Google a mis en ligne vendredi l’ensemble des données de déplacements des utilisateurs (qui ont activé l’option localisation) de son outil de cartographie, Google Maps. Des données qui doivent, selon le géant du web américain, permettre d’aider les dirigeants à améliorer l’efficacité de leur politique de confinement.

Google a mis en ligne ce matin l’ensemble des données de déplacements des utilisateurs (qui ont activé l’option localisation) de son outil de cartographie, Google maps.
Google a mis en ligne ce matin l’ensemble des données de déplacements des utilisateurs (qui ont activé l’option localisation) de son outil de cartographie, Google maps. © Nikada / Getty images

Des données agrégées et anonymes des régions de 131 pays sur une même période – du 16 février au 29 mars - qui déterminent selon Google des tendances. Et ces tendances montrent un effet évident des stratégies de confinement et de distanciation sociale sur la fréquentation de plusieurs lieux.

87% de déplacements en moins vers les lieux de transit

Google a déterminé six types de lieux fréquentés par les populations : les loisirs, l’alimentation et les pharmacies, les parcs, les lieux de transit, les bureaux et les logements. Résultat pour la France : depuis l’entrée en vigueur du confinement, il y a 87% de déplacements en moins vers les gares et les aéroports, près de 60% en moins vers les bureaux et malgré leur ouverture au public, les magasins d’alimentation et les pharmacies ont perdu 72% de fréquentation, après un pic à 40% le week-end qui a précédé le confinement.

Selon les données de Google, aux États-Unis, le confinement ne fonctionne pas

Bien plus intéressante, la comparaison entre pays : plus le territoire est touché par l’épidémie, plus les déplacements sont limités : 94% de baisse de fréquentation des lieux de loisirs en Italie et en Espagne, c’est 88% en France et ça tombe à 77% en Allemagne.

Les chiffres de la mobilité aux États-Unis font peur : seulement 19% de déplacements en moins vers les parcs, par exemple. Selon Google, les Américains respectent donc bien moins que les Européens le confinement, alors que la mortalité liée au nouveau Coronavirus explose

Google assure respecter l'anonymat des utilisateurs

Google ne partage pas le nombre absolu de visites mais seulement des tendances. Il sera donc possible de mesurer l'évolution des fréquentations des six types de lieux mesurés mais pas de les quantifier. D'autre part, le géant américain ajoute "du bruit artificiel" à ces jeux de données suivant les protocoles de la technique de "la confidentialité différentielle" qui est aujourd'hui la méthode la plus fiable pour protéger l'anonymat des utilisateurs. 

Enfin, seules les personnes ayant accepté d'activer le paramètre "Historique des positions" au lancement de l'application Google Maps sont prises en compte. Le géant américain promet d'élargir ses mesures à d'autres régions du monde ainsi que des mises à jour régulières.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.