C'était en 390 av. J.-C. Les Romains étaient encore loin de concevoir leur plan d'expansion vers la Gaule. Une tribu gauloise, menée par son chef Brennus, déferlait vers le sud et parvint à mettre à sac la ville de Rome au point de lui imposer une rançon.

Après avoir vaincu les Romains lors de la bataille de l'Allia, et mis à sac Rome, les gaulois sénons et leur chef Brennus exigent une lourde rançon (début du IVe siècle av. J.-C.)
Après avoir vaincu les Romains lors de la bataille de l'Allia, et mis à sac Rome, les gaulois sénons et leur chef Brennus exigent une lourde rançon (début du IVe siècle av. J.-C.) © AFP / BIANCHETTI STEPHANO / LEEMAGE

Yann Le Bohec, professeur émérite de l'Université Paris-Sorbonne, auteur de Histoire des guerres Romaines (édition Tallandier) était invité à répondre à la question de Gabriel qui se demandait, dans l'émission des "P'tits bateaux" "pourquoi les Gaulois ont fait la guerre aux Romains, ou vice-versa ?". L'occasion de retracer les premiers affrontements que se livrèrent les Gaulois et les Romains bien avant la conquête décisive de la Gaule par César en 52 av. J.-C...

La réponse de Yann Le Bohec 

Ce sont les Gaulois qui ont commencé.

"Rome était une ville déjà riche, prospère dans laquelle se trouvaient beaucoup de biens : de l'or, des vêtements, des tissus, des armes, des métaux. 

Les Gaulois sont descendus depuis la vallée du Danube, ils se sont installés en Italie du Nord d'abord et, depuis la plaine du Pô, ils ont mené des raids plus au sud et surtout vers Rome parce que c'était une ville riche et que les Gaulois étaient animés par une volonté qui était très simple : le pillage. Les Romains s'y adonnèrent eux aussi : partout où il y avait des richesses à prendre, ils les prenaient. 

Ils n'étaient simplement pas encore allés chez les Gaulois qui étaient, à cette époque-là, des gens pauvres. Les Romains se contentaient encore du territoire italien, allaient vers la Campanie, vers l'Étrurie, puis vers la Grèce, le monde de Carthage, la Sicile - bref des territoires riches en denrées.

Les Romains ont d'abord eu peur quand ils ont vu les Gaulois, apparentés à des monstres

C'est quelque chose qui peut nous étonner, mais que nous trouvons chez les auteurs anciens, comme chez César, chez Aulu-Gelle… et qui rapportent que les Gaulois étaient terrifiants pour une raison qui va vous surprendre : parce qu'ils avaient des yeux bleus et des cheveux blonds. En outre, ils étaient grands et forts quand les Italiens, disait César, 'étaient petits et bruns'

Ils se sont quand même défendus. Ces attaques, qui ont eu lieu au cours du IVe siècle av. J.-C, ont eu la fâcheuse conséquence de faire des Gaulois l'ennemi héréditaire des Romains

Quand César a commencé la Guerre des Gaules, deux siècles et demi plus tard, les Romains ont applaudi, considérant que c'était une vengeance justifiée et légitime.

Quand les Gaulois attaquèrent les premiers en 390 av. J.-C

Dans l'imaginaire collectif, la grande date symbolique qui nous vient immédiatement à l'esprit lorsque l'on conçoit la rencontre entre les Gaulois et Rome, c'est la victoire romaine, décisive, à Alésia en -52 av. J.-C., menée par le proconsul Jules César. Elle met fin à la Guerre des Gaules et signe la défaite de la coalition gauloise menée par Vercingétorix. C'est très bien mais, en vérité, c'est commencer par la fin. 

Il nous faut remonter au début du IVe siècle av. J.-C pour connaitre les premiers grands affrontements symboliques entre les Gaulois et les soldats de la République romaine. 

À cette époque, Rome est loin d'être ce grand empire territorial et triomphal qui fascine tant. Si elle présente un grand potentiel, les Romains sont seulement en train de pacifier le territoire « italien » central qui correspond alors à la région du Latium. Rome ne contrôle qu'une région très limitée et n'est encore qu'une puissance mineure en Italie. La Cité-État est encore très vulnérable, la suprématie romaine est seulement en devenir. 

C'est ainsi qu'à partir de 390 av. J.-C, les Sénons, une tribu gauloise particulièrement belliqueuse, opportuniste, en quête de richesses et d'une plus grande zone d'influence territoriale, déferlent vers le sud-est, et commencent par envahir la province étrusque, malmenant sévèrement la sphère d'influence de Rome. Celle-ci se retrouve très rapidement sens dessus dessous. Rome est particulièrement impressionnée par la physionomie de ces Gaulois, en même temps que leur armement et leur détermination sans failles. Ceux qui ne s'apparentent, à leurs yeux, qu'à de simples barbares, sèment partout la panique

Rome est rapidement investie, faute d'un plan de bataille minutieusement planifié par les officiers romains qui enchainent les déconvenues militaires. Ce qui reste de l'armée se replie dans la citadelle du Capitole. Le siège s'éternise sur près de sept mois. Comme dans tout conflit depuis les débuts de l'Histoire, le manque d’approvisionnement fragilise les deux camps armés et un compromis est vite mis en place. 

Le tribun militaire romain sur place et le chef de clan gaulois, Brennus, trouvent un accord : les Romains doivent verser une rançon de mille livres d'or. Mais les Gaulois, au moment de la pesée, ajoutent des faux poids pour alourdir le tribut des Romains. Les Romains manifestant leur indignation, c'est à ce moment que Brennus aurait jeté sur le plateau de la balance son épée et son baudrier en s'exclamant : "Malheur aux vaincus". Le traité est jugé caduc et les affrontements reprennent de plus belle. Cette fois, les Gaulois doivent fuir.

Méconnu, le siège de Rome par les Gaulois représente pourtant l'un des épisodes les plus symboliques de l’histoire gallo-romaine mais aussi l'un des plus discutés. L'histoire débat encore sur la véracité pleine de cet événement quand bien même l'historiographie gréco-romaine (des auteurs comme Diodore de Sicile, Pline l’Ancien, Tite-Live, Plutarque…) ne manque pas d'en rapporter les faits. Mais comme souvent, la légende a souvent le don de venir se greffer aux faits, pouvant altérer le véritable récit. 

La suite, on la connait, c'est le début officiel de la Guerre des Gaules entreprise par le proconsul romain Jules César contre l'alliance, bien plus conséquente cette fois, de plusieurs tribus gauloises, de 58 à 52 av. J-C. qui aboutit à la victoire romaine décisive à la bataille d'Alésia. La Gaule devient alors une province romaine. 

Et là on peut se poser la question : les Romains ont-ils vécu cette conquête comme une ultime revanche depuis la mise à sac de Rome au début du IVe siècle av. J.-C. par les Gaulois ? Allez savoir ! 

Aller plus loin

🎧 RÉÉCOUTER - Les P'tits bateaux : Pourquoi les Gaulois ont fait la guerre aux Romains ou l'inverse ?

📖 LIRE - Yann Le Bohec : Histoire des guerres Romaines (édition Tallandier)