La rivalité des deux champions transcende les générations et sert encore de référence. Dans l'émission "Affaires sensibles", l'ancien joueur de tennis Patrick Proisy et le journaliste Fabrice Abgrall reviennent sur cette confrontation mythique qui nourrit toujours autant le monde du tennis.

L'américain John McEnroe et le suédois Björn Borg en 1981 lors de la finale de l'US Open
L'américain John McEnroe et le suédois Björn Borg en 1981 lors de la finale de l'US Open © Maxppp / ZUMA PRESS / TEAMSHOOT

Nous serions bien tentés de faire valoir, en premier lieu, la rivalité que se livrent actuellement les trois plus grands joueurs de l'histoire du tennis, si l'on s'en réfère aux nombre de titres de grands chelems qu'ils détiennent. Mais alors que Roger Federer, Rafael Nadal et Novak Djokovic continuent d'écrire, un peu plus chaque jour, l'histoire du tennis, leur émulation ne manque pas d'être immédiatement rapportée à celle de Borg et McEnroe qui incarnaient la toute première et peut-être la plus authentique jamais rencontrée. Pourquoi leur rivalité est-elle si immortelle ? 

Juillet 1980 - Finale de Wimbledon : un duel de titans

C'est un match marathon de 5 sets comme on les aime en finale. Sur le court central, la température est aussi élevée que le moment est mythique tant il signe l'apogée de Borg et la naissance de McEnroe. C'est un véritable tournant. 

Le quadruple tenant du titre, Björn Borg ne s'attend pas à être aussi dépassé au terme d'un premier set que le jeune McEnroe teigneux de 21 ans remporte facilement 6/1. D'entrée de jeu, le "sale morveux" (surnom donné par la presse anglaise) domine le numéro 1 mondial. Mais Borg n'a aucune intention de se laisser impressionner par ce petit jeunot extrêmement culotté et talentueux. Borg drague le filet dès que l'occasion se présente, alors qu'il est plutôt réputé pour jouer en fond de court, appuyé d'un service remarquable qui lui permet de reprendre le dessus. McEnroe est mené deux sets à un (1/6, 7/5, 6/3). Le spectateur en est presque convaincu, Borg va sortir l'Américain en quatre sets. Mais c'est sans compter le jeu décisif du quatrième set qui s'inscrit au sommet de l'art du suspense et du retournement de situations. 

En effet, Borg sert pour le gain du match à 5-4 jusqu'à ce que l'Américain débreake ! Les deux hommes signent alors ce tie-break de légende de 25 minutes de jeu, offrant des points et des ratés aussi exceptionnels que somptueux, entre volées perdues et cette balle de match manquée de Borg. Contre toute attente, c'est l'Américain qui gagne ce set de légende (18-16), avant de perdre le match après quatre heures de jeu. Une grande victoire pour Borg mais une défaite légendaire pour McEnroe qui gagnera les trois autres finales de grand chelem face au géant suédois. L'Américain prend sa revanche à Wimbledon l'année suivante en s'imposant en quatre sets face à Borg.

Patrick Proisy ne peut s'empêcher de rappeler qu'il s'agissait d'une première dans l'histoire du tennis. Une telle confrontation n'avait jamais autant galvanisé le public et c'est à Wimbledon durant l'été 1980 que l'histoire commence. Une légende, déjà bien ancrée (Borg) contre une autre, émergente (McEnroe) : 

"Borg avait gagné quatre fois de suite Wimbledon, ce qu'aucun joueur n'avait réussi auparavant. Bien avant l'avènement de Pete Sampras et de Roger Federer, il courait après une cinquième couronne successive, il y avait énormément de pression. D'autant plus que Borg préférait affronter des droitiers que des gauchers. Il avait eu beaucoup de problèmes en finale de Wimbledon contre Roscoe Tanner, l'année qui précédait, et le voir contre John McEnroe, un attaquant hors du commun, c'était pour lui et le public un défi immense. 

Quand on se place du côté de Borg, quand on poursuit cet objectif d'une cinquième couronne à Londres, qu'on obtient sept balles de match au quatrième set, qu'on les perd et qu'on se retrouve à deux sets partout contre un joueur comme John McEnroe qui était capable du meilleur sur le terrain, il faut avoir une sacrée force de caractère pour s'en sortir. C'est ce qui s'est passé. 

Ce match est d'autant plus spectaculaire qu'il a offert de la dramaturgie, du suspense, et une justesse des coups au niveau technique qui s'est avérée exemplaire

Le joueur de tennis français explique combien le combat héroïque mené par le Suédois pour venir à bout du jeune McEnroe, alors au tout début de sa carrière, a été vécu comme un tournant dans la manière de considérer les retournements de situation et la gestion de la pression en match. 

