Entre le 31 octobre 1855 jusqu’au 15 août 1870, Victor Hugo alors en exil depuis le coup d'état Bonapartiste et après un séjour à Bruxelles et Jersey, débarque sur l’île de Guernesey où il investit une magnifique demeure : "Hauteville house".

Victor Hugo sur le balcon de hauteville House 1868
Victor Hugo sur le balcon de hauteville House 1868 © © Arsène Garnier/ Maison de Victor Hugo/Roger-Viollet

À son arrivée, une foule accueille Victor Hugo sur le quai de Saint Peter Port. L'écrivain est alors accompagné de son fils, François-Victor, et de sa maîtresse, Juliette Drouet. 

Il séjourne quelques jours avec le premier dans un hôtel puis dans un meublé ; la seconde demeure quant à elle au Crown Hotel

Toute la famille Hugo s'installe dans un premier temps au 20 rue de Hauteville dans une maison meublée… Puis la vente des Contemplations permet à l’écrivain d'acquérir, en mai 1856, une maison au 38 rue de Hauteville, demeure qu’il baptisera plus tard "Hauteville House".

La maison de Guernesey sort toute entière des "Contemplations". Depuis la première poutre jusqu'à la dernière tuile, "Les Contemplations" paieront tout. Ce livre m'a donné un toit.

- Victor Hugo 

Quant à Juliette Drouet, Victor Hugo l'installe dans une location proche au n°8 de la rue du Havelet avant qu'elle ne signe, en mai 1863, un bail lui permettant d'emménager dans l'ancienne demeure qu’occupait la famille Hugo au 20 rue de Hauteville qui sera baptisée "Hauteville Fairy".

Hauteville House

Victor Hugo, devenu propriétaire pour la première fois de sa vie, se trouve à l'abri de toute menace d'expulsion puisque une loi de Guernesey l’interdit aux personnes possédant des propriétés dans l'île.

Victor Hugo investit alors toute son énergie et de l’argent à l'aménagement de cette demeure de plus de 1000 mètres carrés et, le 5 novembre 1856, toute la famille s’y installe.

Vivez une journée avec Victor Hugo à Hauteville House - une journée qui débute bien tôt pour l'écrivain comme vous le raconte  Gérard Audinet, directeur des maisons Victor Hugo.

2 min

Débutez une journée avec Victor Hugo dans le look-out de la chambre avec Gérard Audinet, directeur des maisons Victor Hugo

Par Franck Olivar
La chambre de Victor Hugo
La chambre de Victor Hugo / © Jean-Christophe Godet

Victor Hugo après un frugal petit déjeuner se mettait au travail, traversant un petit couloir sombre, il  rejoignait le look-out principal où vous attend Gérard Audinet...

On est au milieu des éléments.[...] Même si on est dans le paysage absolu, au milieu du ciel et de la mer, Victor Hugo a quand même donné un côté assez "cosy" à cette pièce de travail dans laquelle il passe beaucoup de temps, en la décorant…

3 min

Installez vous dans le look-out de "travail" de Victor Hugo avec Gérard Audinet

Par Franck Olivar
Dans le look-out de "travail" de Victor Hugo
Dans le look-out de "travail" de Victor Hugo / © Jean-Christophe Godet

Passant de longues heures attablé face à la mer et au quai de Saint Peter Port, Victor Hugo a écrit ses chefs d'œuvre : Les Misérables, Les Travailleurs de la mer ou L'Homme qui rit.

Dans Le look-out face à  l'une des deux tablettes où Victor Hugo écrivait...
Dans Le look-out face à l'une des deux tablettes où Victor Hugo écrivait... / © Jean Baptiste Hugo

Alors que sonne l'heure du déjeuner, quittez le look-out et en compagnie de Gérard Audinet, descendez les deux étages de la vaste demeure, non sans faire une halte devant  la bibliothèque (où on apprend, en passant, que Victor Hugo n'était pas un bibliophile) puis devant ce qui devait être à l’origine la chambre de Victor Hugo, "la galerie de Chêne" ou "chambre de Garibaldi"…

C'est la grande inutile de Hauteville House, une pièce qui n'a jamais servi à rien (sauf une fois). C'est une pièce qu'on faisait visiter aux curieux : comme il n'y avait pas de désordre et qu'elle est spectaculaire…

4 min

Rejoignez la salle à manger au rez-de-chaussée de Hauteville House en compagnie de Gérard Audinet

Par Franck Olivar
La Galerie de Chêne
La Galerie de Chêne / © Jean-Christophe Godet

Reprenant l'escalier vous remarquerez à votre grand surprise un tapis aux motifs de fleurs de Lys, fruit du travail de restauration récent mais précédé de celui de recherches qui a permis de retrouver dans les agendas de Victor Hugo, une des mentions d'un passage d'escalier et d'un travail de couture de : "marchette fleur de lysée" .

