Les artistes africains-américains et la ségrégation à travers l’histoire culturelle de ces artistes noirs.

The Color Line
The Color Line © Musée du Quai Branly

Titre d’un article du grand leader noir Frederick Douglass,  l’expression THE COLOR LINE désigne la ségrégation des Noirs apparue aux États-Unis après la fin de la guerre de Sécession en 1865. La ratification du 13e amendement allait ouvrir une nouvelle période de l’histoire américaine, et l’esclavage laisser place à un siècle de ségrégation (qui connaîtra son terme en 1964, après de nombreuses luttes, avec la signature du Civil Rights Act par le Président Johnson).

L’exposition THE COLOR LINE, Les artistes africains-américains et la ségrégation, à travers un parcours chronologique et thématique de quelque 200 œuvres et 400 documents originaux – peintures, sculptures, photographies, films, extraits musicaux, arts graphiques – rend hommage à la richesse et à la diversité de cette création.

Six cents pièces et documents signés David Hammons, Jacob Lawrence, Aaron Douglas, Elizabeth Catlett, Ellen Gallagher, encore bien trop méconnus.

THE COLOR LINE, Les artistes africains-américains et la ségrégation au musée du Quai Branly, aborde cette histoire du point de vue de la création artistique sous toutes ses formes, par les artistes africains-américains, ceux qui étaient eux-mêmes victimes de cette « ligne de couleur » discriminatoire, et presque toujours marginaux en leur temps.

Browne the color line
Browne the color line © Valerie Gerrard

L’exposition The Color Line revient sur cette période sombre des États-Unis à travers l’histoire culturelle de ses artistes noirs, premières cibles de ces discriminations.

Commissaire : Daniel Soutif

Martin Luther King, jr par Gammon 1968
Martin Luther King, jr par Gammon 1968 © Adagp
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.