C'est la question posée par Alice dans "Les P'tits bateaux". Grâce aux explications de l'historien Mathieu Da Vinha, tachons de repérer qui était au chevet du roi, à Versailles entre la société de cour, les grands officiers de la couronne les ouvriers de chantier, tous au service d'un Etat royal plus absolu que jamais.

Promenade de Louis XIV dans les jardins de Versailles. Peinture de Etienne Allegrain, 1688, musée du château
Promenade de Louis XIV dans les jardins de Versailles. Peinture de Etienne Allegrain, 1688, musée du château © AFP / Photo Josse / Leemage

La réponse de l'historien 

Mathieu Da Vinha est ingénieur de recherche et directeur scientifique du Centre de recherche du Château de Versailles. Auteur de Vivre à la cour de Versailles en 100 questions (Tallandier) : 

"Il y avait beaucoup de monde qui travaillaient à Versailles. Non seulement les gens qui travaillent véritablement dans ce qu'on appelle la Maison du roi, ceux qui travaillent pour son service domestique : les valets de chambre, les chirurgiens, les valets de garde robe, la cuisine, la maison militaire. Si on regarde plus précisément la maison proche, on est à peu près 1300 personnes qui ne sont employées, pratiquement que pour le roi, et qui changent tous les trois mois. Quant à la maison militaire, ils sont beaucoup plus nombreux, entre 2000 et 3000 mais ils n'habitent pas directement dans le château. 

Mais Versailles, à l'époque de Louis XIV, c'est un chantier permanent sur lequel travaillent des maçons, des charrons, des menuisiers… Là, on atteint plusieurs dizaines de milliers de personnes et on sait que, en 1685, on a compté jusqu'à 36 000 ouvriers qui travaillaient quotidiennement au château de Versailles, comme dans ses dépendances.

Des salaires disparates ?

Tous ces gens-là sont plus ou moins bien payés. Les gens qui travaillent directement pour le roi n'ont pas forcément un salaire très important. On serait assez étonné, si on essayait de comparer leur rémunération par rapport à la position qu'ils ont auprès du roi. 

Ce qui est important, pour eux, c'est avant tout d'être près du roi.

Ce salaire de base donne lieu à d'autres salaires qui sont beaucoup plus importants, qui prennent la forme de pensions. Surtout, ils ont ce qu'on appelle "l'oreille du roi" et ils peuvent obtenir d'autres charges qui sont beaucoup plus lucratives, comme devenir officier de la chambre du roi ou valet de chambre et toucher 700 livres, ce qui est un bon salaire pour l'époque quand, à titre de comparaison, un ouvrier très spécialisé, gagne 500 livres par an. 

Ça ne semble pas énorme, vu d'aujourd'hui, Mais viennent s'ajouter à cela plusieurs autres gratifications. Pour preuve, à la fin de l'année, les premiers valets de chambre du roi touchent 15 000 livres. C'est dire le ratio qui existe alors entre un ouvrier spécialisé et un premier valet de chambre qui, de plus, disposent et profitent souvent de charges en province pour des choses qu'ils n'effectuent pas, tant ils ont des gens qui s'occupent de faire leur travail à leur place. Mais ce sont bien eux qui touchent directement les gages. Une forme de cumul des mandats avant l'heure. 

Il y a donc toute une multitude de personnes qui gagnent des salaires très différents à Versailles".

Travailler à Versailles, c'est indéniablement une ascension, quel que soit le niveau où l'on est employé par la Couronne, car on est toujours sûr de pouvoir obtenir autre chose d'intéressant pour soi ou sa famille. 

