Libérés, déconfinés, allons-nous continuer à polluer autant qu'avant l'épidémie de coronavirus ? Une application pour smartphone, Greenly, propose de suivre nos achats pas à pas pour faire les bons choix et diminuer nos empreintes carbone.

L'empreinte carbone des utilisateurs de l'application Greenly, mesurée à partir de leurs achats, a baissé de 62% pendant le confinement
L'empreinte carbone des utilisateurs de l'application Greenly, mesurée à partir de leurs achats, a baissé de 62% pendant le confinement © Getty / .

En moyenne, un Français émet (directement et indirectement) presque 12 t de carbone par an. Or, pour envisager une inversion de nos émissions de gaz à effet de serre, il faudrait en émettre seulement 2 à 3 par an ! D'après Greenly, application de mesure des empreintes carbone chez les particuliers, l'empreinte carbone a baissé de 62 % pendant le confinement. C'est encore beaucoup trop pour maintenir le réchauffement climatique en dessous de 1,5 °C en 2100. Mais l'on se dit qu'il faudrait que ça dure.

Pendant le confinement c'est la baisse de trafic routier, ferroviaire et aérien qui a le plus fait baisser nos empreintes, immédiatement suivi par l'absence de loisirs et la moindre utilisation des services.  Aujourd'hui, le trafic reprend, les transports vont monter en puissance. Allons-nous donc polluer à nouveau de plus en plus ? 

Optimiste, Arnaud Delubac, co-fondateur de Greenly constate qu'"il y a une prise de conscience réelle, et les entreprises cherchent des outils pour mesurer la limitation des empreintes carbones de leurs salariés et d'elles-mêmes. Greenly a été mise au point pour cela, car jusqu'à présent, elles manquaient d'outils. Les particuliers aussi." 

Greenly, depuis votre smartphone, est relié à votre carte bancaire par le biais d'une technologie sécurisée et agréée par la Banque de France. Chaque achat fait tourner le compteur carbone. En se référant aux données de l’Agence de l’environnement (Ademe), de recherches scientifiques, elle classe les achats, en catégories, alimentation, énergie et évalue leur impact.

L'appli, qui a engrangé ses premiers utilisateurs depuis le mois de mars, se prépare à organiser des défis entre eux pour les motiver, et à aiguiller les gens vers des marques vraiment vertes, et dont l'empreinte carbone des produits qu'elles vendent est vraiment plus faible

Rendre les progrès tangibles

En tout cas, désormais, on ne peut pas ne pas savoir. Et Greenly fournit des conseils pour faire des économies de carbone : 

  • choisir une armoire upcyclée (recyclée et vraiment embellie) = 800 kg de CO² en moins
  • choisir une gourde pour remplacer les bouteilles plastique = 300 kg de CO² en moins

Bientôt l'application qui a vraiment éclos pendant le confinement, s'apprête à récompenser les internautes vertueux  avec un système de cashback, argent qu'ils pourront d'ailleurs dépenser en soutenant des projets écologiques de leur choix. Ce sera un moyen de s'engager eux-mêmes à double titre, en surveillant leurs propres pratiques et en investissant de l'argent là où ça leur semble intéressant. En ce moment ils sont particulièrement aiguillé vers le projet Floresta de Portel qui vise à protéger la forêt et la biodiversité dans l'état de Para au Brésil. 

"Depuis le lancement de Greenly, nos utilisateurs ont évité d'émettre 608 tonnes de CO2 dans l'atmosphère, dont 21 tonnes la semaine dernière, soit l'équivalent de 49 hectares de forêt amazonienne" annonce fièrement l'équipe sur son blog. 

"En ce moment, on parle beaucoup du monde de demain", constate Arnaud Delubac, "et bien voilà, nous pouvons par ce genre de systèmes changer vraiment nos comportements, nos consommations, et investir dans les entreprises dont le profil nous convient mieux"

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.