Les discours sur la mode naviguent constamment entre émerveillement, futilité et dénonciation : soit elle discrimine, soit elle rend beau, soit elle ne permet même pas qu'on s'y attarde. Pourtant s'attarder sur la mode, c'est aussi s'interroger sur son histoire et sur différentes époques.

Quand apparaît le concept et le terme de "mode" ?
Quand apparaît le concept et le terme de "mode" ? © Getty / Iuliia Isaieva

Qu'est-ce que la mode ?

Vaste question ! Il s'agit d'une manière de s'habiller à une époque donnée selon un goût particulier. La mode correspond à un phénomène collectif : si l'on peut s'habiller comme on veut, on répond pourtant à une mode particulière (style gothique, casual, classique, urbain, hipster...). 

Mais quand est-ce qu’apparaît réellement la question de la mode dans le monde et notamment en France ? Quand est-ce que l'on commence à s'habiller non pas pour l'autre, mais pour soi, selon nos critères esthétiques et selon nos besoins ? 

L'émission Le débat de midi s'est interrogé dans "Mais que fait la fashion police ?" sur les interdits (totalement subjectifs) en matière de mode. Dorothée Barba demandait à ses invités, à savoir Loïc Prigent, réalisateur et chroniqueur du monde de la mode, Sophie Fontanel, journaliste et écrivain, et Régis N'Kissi, créateur de mode. C'est justement au regard de l'histoire de la mode, de sa construction que l'on peut établir ces "interdits" qui font passer les vêtements d'un "à la mode" à "ringard" en peu de temps.

Ne plus suivre la mode, c'est refuser beaucoup de choses et c'est refuser de s'intéresser à plein de choses. [...] Si vous continuez à mettre des pattes d'eph' que vous avez acheté en 1972, c'est que vous refusez le dialogue.

Loïc Prigent

Quand apparaît la mode ? 

Dans l'épisode 10 de Passion Médiévistes, Fanny Cohen Moreau interroge Gabrielle sur le concept de mode. Les chercheurs situent l'apparition du concept vers 1340, date de l'apparition du pourpoint, veste masculine courte, surpiquée et matelassée qui va du cou, jusqu'à la ceinture, que l'on porte avec des chausses. Pour Gabrielle, c'est à cette période que naît la mode, que c'est à ce moment-là que l'individu s'habille pour lui-même. Il sort alors des carcans imposés notamment par la religion et par la société qui lui dictent de s'habiller selon sa catégorie sociale. 

À partir de cette prise de conscience, l'humain change d'habits plus régulièrement qu'avant. C'est aussi à cette période qu'une distinction entre le masculin et le féminin se fait dans la mode. Les femmes vont continuer de porter des robes longues, que les hommes portaient avant. 

Gabrielle précise que le terme "mode" apparaît alors, en 1390, notamment dans la cuisine, et qu'il est relié au domaine vestimentaire au XVe siècle. 

Quelle histoire pour la mode ?

La mode a beaucoup évolué au fil du temps, que ce soit dans sa conception, dans sa présentation ou dans sa manière de convertir les foules. Souvenez-vous dans Sueurs froides d'Alfred Hitchcock (1958), lorsque Scottie souhaite faire essayer des vêtements à Madeleine : la jeune femme regarde des mannequins marchant habillés de vêtements que Scottie a choisi. Ce type d'essayages indirects, pourrait-on dire, n'existe plus. Nous essayons nos vêtements nous-mêmes dans des cabines d'essayage isolées. C'est Charles Frédéric Worth, premier créateur de la "maison de couture" et du concept de "haute couture", qui aurait eu l'idée, au milieu du XIXe siècle, de faire défiler ses vêtements sur des mannequins (alors appelées "sosies") dans des salons où les clientes venaient choisir. 

La mode domine les provinciales, mais les Parisiennes dominent la mode.

Jean-Jacques Rousseau

C'est à cette époque que Paris prend une place prépondérante dans l'histoire de la mode pour devenir la légende que l'on connaît aujourd'hui : les Parisiennes sont élégantes en toute circonstance, de nombreuses maisons de haute couture sont installées à Paris, la fashion week s'y tient plusieurs fois par an. Le Palais Galliera, à Paris, conserve des créations de Charles Frédéric Worth dans ses collections. Le couturier comptait dans ses clientes la Comtesse Greffulhe, femme magnifique et très élégante de l'époque (qui a notamment inspiré Marcel Proust), ses robes sont visibles pendant certaines expositions du Palais Galliera. 

La consommation de la mode a également changé avec l'apparition des catalogues par correspondance, des e-shops et maintenant des nombreux sites de reventes où l'on trouve des marques de luxe moins chères. Les influenceur(ses) mode (comme EnjoyPhoenix, Sananas ou encore June Sixty-Five) sont également de nouvelles manières pour le commun des mortels de consommer la mode et la haute couture. 

On trouve des magazines de mode dès le XVIIIe siècle et les magasins de mode tels que le Bazar de l'Hôtel de Ville ou la Samaritaine grandissent au XIXe siècle (rappelez-vous Emile Zola, avec Pot-Bouille ou Au bonheur des dames). 

Histoire de la mode, chapeaux et coiffures du XVIIIe siècle
Histoire de la mode, chapeaux et coiffures du XVIIIe siècle © Getty / duncan1890

À la fin du XIXe siècle, on considère que l'essor de la mode est en partie lié à plusieurs facteurs que l'on retrouve aujourd'hui : 

  • la publicité dans la presse (notamment écrite), ce qui va constituer un très bon relais pour la mode et pour les "annonceurs"
  • la production d'articles en série : en sachant que la mode aujourd'hui pourrait se distinguer en deux catégories : les articles qui sont faits pour être reproduits (style fast fashion) et les vêtements de luxe (qui ne sont pas faits pour être produits en série mais pour être admirés… mais qui sont copiés par d'autres marques qui font alors des "dupes").

L'importance de la mode aujourd'hui

La mode est un aspect et un phénomène importants de notre société, malgré les scandales (pollution, travail des enfants, influence de la fast fashion sur notre environnement, scandales sexuels et les modifications corporelles forcées). 

L'un des grands challenges de ce siècle réside dans la mise en place d'une mode dite "éthique" qui prend en compte autant les facteurs humains qu'environnementaux. 

L'autre challenge est également d'arrêter de commettre ceci :

La mode est donc par définition quelque chose de temporel, d'aléatoire, de prédictible pour les plus connaisseurs, de surprenant pour les autres. Qui pouvait prévoir le retour des "baskets moches" sur le devant de la scène ? Ces baskets assez imposantes, avec une structure anguleuse et ronde, qui font des pieds énormes à de jeunes filles en short et en crop-top. 

En comptant sur le fait que notre corps évolue comme notre visage, la mode peut entrer en contradiction avec les corps d'une époque : en témoignent les nombreux témoignages sur les réseaux sociaux d'acceptation de soi (même si l'on ne rentre pas dans les normes des magazines féminins), les militant.e.s du non-retouché. La temporalité de la mode répond à des critères esthétiques. Néanmoins, on sait que les grandes maisons de mode nous suggèrent et nous imposent même leur intemporalité : Chanel, Gucci, Balenciaga, Dior, etc. vendent des modèles de vêtements qui se veulent intemporels, tels la petite robe noire, les talons hauts noirs, etc. 

On n'est jamais trop ni pas assez habillé avec une petite robe noire.

Karl Lagerfeld

Aller plus loin

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.