Jean-Martin Charcot, fondateur de la neurologie, possédait une somptueuse bibliothèque scientifique qui se trouve aujourd'hui dans l'hôpital où il officiait : à la Salpêtrière (Paris). Véronique Leroux-Hugon et Martin Catala nous emmènent en visite au cœur de la science neurologique, de l'amphithéâtre à l'ICM…

La bibliothèque Charcot au sein de l’ICM (Institut du cerveau et la moelle épinière)
La bibliothèque Charcot au sein de l’ICM (Institut du cerveau et la moelle épinière) © Sorbonne-Université-Guillaume Delaunay

Jean-Martin Charcot, professeur d'anatomie pathologique, académicien et célèbre neurologue de l'hôpital de la Salpêtrière, précurseur dans la découverte des maladies neurologiques, possédait dans son hôtel particulier de Varengeville (217 faubourg Saint-Germain à Paris) une somptueuse bibliothèque qui fit une forte impression à ses visiteurs : des anonymes,  élèves et collègues mais également quelques noms aujourd'hui connus comme l'écrivain et homme politique Léon Daudet ou Sigmund Freud, celui qui deviendra le père de la psychanalyse.

La Bibliothèque Charcot : "une bibliothèque morte" ?

En 1907, quatorze ans après le décès du Professeur Charcot, son fils Jean-Baptiste Charcot, illustre explorateur s'apprêtant à partir pour sa deuxième expédition polaire à bord du "Pourquoi Pas" (quatrième du nom alors en chantier à Saint-Malo), choisit de faire don de la bibliothèque de son père à la Faculté de médecine. 

Éconduit par son doyen, pourtant ancien élève du Professeur Charcot, Jean-Baptiste se tourne alors vers l'Assistance Publique pour le legs de la bibliothèque, sous condition qu'elle "soit et reste toujours attachée à la clinique des maladies du système nerveux".

L'Assistance Publique accepte alors le don, toutes oppositions balayées car tout acte contraire aurait été considéré comme "acte antipatriotique". Fin novembre 1907, les ouvrages et titres de périodiques ainsi que les meubles même de la bibliothèque de l'hôtel particulier (inspirée par le modèle Médicis de la bibliothèque du couvent San Lorenzo de Florence) prennent place au premier étage de la division Pariset à l'emplacement du Musée d'Anatomo-pathologie dont le professeur avait été le maître d'oeuvre, dans le bâtiment même où l'illustre professeur faisait clinique. 

En 1935, l'archiviste de l'Assistance Publique chargé de choisir une feuille manuscrite (destinée à être exposée dans le Musée Welcome à Londres) visite  la Bibliothèque Charcot et note dans son rapport : 

La Bibliothèque Charcot est une bibliothèque morte, en ce sens qu'elle ne reçoit plus régulièrement de périodiques nouveaux et qu'elle ne s'enrichit que rarement de livres nouveaux.

D'autres legs viennent, malgré un avenir qui s'assombrit pour la bibliothèque, enrichir le fond original, entre autres celui du neurologue Achille Souques en 1944 (1000 ouvrages) et la bibliothèque des Internes en 1972.

Le bibliothèque est à l'abandon jusqu'à son transfert en 1966 au dessus du nouvel amphithéâtre Charcot situé dans le prolongement de l'aile des laboratoires de la nouvelle Clinique des maladies du système nerveux construite deux ans plus tôt. 

L'amphithéâtre Charcot qui abritait la bibliothèque à partir de 1966 jusqu'en 2011
L'amphithéâtre Charcot qui abritait la bibliothèque à partir de 1966 jusqu'en 2011 © Radio France / Franck Olivar

Débute alors une incroyable histoire que vous racontent Véronique Leroux-Hugon (auteure du livre La bibliothèque Charcot à la Salpêtrière aux Editions Therval Médical et qui en fut la conservatrice entre 1975 et 2011) et Martin Catala (professeur d'histologie-embryologie-cytogénétique au CHU Pitié-Salpêtrière (Sorbonne Université)) qui depuis son internat en 1986 est encore aujourd'hui, un habitué de la bibliothèque. 

