer ce week-end”, explique Maxime Nicolle dans son introduction. “Ça fait douze mois que je le dis, si vous êtes là pour un appel à la violence, vous vous êtes trompés de groupe les gars”, lance-t-il encore en réponse à des commentaires appelant à la révolution. Il évoque une “convergence des luttes”, “un pays bloqué d’ici la fin de l’année” et invite à communiquer via les applications cryptées. “Juste merci pour ce que tu fais depuis un an, tu as un courage monumental”, commente un utilisateur. 

La carte des rassemblements et “💥gilet jaune💥”, sans leaders et pas très organisés

Il y a un an : liée à un site du même nom, la page "La carte des rassemblements" faisait partie des communautés les plus importantes tout comme la page “💥gilet jaune💥”.

Ce que disent les statistiques : fort de ses 340 000 abonnés (l’une des plus grosses communautés, mais pas forcément la plus influente), le groupe “La Carte des rassemblements” reste globalement actif avec un ratio important de posts. S’il est monté jusqu’à près de 200 000 abonnés, le groupe “gilet jaune” est quant à lui aujourd’hui composé de 188 614 membres. 

Comme les autres, la quantité de publications et d'interactions de ces groupes suivent la même tendance à la baisse. Mais contrairement aux groupes évoqués précédemment, ils ne semblent pas avoir de leaders, comme avec Fly Rider ou sur “la France en colère !!!”, qui sont structurés par les prises de paroles de leurs leaders. Là, les abonnés diffusent de façon anarchique des contenus d’actualité, des vidéos ou des statuts. Face aux plus de 2000 posts mensuels du début d’année, le compte "gilet jaune" est désormais moins dynamique avec moins d’un millier de publications par mois.

Ce qu'il s'y dit :Les politiques sont plus choqués par une porte renversée que par un étudiant qui se suicide”, réagissait par exemple l’une des membres du groupe, mercredi, à propos de la grogne des étudiants après la tentative de suicide de l'un d'entre eux à Lyon. En ouverture du groupe, un post est toutefois mis en avant pour appeler au rassemblement : “On oublie rien, on lâche rien”, insiste une vidéo adossée à un appel à la mobilisation générale, partout en France, pour l’anniversaire des “gilets jaunes”.  

Et le “Compteur officiel des gilets jaunes” ?

C’était l’un des indicateurs important pour prendre le pouls du mouvement et comptabiliser le nombre de soutiens : le groupe dénommé “Compteur officiel”. Pas forcément des plus actifs en terme de posts et d'interactions, mais sans conteste le plus suivi. Il a, selon BFM TV, réuni jusqu’à plus de deux millions de personnes. Il compte toujours, au 14 novembre 2019, plus de 1 729 000 membres. Quand à l’animation de la page, elle est donc bien en deçà des autres groupes nationaux : le ratio est à moins d’une publication par jour et il s’agit essentiellement de partages de vidéos provenant d’autres pages de “gilets jaunes”.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.