C'est la question posée par Clément dans l'émission "Les P'tits bateaux". Au micro de Noëlle Bréham, l'historien et spécialiste de l'Antiquité romaine, Yann Le Bohec, explique comment les Barbares ont su jouer sur la faiblesse militaire de l'empire romain qui était alors en état de décomposition.

Représentation du déclin de l'empire au moment du sac de Rome (455), Thomas Cole, 1836, New York Historical Society
Représentation du déclin de l'empire au moment du sac de Rome (455), Thomas Cole, 1836, New York Historical Society © AFP / Leemage

Les Romains cumulent les défaites

Yann le Bohec : "Les Romains ont été vaincus par les Barbares dans des batailles au milieu du IIIe siècle de notre ère. Un empereur romain, Dèce, a été battu et tué à Abrittus, en Thrace, en 251. À la fin du IVe siècle et au début du Ve siècle ap. J.-C., il y a eu de nouveau toute une série de défaites des Romains

  • 378 : la bataille d'Andrinople 
  • 406 : le Rhin est traversé par les Vandales, les Alains, les Suèves
  • 410 : les Wisigoths s'emparent de Rome"

En effet, l'essoufflement général de l'empire arrive bien plus vite qu'on ne le pense. Rome est vite assiégée et forcée de toutes parts. La dernière grande guerre victorieuse date des guerres daciques de Trajan au tout début du IIe siècle.

Quand l'Occident romain devient l'Occident barbare

Yann Le Bohec : "Pourquoi ? La réponse est à la fois simple et complexe et délicate : 

  • Parce qu'à ce moment-là, les Barbares sont plus forts que les Romains. L'armée romaine est devenue très médiocre à la fin du IV et Ve siècle.

Ces Barbares, ce sont des Germains : des Goths, des Alamans, des Francs... L'Iran également. Ce sont les ennemis de Rome

  • Les Barbares sont devenus plus forts parce qu'ils se sont organisés en ligue
  • Ils ont compris que pour vaincre les Romains, il fallait se battre comme eux : disposer de soldats professionnels et d'un meilleur armement
  • La baisse du recrutement militaire fait le bonheur des forces barbares

Les défaites freinent l'ardeur des jeunes Romains qui n'ont plus trop envie d'entrer dans l'armée. Ils sont aussi freinés par la mauvaise rémunération, ils sont mal payés. En effet, l'État romain s'est ruiné au cours du IIIe siècle. Les défaites ayant entraîné le paiement de tributs très élevés aux barbares. Se battre gratuitement, c'est quand même quelque chose que les Romains n'aimaient pas trop".  

Les Barbares se nourrissent de l'organisation des Romains

Rome périclite par un drôle d'effet miroir qui fait que les Barbares imitent l'empire pour se construire eux-mêmes. 

Yann Le Bohec : "Sur le terrain, lors des combats contre les Romains, ils voient et analysent comment les Romains s'organisent. Sans compter les déserteurs des armées romaines". Yann Le Bohec prend cet exemple de la fin du IIe siècle de notre ère, où des Romains vaincus issus du camp du général Niger, se sont réfugiés en Iran, apprenant ainsi aux Iraniens à fabriquer des armes et à se battre comme les Romains, leur apprenant à disposer d'une infanterie lourde, ce que les Iraniens n'avaient jamais eu jusque-là. 

En effet, Rome subit une grande crise démographique, c'est pourquoi elle accueille des alliés des Barbares qu'elle contribue à romaniser : en effet, ils apprennent à se connaître et à cohabiter donnant de sérieuses bases d'organisation et d'établissement futurs aux barbares. 

Les Barbares se nourrissent de la faiblesse de Rome

Souvent supérieurs en nombre et avides de sédentarisation, ils remportent de nombreux succès face aux Romains, intégrant le système romain alors en pleine destructuration sociale pour mieux l'affaiblir. 

Aussi, les dépenses militaires sont si grandes qu'elles obligent l'État romain à lever des impôts qui pèsent bien souvent sur les plus pauvres. Ainsi, tous ceux qui vivent reclus de la liberté et des droits romains sont souvent enclins à se réfugier aux côtés des Barbares, grossissant ainsi leurs rangs. 

Rome perd continuellement de sa superbe et ne parvient pas à se relever, les points névralgiques de l'empire tombant les uns après les autres aux mains des Barbares qui finissent par avoir raison de Rome. 

Les raisons des invasions barbares

Ajoutons aussi qu'à la différence des Romains, les Barbares rencontrent un essor démographique tel qu'ils convoitent l'acquisition de plus vastes territoires, plus riches en ressources. Leur vague d'émigration est aussi déterminée par le grand hiver qui frappe les régions du nord et de l'est, plus reculées de Rome d'où ils sont originaires.

476 : Rome n'est plus !

C'est à cette date, symbolique, que l'État romain est vidé de sa substance, à la chute du dernier empereur romain Romulus Augustule, arraché de ses insignes impériaux. Même s'il reste l'empire d'Orient. C'est ainsi que se mettent en place les États barbares sur les derniers vestiges de l'empire romain. 

Aller plus loin

🎧 ÉCOUTER - Les P'tits bateaux, les 5 questions-réponses, par Noëlle Bréham

📖 LIRE Yann Le Bohec, 52 av. J.-C. chez Tallandier

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.