"Sur gazon (surface du tournoi de Wimbledon) Björn Borg a montré une extraordinaire faculté à s'adapter pour se sortir de nombreuses situations délicates. Beaucoup plus malmené par McEnroe, notamment à la volée, Borg s'est rabattu sur son service pour compenser la supériorité de McEnroe à ce niveau-là". 

Deux légendes, deux styles différents, une même révolution

En face de lui, le jeune McEnroe n'a que 21 ans. Il est au tout début de sa carrière commencée deux ans plus tôt en 1978 quand il était déjà parvenu en demi-finale du championnat de Wimbledon en sortant des qualifications ! Il n'a que deux ans de carrière derrière lui quand il affronte le Suédois en 1980 à Wimbledon et compte bien faire tomber le numéro 1 mondial de son piédestal. 

Ce sont véritablement deux modèles sportifs qui s'affrontent, surtout deux personnalités tant dans l'esprit que dans le jeu. John McEnroe est très émotif, impulsif, réputé pour son mauvais caractère, il n'hésite pas à se mettre en spectacle en s'en prenant directement aux arbitres, au public, non sans que celui-ci ne finisse par s'en amuser (un des exemples les plus fameux est celui du premier tour de Wimbledon en 1981 contre Tom Gullikson). Quand Borg lui fait preuve d'une impassibilité et d'un calme aussi exemplaires que déconcertants pour son adversaire. 

Au total, ils se sont affrontés 14 fois dont 4 en Grand Chelem. Après cette première finale historique à Wimbledon en 1980 où Borg vient à bout du jeune américain en 5 sets (1–6, 7–5, 6–3, 6–7, 8–6), McEnroe aura raison de Borg trois fois de suite durant le tournoi de l'US Open aux Etats-Unis la même année (7–6, 6–1, 6–7, 5–7, 6–4), à Wimbledon en 1981 où il prend sa revanche en quatre sets (4–6, 7–6, 7–6, 6–4) puis à nouveau à l'US Open la même année (4–6, 6–2, 6–4, 6–3). Borg possède 11 titres du Grand Chelem dont 6 à Roland Garros et 5 à Wimbledon et McEnroe 7 titres dont 3 à Wimbledon et 4 à l'Us Open

Pour Fabrice Abgrall, il faut bien se rendre compte que cette rivalité s'est construite sur une période extrêmement courte (quatre ans) mais d'une intensité telle qu'elle a permis de rendre le tennis populaire. 

À eux deux, ils ont démocratisé le tennis, ils l'ont rendu médiatique. Il y a un avant et un après McEnroe/Borg

Comme l'explique Patrick Proisy "un chef d'œuvre se nourrit d'un certain nombre de paramètres. Il faut d'abord que techniquement, la partie soit exceptionnelle, comme ça a été le cas avec eux deux. Il faut également qu'il y ait un suspense exceptionnel et là, on ne pouvait pas rêver mieux pour une finale de Wimbledon. Et puis ensuite, il y avait le caractère des deux hommes". 

On les compare aujourd'hui à la formidable rivalité qui oppose Federer et Nadal après celle de Sampras et Agassi. Aujourd'hui plus que jamais nous pouvons dire que le tennis se nourrit de rivalité car il ne faut pas oublier que Nadal et Federer détiennent le record de longévité : 14 ans de rivalités, 40 matchs, dont 24 fois en finale ! Mais, Borg-McEnroe restera à tout jamais la première rivalité de l'histoire du tennis.  

Une époque où le service/volée dominait 

Patrick Proisy ajoute que "le tennis a totalement changé de nature et qu'à l'époque de Borg et McEnroe, le tennis était un véritable jeu d'échecs. 

On essayait de mettre son adversaire en échec et mat sur chaque point. On réfléchissait, on créait plus, il y avait des intentions de jeu

Tandis qu'aujourd'hui, le tennis est comme un combat de boxe, on essaie de taper le plus fort possible dans la balle sans jamais beaucoup réfléchir. 

Le style de jeu a aussi dû s'adapter à l'évolution de la taille des joueurs, du matériel, des raquettes, des cordages qui ont énormément apporté de sécurité et de vitesse à la balle qui sont désormais beaucoup plus rapides. Ce qui explique que les joueurs craignent beaucoup plus la volée tant le danger est de subir la dure loi du passing". 

Aller plus loin

🎧 RÉÉCOUTER - Affaires sensibles par Fabrice Drouelle : "Borg contre Mc Enroe"

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.