Cette année, les traditionnels bals des pompiers sont annulés à cause de l'épidémie de coronavirus. Pour les nostalgiques de cet événement populaire de référence, retour en images d’archives (plus ou moins lointaines) sur trente ans de fêtes à la caserne.

Le bal des pompiers, fête populaire par excellence.
Le bal des pompiers, fête populaire par excellence. © AFP / PIERRE BOUSSEL

Populaire, convivial, indémodable. Le bal des pompiers réunit chaque année, depuis sa naissance à Montmartre dans les années 1930, soldats du feu et grand public pour une soirée placée sous le signe de la fête. En 2020, la crise du coronavirus chamboule tout et prive les Français de cet événement organisé tous les 13 et 14 juillet. En attendant la prochaine édition, une plongée dans un passé pas si lointain s'impose.

Ambiance boîte de nuit 

Le bal des pompiers a souvent des allures de club. Une discothèque gratuite, généralement à ciel ouvert et accessible à tous avec un mot d'ordre : danser du début de soirée au petit matin.

Ceci n'est pas un festival mais bien le bal des pompiers, en 2015.
Ceci n'est pas un festival mais bien le bal des pompiers, en 2015. © AFP / LOIC VENANCE

Dans cette caserne parisienne, comme dans les 75 autres de la brigade des sapeurs pompiers de Paris, pas de bal pour la saison 2020. Les fêtards devront patienter pour interpréter à nouveau la fameuse chorégraphie du "YMCA" des Village People en compagnie des pompiers.  

Ambiance boum à Paris en 1994.
Ambiance boum à Paris en 1994. © AFP / JOEL ROBINE

Des guirlandes esprit guinguette, des spots multicolores, quelques tentes pour accueillir les bars et la caserne se métamorphose en boîte en plein air. 

L'instant rock'n'roll, un classique des bals populaires.
L'instant rock'n'roll, un classique des bals populaires. © AFP / PIERRE BOUSSEL

Après des heures de déhanchés endiablés, coup de chaud quand la nuit tombe. Ci-dessus, une danse qui fait tourner les têtes et séduit toutes les générations : le rock'n'roll. Le sac banane et les imprimés indiquent que le cliché date de 1997 mais vingt ans plus tard, le genre reste indémodable.

Comme en club, certains n'hésitent pas à patienter longtemps. Le bal des pompiers, ça se mérite !
Comme en club, certains n'hésitent pas à patienter longtemps. Le bal des pompiers, ça se mérite ! © AFP / MIGUEL MEDINA

Chaque année, des milliers d'amateurs de bal des pompiers se pressent à l'entrée des casernes. Certains peuvent passer des heures à faire la queue pour pénétrer dans l'antre des soldats du feu.

Des centaines de personnes réunies en 2002, dans cette caserne du XIIe arrondissement de la capitale.
Des centaines de personnes réunies en 2002, dans cette caserne du XIIe arrondissement de la capitale. © AFP / PIERRE-FRANCK COLOMBIER

Une masse compacte agrégée devant une scène, rien de plus normal en 2002. Dix-huit ans plus tard, on ne regarde plus de telles images de la même façon. 

Les pompiers, ces showmen

Les stars du bal, ce sont évidemment eux ; les pompiers. En uniforme, ils gèrent aussi bien le service au bar que le show sur scène. Un show dont ils profitent pour faire grimper la température (sans danger).

Session pole dance pour ce pompier lyonnais, en 2019 à la caserne de la Croix-Rousse.
Session pole dance pour ce pompier lyonnais, en 2019 à la caserne de la Croix-Rousse. © Maxppp / Stéphane Guiochon

Habitué à descendre la barre pour filer en intervention, ce pompier s'essaye à la pole dance. Une fêtarde en profite pour capturer cet instant chaloupé et sensuel avec son smartphone.

Ils ont tombé la chemise pour le plus grand plaisir des visiteurs. Le résultat est à mi-chemin entre les Dieux du stade et les Daft Punk. 

Concentration maximale en cette soirée aux allures de fête foraine, en 1996.
Concentration maximale en cette soirée aux allures de fête foraine, en 1996. © AFP / PIERRE BOUSSEL

Tous les 13 et 14 juillet, les pompiers changent de métier pour animer la soirée. Celui-ci a ajouté une nouvelle corde à son arc : le maniement de la machine à barbe à papa.

Pas de bal des pompiers sans bar des pompiers qui assurent eux-même le service.
Pas de bal des pompiers sans bar des pompiers qui assurent eux-même le service. © AFP / MIGUEL MEDINA
Allumer le feu, un événement rare chez les sapeurs-pompiers.
Allumer le feu, un événement rare chez les sapeurs-pompiers. © Maxppp / Stéphane GUIOCHON

Tâche essentielle s'il en est une au bal des pompiers ; l'animation du bar. Lorsqu'un soldat du feu embrase le comptoir, c'est sous le regard médusé des clients. Un pompier qui allume volontairement un feu : il n’y a qu’au bal qu’on pouvait voir ça.

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.