Nous  sommes ici au cœur de la science neurologique.

6 min

Découvrez l'histoire de la bibliothèque Charcot avec Véronique Leroux-Hugon et Martin Catala

Par Franck Olivar
Véronique Leroux-Hugon et Martin Catala à la Salpêtrière devant un panneau sur l’histoire du professeur Charcot et une reproduction du tableau d’André Brouillet de 1987 « Une leçon clinique à la Salpêtrière »
Véronique Leroux-Hugon et Martin Catala à la Salpêtrière devant un panneau sur l’histoire du professeur Charcot et une reproduction du tableau d’André Brouillet de 1987 « Une leçon clinique à la Salpêtrière » © Radio France / Franck Olivar

En 2011, nouveau déménagement de la bibliothèque qui s'installe dans les locaux de l’Institut du Cerveau et de la moelle (ICM) - bâtiment moderne inauguré au cœur de l’hôpital de la Pitié Salpêtrière en septembre 2010 en présence de Roselyne Bachelot alors ministre de la Santé.

La bibliothèque Charcot entre 1966 et 2011© Sorbonne-Université
La bibliothèque Charcot entre 1966 et 2011© Sorbonne-Université / Pierre Kitmacher

Installés au milieu des rayonnages et des vitrines à l'atmosphère contrôlée protégeant les trésors de la bibliothèque, écoutez Véronique Leroux-Hugon et Martin Catala vous décrire le fonds restant du legs d'origine soit actuellement 76 titres de périodiques et 7300 ouvrages.

Véronique Leroux-Hugon :

Charcot a beaucoup soutenu le développement de la photographie médicale notamment Désiré-Magloire Bourneville, le fondateur avec la bénédiction de Charcot, de la fameuse iconographie photographique de la Salpêtrière. Charcot en a eu l’intuition alors que la photo n’en était qu’à ses débuts.

4 min

Véronique Leroux-Hugon et Martin Catala au sujet du fond de la bibliothèque Charcot

Par Franck Olivar

Coup de cœurs à la bibliothèque Charcot

Nous avons d'abord posé la question à Véronique Leroux-Hugon :

2 min

Véronique Leroux-Hugon vous présente son livre "coup de coeur" de la bibliothèque

Par Franck Olivar
Véronique Leroux-Hugon feuilletant un volume de la Nouvelle Iconographie de la Salpêtrière de 1896 consacré au professeur Charcot
Véronique Leroux-Hugon feuilletant un volume de la Nouvelle Iconographie de la Salpêtrière de 1896 consacré au professeur Charcot © Radio France / Franck Olivar

Puis c'est au tour de Martin Catala de choisir un livre parmi les milliers disposés sur les rayonnages. Il feuillette pour vous un ouvrage de 1855 consacré à l’électrisation localisée, point de départ de l'électromyographie, une technique médicale qui permet d'étudier la fonction des nerfs et des muscles.

1 min

Martin Catala et son ouvrage « coup de cœur » de Guillaume-Benjamin Duchenne, surnommé Duchenne de Boulogne (fondateur avec le professeur Charcot de la neurologie)

Par Franck Olivar

La bibliothèque Charcot aujourd'hui

Aujourd’hui, la bibliothèque Charcot fait partie de la Bibliothèque de Sorbonne Université, réseau de dix-sept bibliothèques pluridisciplinaires réparties sur les sites des trois facultés de Sorbonne Université. 

L’équipe de la bibliothèque Charcot travaille, sous la responsabilité d’un conservateur, à la gestion et à la conservation de cette collection. 

Par l’intermédiaire de nombreuses actions de médiation sur place (visites, expositions et présentations d’œuvres), de prêts auprès d’institutions muséales (Palais de Tokyo, Musée d’art et d’histoire du judaïsme, etc.) ou de futures collaborations à des projets de recherche menés à Sorbonne Université, elle cherche à contribuer à la valorisation de ce fonds documentaire et archivistique exceptionnel pour l’histoire de la médecine.
 

La bibliothèque Charcot à l'ICM © Sorbonne-Université
La bibliothèque Charcot à l'ICM © Sorbonne-Université
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.