Le breton, les langues d'oïl, l'occitan, le francoprovençal, le basque, le corse, le catalan, les dialectes d'Alsace et Moselle... Quelles sont ces langues régionales et depuis quand sont-elles parlées, entendues et écrites ? Réponses des spécialistes Rozenn Milin et Alexis Quentin, au micro du "Temps d'un Bivouac".

Puzzle-carte de France : départements, provinces, régions
Puzzle-carte de France : départements, provinces, régions © AFP / LEEMAGE
  • Rozenn Milin est membre de l'association Sorosoro, spécialiste des langues menacées de disparition, 
  • Alexis Quentin est vice-président à l'Institut des Études Occitanes et membre du Réseau Européen pour l’Égalité des Langues (ELEN).

_

Une langue peut recouvrir une multitude d'autres langues qui peuvent elles-mêmes exister sous différents dialectes, qui eux-mêmes peuvent se décliner en de multiples sous-dialectes : une langue peut présenter une quantité de variations internes indénombrables. Les langues locales ont donc aussi leur histoire et elles n'ont cessé d'évoluer elles-mêmes de l'intérieur. 

On compte officiellement 75 langues régionales 

- Alexis Quentin

Les langues régionales ont évolué géographiquement, de par les migrations des populations qui ont produit des variantes dialectales qui se ressemblent aussi clairement qu'ils peuvent se différencier. La politique a bien sûr, elle aussi, étroitement influencé ces aires d'influences. De nombreuses études linguistiques ont permis d'identifier les différentes langues régionales de France. Quelles sont-elles et depuis quand sont-elles parlées, entendues et écrites ? 

Faisons le point.

Le breton

Le breton figure parmi les langues celtiques qui existent encore dans le Nord-Ouest de l'Europe, avec le gallois. Le dialecte des peuples celtes (qui s’établissent à partir du Ve siècle av. J.-C  en Armorique), en évoluant, a formé la langue bretonne. Très vite romanisée au Ier siècle av. JC, une receltisation de la région a lieu après la chute de Rome par des immigrations provenant de l’île de Bretagne, emportant avec eux leur parlant : le brittonique

Nous étions un million il y a un siècle, aujourd'hui nous sommes moins de 200 000, la plupart ont plus de 70 ans et la langue n'est plus transmise 

- Rozenn Milin

Carte des territoires littoraux de la Manche dont la Bretagne et l'Angleterre, XVIIIe siècle
Carte des territoires littoraux de la Manche dont la Bretagne et l'Angleterre, XVIIIe siècle / BNF - Gallica

Appartenant à la même famille linguistique que le gaulois, les deux parlers fusionnent, même si la partie Haute de la Bretagne conserve majoritairement un parler gallo-romain et la Basse Bretagne, le breton. C'est dire qu'il y a chez le Breton une grande variation de dialectes dont le cornouaillais au Sud-Est, le léonais au Nord-Ouest, le trégorrois au Nord-Est et le vannetais au Sud-Est...

Les dialectes d'Alsace et Moselle

L'Alsace fait historiquement partie d'un espace linguistique germanophone, englobant des dialectes issus de l'espace germanique qui ont fini par se rapprocher et par recevoir une influence plus significative du français.

Lors des invasions barbares, les Alamans (une tribu germanique) envahissent l'Alsace. Plus tard, ils sont défaits par les Francs (une autre tribu germanique, installée là depuis plus longtemps), et sont intégrés dans le royaume franc. Dans un premier temps, la langue germanique s'impose au détriment du gallo-romain : l'Alsace franque se germanise, quand bien même les Francs parlaient déjà à l'origine un dialecte germanique : le francique, avec de nombreux traits communs et des variations à la fois "franco-germaniques". 

L'Alsace a longtemps fait partie du territoire germanique jusqu'à ce que Louis XIV s'en empare définitivement, avant que la convoitise pour cette région devienne l'une des principales sources des deux grandes Guerres mondiales du XXe siècle.

Le basque

Il est parlé dans l'Ouest des Pyrénées Atlantiques depuis des milliers d'années, aujourd'hui qualifiée de "langue isolée" car ne pouvant être classée dans une famille linguistique historiquement connue. Sa présence serait d'ailleurs considérée comme étant antérieure aux langues indo-européénnes de l'Europe occidentale. 

Comme l'explique Rozenn Milin : "_le Basque est un isolat_. Les langues d’Oïl sont des langues latines, la langue bretonne est une langue celtique, l’alsacien une langue germanique : elles appartiennent à la grande famille des langues indo-européennes. Mais le Basque était déjà parlé bien avant elles : personne ne sait à quoi la raccrocher car affiliée à rien d'autre". 

Par-dessus tout, elle est une langue transfrontalière parlée de part et d'autre de la frontière franco-espagnole. Langue officielle sur l'ensemble des territoires de la Communauté autonome du Pays basque, en France elle n'a pas de statut particulier.

