Molière traverse toutes les époques, plus actuel que jamais ! Sur France Inter, son bel esprit se diffuse dans quelques émissions historiques et littéraires, entre autres, « 17 août 1661, la nuit fatale de Nicolas Fouquet », la prochaine fiction d’Autant en emporte l’Histoire, ce dimanche 3 juin 2018.

Représentation du Malade Imaginaire de Molière à la Comédie-Française en 2003
Représentation du Malade Imaginaire de Molière à la Comédie-Française en 2003 © Getty / Raphaël Gaillarde

De 1646 à 1658, alors qu’il traverse la France avec son Illustre Théâtre, et même si la gloire n’est pas au rendez-vous, Molière apprend son métier. Dramaturge, comédien mais aussi chef de troupe, il écrit des rôles sur mesure pour ses acteurs et surtout… il travaille tout le temps. 

En 1658, sa rencontre avec le roi Louis XIV le propulse à l’avant-garde artistique de son siècle. Devenu chef de la Troupe du Roi, et par conséquent le protégé de ce dernier, il peut développer son style, mêlant comédie et satire. 

Molière dans "La Critique de l’École des femmes" :

C’est une étrange entreprise que celle de faire rire les honnêtes gens.

Molière, subversif

À l’occasion du Salon du Livre de Radio France, enregistrée en public en 2017, l’émission Ça peut pas faire de mal nous propose de rencontrer, au-delà de l’auteur classique étudié en classe, un Molière audacieux, subversif et impertinent à travers des extraits de ses pièces. 

Selon ses contemporains, Molière avait « l'âme belle », il était « généreux et bon ami et honorable en toutes ses actions », mais « il semblait, par le mouvement de ses yeux, qu'il regardait jusqu'au fond des âmes pour y voir ce qu'elles ne disaient pas ».

Charles Varlet, dit La Grange, comédien et successeur de Molière à la tête de la Troupe du Roi :

S’il parlait peu, il parlait juste et d’ailleurs il observait les manières et les mœurs de tout le monde.

Molière, adulé

La collaboration fructueuse avec le compositeur Jean-Baptiste Lully révèle un nouveau genre, celui de la comédie-ballet et l’émission Autant en emporte l’Histoire évoquera le Molière de cette époque dans l’épisode de la chute de Nicolas Fouquet. 

La fiction écrite par Jean-Benoît Patricot relate, entre autres, la commande que le surintendant des finances du Roi avait faite au dramaturge, huit jours auparavant, d’une pièce, Les Fâcheux, pour fêter le séjour du roi Louis XIV au château de Vaux-le-Vicomte. Les tableaux historiques décrits avec soin par l’auteur, les dialogues savoureux et les revirements de situations auraient pu figurer dans une pièce de Molière ! 

Vous pouvez écouter un extrait de la fiction, 17 août 1661, la nuit fatale de Nicolas Fouquet, réalisée par Benjamin Abitan, avant sa diffusion, dimanche 3 juin 2018 :

1'39

17 août 1661, la nuit fatale de Nicolas Fouquet

Par Jean-Benoît Patricot

Dans ce court extrait, Assane Timbo incarne la voix de Nicolas Fouquet ; Laure-Lucile Simon, celle de Catherine de Menneville, une des beautés les plus célèbres de la Cour de Louis XIV.

L'invité de Stéphanie Duncan est l'historien Jean-Christian Petitfils, auteur d'une biographie de Nicolas Fouquet.

Molière, multiple

Pour appréhender l’homme Molière, l’émission La Marche de l’Histoire lui consacre une semaine entière ! 

L’invité de Jean Lebrun est Georges Forestier, professeur de littérature française à l'université Paris-Sorbonne où il enseigne l'histoire du théâtre du XVIIe siècle.

Georges Forestier :

Molière est un révolutionnaire… Il a, le premier, porté la réalité au théâtre.

Spécialiste des formes littéraires, cet historien a mis au point une méthode d'analyse de textes qu'il a nommée « génétique théâtrale ». Il applique cette analyse au théâtre de Molière et en renouvelle ainsi l’approche de façon très originale.

En 1990, Georges Forestier publie l'ouvrage Molière, en collection Bordas. En 2010, il dirige, avec Claude Bourqui, l'édition des œuvres complètes de Molière dans la collection de la Pléiade.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.