Versailles, au service du roi 

S'il représente sans doute le plus éminent symbole architectural de l'histoire du royaume de France, il incarne la grandeur historique d'un seul et unique souverain, sinon la manifestation de son absolutisme et de son prestige royal. Le fils de Louis XIII y a imprimé sa marque personnelle car c'est bien à la gloire du roi Louis XIV que le château de Versailles est édifié, à partir de 1631. Même s'il n'a commencé à y résider, de façon permanente, avec sa cour, qu'à partir de 1682. À ce moment-là, les travaux continuent et ce sont, on l'a dit, près de 36 000 ouvriers qui se côtoient, en même temps que cheminent et viennent se montrer, sinon s'y courtiser, la société de cour, sa famille, les princes, mais également ses officiers royaux, ses grands commis et agents d'Etat (les premiers fonctionnaires), les membres du gouvernement et du conseil royal, ses ministres…

C'est tout un monde qui est alors à son service. Si le roi est seul souverain en son royaume, et entend gouverner de manière plus exclusive à partir de 1661, il ne manque pas d'être très solidement entouré pour venir affermir son absolutisme. C'est pourquoi Versailles devient très vite le creuset de la sociabilité aristocratique, le cœur du système administratif et cérémoniel de l'Etat (royal), du fonctionnement du royaume de France. D'ailleurs, dans son Louis XIV, (Perrin) l'historien et célèbre biographe des monarques français, Jean-Christian Petitfils, précise qu'on estime au maximum à 3000 personnes le nombre de personnes qui pouvaient loger au château ! Versailles devient alors le cœur du pouvoir monarchique où se rencontrent tous les proches et les agents du roi. 

On y trouve en premier lieu, les grands officiers de la Maison du roi qui se décompose en deux grands départements (civil et militaire, sans compter sa "maison ecclésiastique" ) tous deux subdivisés en plusieurs services du roi. La maison civile est dirigée par les grands officiers dits de la Maison du roi, tous issus de la noblesse. Le roi dispose d'un maître d'hôtel, responsable de tout ce qui touche à la cuisine et à sa table, ce dernier ayant lui-même, sous sa responsabilité, plusieurs sous-officiers régentant le service de bouche (grand panetier) ou encore l'échanson chargé de servir à boire au souverain. On y trouve également les officiers de la Chambre du roi, dirigée par le grand chambellan, au nom duquel agissent le maître à danser, les grands valets de chambre, les horlogers, les maîtres de la garde robe, les garde-meubles, le médecin du roi, les offices liées aux divertissements et cérémonies de la Couronne, puis le grand écuyer, responsable des écuries royales. Le roi dispose aussi d'officiers pour son propre cabinet royal, des huissiers, des interprètes… 

Louis XIV contribue à développer davantage la Maison militaire royale, qui ne le quitte jamais. Cette maison comprend la gestion des troupes d'élite de l'armée royale, et une armée permanente au service de sa propre sécurité, ainsi que celle de la Cour. 

Le gouvernement ministériel ne manquait pas lui aussi d'être présent et de veiller auprès de la personne du roi quand il le fallait, notamment pour former son "conseil royal" même si celui-ci se fit de plus en plus rare et restreint, à partir de 1661. On y trouve le contrôleur général et les intendants des finances, le Chancelier de France, qui veille à l'administration de la justice du royaume, le secrétaire d'État de la Guerre, le secrétaire d'État des Affaires étrangères

L'entourage du roi à Versailles est davantage la traduction d'une plus grande affirmation du pouvoir royal et de l'Etat moderne français qui voit se multiplier les agents administratifs au service du roi Louis XIV. C'est depuis Versailles que le roi parvient à renforcer son emprise sur le territoire, à imposer une centralité politique sans précédent, augmentant significativement ses agents et l'influence de leur clientèle. Une sociabilité versaillaise des XVIIe et XVIIIe siècles, qui rend compte de la construction du "pouvoir Louis quatorzien". 

Aller plus loin

🎧  RÉÉCOUTER - Les P'tits bateaux, par Noëlle Bréham

3 min

Combien de personnes étaient au service du roi Louis XIV à Versailles ?

Par Noëlle Bréham

📖  LIRE - Mathieu Da Vinha : Vivre à la cour de Versailles en 100 questions (Tallandier)

Thèmes associés