Le majestueux escalier
Le majestueux escalier / © Jean-Christophe Godet

Le moment du déjeuner revêtait un caractère important pour Victor Hugo comme vous l'explique Gérard Audinet.

2 min

Installez vous dans la salle à manger avec Gérard Audinet

Par Franck Olivar

Victor Hugo partageait ses après-midi entre le travail de l'écriture, les promenades, les visites de notables ou d'autre proscrits qu'il recevait une fois franchit l'entrée et les vestibules passant par le couloir aux faïences, dans le salon de tapisserie ou dans la serre (atelier et jardin d'hiver à  la fois) . 

Le jardin d’hiver
Le jardin d’hiver / © Jean-Christophe Godet

Parfois dans l'après-midi Victor Hugo se lançait à "la chasse aux coffres" avec Juliette Drouet. Toujours accompagnés de sa cuisinière Bretonne ou d'autres gens de maison, lui et et Juliette Drouet, sa maîtresse, sillonnaient l'île en quête de meubles à chiner. Puis le soir venu, la famille Hugo se retrouvait dans la salle de billard : un pièce tout comme la maison, "autobiographique"...

2 min

Observez avec Gérard Audinet les portraits de la salle de billard

Par Franck Olivar
Salle de billard - Portrait de Victor Hugo et François-Victor (Auguste de Chatillon 1836)
Salle de billard - Portrait de Victor Hugo et François-Victor (Auguste de Chatillon 1836) © Radio France / Franck Olivar

Le jardin d'Hauteville House n'est pas en reste , le 17 juillet 1870, Victor Hugo écrit : "Il y a trois jours, le 14 juillet, pendant que je plantais dans mon jardin de Hauteville-House le chêne des Etats-Unis d’Europe, au même moment la guerre éclatait en Europe et l’infaillibilité du pape éclatait à Rome. Dans cent ans, il n’y aura plus de guerre, il n’y aura plus de pape, et le chêne sera grand." 

Ce chêne offre encore son ombre aux visiteurs de la maison venus flâner dans le jardin après s'être rafraîchis près de la célèbre fontaine aux serpents.

La façade vue du jardin
La façade vue du jardin / © Jean-Christophe Godet

L'amnistie de tous les condamnés politiques, décidée en 1859 par l'Empereur, n'incite pourtant pas Victor Hugo à rentrer en France.

Le 5 septembre 1870, après la défaite de Sedan, la capitulation de Napoléon III, la proclamation de la Troisième République et la formation d'un gouvernement provisoire, Victor Hugo se décide à rentrer en France après presque vingt années d'exil.

Cependant Victor Hugo reviendra à Guernesey pour trois séjours, le plus long étant celui de 1872-1873, où il vient chercher la quiétude nécessaire à Quatrevingt-treize, son dernier ouvrage puis une dernière fois du 5 juillet au 9 novembre 1878.

Unique demeure qui ait appartenu à Victor Hugo, la maison fut donné à la Ville de Paris par ses descendants : Jeanne, sa petite fille , Jean, Marguerite et François, les enfants de son petit-fils George, disparu en 1925. le 7 avril 2019, Hauteville House, rouvre ses portes au public, entièrement rénovée grâce au mécénat exclusif de Pinault Collection et la Ville de Paris. 

Aller plus loin

Pour préparer votre visite : le site de l'office de tourisme de Guernesey et le site de Hauteville House

A découvrir aussi sur le site de France Inter :

🎧 ECOUTER | La Marche de l'histoire : Jean Lebrun revient sur les exils de Victor Hugo

📖 LIRE | Franck Olivar, de l'équipe de La Marche de l'histoire, s'est rendu pour les besoins de l'émission dans les pas de Victor Hugo sur l'île de Guernesey.

📖 LIRE | Autre visite chez Victor Hugo, accompagné de Franck Olivar, place des Vosges à Paris

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.