Dans le cadre de la commémoration nationale de la Première Guerre mondiale 1914-1918, le Muséum de Marseille présente une exposition dédiée aux millions d'animaux que les affrontements ont entraîné dans leur sillage et dévoile ainsi des aspects peu connus de ce conflit. S'inspirant d'une exposition proposée en 2014, par le Muséum de Bourges, cette exposition s'appuie sur des fonds d'archives, des extraits littéraires, des documents audio-visuels, des photographies d'époque, mais également des animaux naturalisés et des objets. Ces documents permettent d’appréhender l’impact de la première guerre "moderne" sur les animaux et la nature.Acteurs indésirables (mouches, puces poux, punaises, morpions, rongeurs, ) ou "mobilisés" (chevaux, mules, pigeons voyageurs, chiens, dromadaires...) ont partagé le quotidien des poilus. Des millions d'entre eux ont - les équidés notamment - ont contribué à la logistique de guerre : approvisionnement, transport et accompagnement sanitaire des armées, devenant souvent des victimes collatérales du conflit . Plus de 5 000 chiens de guerre français seront également tués ou portés disparus. Les animaux sont aussi pour les simples soldats des mascottes, des camarades d'infortune qui les aident à tromper l'ennui et à supporter l'horreur de la guerre.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.