La campagne de vaccination contre la grippe vient de démarrer. Le virus peut être particulièrement agressif pour les personnes âgées et les patients hospitalisés. Or, paradoxalement, les personnels qui s'occupent d'eux sont trop peu vaccinés.

Moins de 20% des aides-soignants et aides-soignantes sont vaccinés contre la grippe
Moins de 20% des aides-soignants et aides-soignantes sont vaccinés contre la grippe © AFP / PATRICK HERTZOG

Faut-il rendre la vaccination contre la grippe obligatoire pour les infirmiers, les aides-soignants et les personnels des EHPAD ? La question se pose chaque année. Au plus près des malades, ces professionnels prennent aussi le risque de leur transmettre des virus. 

Chez ces personnels, la couverture vaccinale est nettement insuffisante. Les médecins, eux, sont pourtant plutôt bien vaccinés. Ils le sont dans 50 et 60% des cas. Les infirmiers et infirmières le sont moins, et les aides soignantes, encore moins, en dessous de 20%. 

L'idée est donc d'inciter ces professions de santé à se faire vacciner plus massivement, en leur démontrant, chiffres à l'appui, les bienfaits de la vaccination. 

Au sein des hôpitaux de Lyon, le Pr Bruno Lina, virologue spécialiste de la grippe, va agir en ce sens, "tout simplement en expliquant que lorsque  la couverture vaccinale d'une équipe de soignants monte suffisamment pour être aux alentours de 45, 50%, on voit en parallèle diminuer de façon très significative le risque de grippe."

Les médecins hospitaliers ont observé que les conséquences positives sont immédiatement visibles. 

Le nombre de cas de grippes nosocomiales a été réduit de plus de 60% quand la moitié des soignants est vaccinée. L'an dernier, l'épidémie de grippe avait été modérée, de courte durée, avec 1 800 000 consultations et 9 900 décès, mais on ne sait jamais à l'avance de quelle teneur va être exactement l'épidémie à venir. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.