Le catalan 

Présentant avant tout de nombreux traits hispaniques relatifs à son aire d’extension, le catalan se répartit essentiellement entre l'Espagne, la France, l'Andorre puis l'Italie. Sa forme primitive s'est constituée dans les Pyrénées de l'Est avec une dualité linguistique qui réunissait le roussillonnais, le catalan central, le baléare, l'alguérais puis d'un autre côté l'Andorre et Lérida, comprenant cette fois des zones de transitions de dialectes, notamment avec l'occitan sur le territoire français. 

Le catalan, langue transfrontalière entre la France et l'Espagne, XVIIIe siècle
Le catalan, langue transfrontalière entre la France et l'Espagne, XVIIIe siècle / BNF - Gallica

En Catalogne, la co-officialité du catalan est reconnue, en même temps que le premier statut d'autonomie est octroyé à la région dans les années 1930. En Andorre, le catalan est la seule langue officielle. Tandis qu'en France, cette langue ne bénéficie pas d'une reconnaissance officielle. 

Le corse 

La langue appartient au groupe italo-roman. Elle est connue pour avoir historiquement conservée des formes italiennes d'où de multiples affinités à la fois toscanes, vénitiennes, calabraises... Il y a aussi une continuité linguistique entre le latin et la langue corse actuelle. L'influence du français en tant que tel arrive au XVIIIe siècle au moment où la France soumet la Corse en 1769 et aboutit à une co-officialité des deux langues. L'italien cède ainsi progressivement la place au français comme langue écrite. Aujourd'hui la langue corse est parlée de manière générale dans l'ensemble de l'île. 

Les langues d'oïl

Cet ensemble de langues a progressivement donné naissance au français tel que nous le connaissons aujourd'hui. Ce groupe linguistique recouvre plusieurs variations qui accouchent du français standard : l'orléanais, le picard, le wallon, le champenois, le lorrain, le franc-comtois, le bourguignon, le poitevin-saintongeais, le gallo, le normand… 

Île de France. Champagne. Picardie. Normandie. Maine. Anjou. Touraine. Orléanois. Nivernois. Berry. Bourbonnois. 1719
Île de France. Champagne. Picardie. Normandie. Maine. Anjou. Touraine. Orléanois. Nivernois. Berry. Bourbonnois. 1719 / BNF - Gallica

Toutes se sont draguées, finissant par se centrer particulièrement autour de l'orléanais (ou francien), parlé dans ce qui ressemblait à l'époque à l'Île de France d'aujourd'hui. Ce groupe des langue d'oïl identifiait géographiquement le Nord de la Gaule, qui, romanisé plus tardivement, a toujours connu des évolutions plus conséquentes, notamment par rapport à l'occitan.

Le francoprovençal 

Il ne s'agit pas d'un cocktail linguistique mélangeant le français et le provençal ! Le francoprovençal est resté proche d'une romanité bien antérieure aux principales évolutions qui ont abouti à la langue d'Oïl (et au français). 

Le francoprovençal, langue régionale transfrontalière (France, Suisse, Italie), XVIIIe siècle
Le francoprovençal, langue régionale transfrontalière (France, Suisse, Italie), XVIIIe siècle / BNF - Gallica

Entendu comme un groupe linguistique unitaire, il n'a pourtant pas d'unité historique et géographique (Suisse francophone, Savoie, Isère, Jura, vallée d'Aoste en Italie) et se décline en de nombreux dialectes : savoyard, bressan, valaisan... Les écrits ont d'ailleurs toujours été peu nombreux pour cette langue essentiellement orale et le français s'est vite imposé comme la langue écrite dans la région. 

L'occitan ou langue d'oc

"Il s'agit, d'après Alexis Quentin d'une des premières langues littéraires issues des langues romanes du Moyen-Âge". L'occitan figure comme l’essentiel des langues régionales de France dans ce que l'on appelle les langues romanes (à partir du latin diffusé dans les anciens territoires de l'Empire romain). Il est généralement divisé en six dialectes : le gascon - qui se distingue le plus des autres - le languedocien, le provençal, le vivaro-alpin, l'auvergnat, le limousin... Le francien est d'ailleurs largement ignoré dans la plupart des provinces dans lesquelles il est parlé jusqu'à l'époque moderne ! 

Alexis Quentin ajoute qu " aujourd'hui, environ 500 000 personnes parlent l'Occitan d'une manière traditionnelle quotidiennement ; environ 300 000 l'ont dans l'oreille, le comprennent et peuvent partager une conversation sans être des locuteurs actifs". 

Si les grandes subdivisions de langues régionales françaises ont ici été évoquées, la liste est loin d'être exhaustive quand on pense que la France compte jusqu'à 75 dialectes ! 

Aller plus loin 

🎧 RÉÉCOUTER - Langues régionales et dialectes lointains dans l'émission Le temps d'un Bivouac sur France Inter.

🎧 Visitez ► Atlas sonore de langues régionales 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.