Ce titre est celui d’un livre de Dominique Bona relatant le mois d’août 1914 pour Colette, l'écrivain entourée de ses amies, Marguerite Moreno, Annie de Pène et Musidora. L’occasion d'évoquer ces figures de femmes qui surent célébrer la vie malgré la guerre.

Colette et ses chats
Colette et ses chats © Getty / Manuel Freres - Archives Hulton

Au cœur de l’Histoire en guerre, des femmes affirment leur personnalité, leur insoumission et leur infinie tendresse.

Pour donner le ton, Dominique Bona met en exergue cette phrase de Colette, exprimant toute la puissance de l’incarnation :

Moi c’est mon corps qui pense. Il est plus intelligent que mon cerveau. Toute ma peau a une âme. 

L’ouvrage de l’écrivain académicienne, Dominique Bona, est paru aux éditions Grasset le 1er mars 2017.

Le livre "Colette et les siennes"

Par essence, les femmes et la guerre ne font pas bon ménage. Dans Paris déserté par les hommes partis au front, les femmes éprouvent un sentiment inédit, ouvrant un espace de décision mais aussi de liberté.

Dominique Bona, à propos de Colette : 

La guerre la surprend en plein bonheur à quarante et un ans.

Pour fuir cette solitude qui lui pèse, alors que Henry de Jouvenel, son cher amour, est au front de tous les dangers, Colette s’entoure d’une famille de cœur parmi ses amies proches : la comédienne Marguerite Moreno (1871-1948), la journaliste Annie de Pène (1871-1918) et la danseuse de cabaret Musidora (1889-1957).

À Passy, dans le refuge d’un vieux chalet au numéro 57 rue Cortambert, ces femmes vont inventer une vie nouvelle, car elles partagent aussi le goût pour l’anticonformisme.

Les amies

- La comédienne Marguerite Moreno, qui découvre le cinéma en 1915, dont le destin sera lié à celui de l’écrivain Marcel Schwob, trop tôt disparu. Elle écrira ensuite ses mémoires dans Souvenir de ma Vie, préfacée par Colette elle-même, un livre paru en 1948 aux éditions de Flore et réédité en 2002 par les éditions Phébus.

(Retrouvez ici toute la gouaille de Marguerite Moreno dans La Folle de Chaillot sur un texte de Georges  Courteline et une musique de Paul Delmet.)

- La journaliste Annie de Pène, qui, elle, a fait le choix de partir comme reporter de guerre dans les tranchées avant de mourir à 47 ans de la grippe espagnole en 1918. 

- La plus jeune, la danseuse de cabaret, Musidora, qui rencontre très vite la célébrité en tant qu'actrice en interprétant l'héroïne Irma Vep du le feuilleton Les Vampires (1915-1916), de Louis Feuillade. Elle deviendra ensuite l’une des premières femmes réalisatrices.

(Dans cet enregistrement de l’année 1945 présenté sur Youtube par TV5 Monde-INA, Musidora, première « vamp » du cinéma, évoque les tournages avec le cinéaste Louis Feuillade, créateur du « film à épisodes » en 1915)

Autant en emporte l’Histoire sur France Inter

Pour évoquer ce moment de la vie de la jeune actrice, l’émission Autant en emporte l’Histoire propose ce dimanche 26 novembre d’écouter  Musidora, star du muet, une fiction écrite par David Blonde, réalisée par Cédric Aussir, dont vous pouvez savourer cet extrait en avant-première sur cette page :

Chassé-Croisé

Dans l’émission Chassé-Croisé, une personnalité raconte sa vie au micro de Mathias Deguelle, à travers les livres de toute son existence. Dans l’émission du dimanche 6 août 2017, l'artiste Caroline Loeb, invitée à parler de ses lectures, évoque justement Colette et les siennes.

Son interview exprime aussi combien Dominique Bona montre que la liberté de ces femmes reste naturelle, sans militantisme.

Dominique Bona :

Les quatre amies sont ce qu'on appelle de bonnes vivantes. Elles affrontent les chagrins sans se laisser abattre.

À l’automne 1916, un gros orage qui détruisit le chalet, mit un point final à cette communauté élective. Restent ces évocations littéraires ou radiophoniques des passions de ces femmes libres et amies jusqu’à la mort.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.