Il faut bien le dire : aujourd'hui encore, nul ne sait si le régicide d'Henri IV était l'œuvre d'un fanatique isolé ou un complot en haut-lieu.

Statue équestre de Henri IV
Statue équestre de Henri IV © Getty / David Briard

Il y a trois ans déjà, dans l’actualité, sur France Inter, et avec Éric Delvaux qui nous emmène chaque matin dans son Cabinet de Curiosités, nous nous demandions si cette tête momifiée était bien la tête du roi Henri IV qui avait été retrouvée.

Mais depuis, nous avons été relativement nombreux à nous désintéresser de la question.

Puis en ce mois d’octobre 2016, sur France Inter toujours, dans l’émission Autant en emporte l’Histoire, Stéphanie Duncan nous a conté une bien belle histoire, une histoire un peu oubliée, une histoire d’amour et de pouvoir, celle de la belle Corisande, ou Diane d’Andouins qui fut la maîtresse de Henri de Navarre, avant que celui-ci ne devienne Henri IV.

Quelques guerres de religion plus tard et beaucoup de sang versé, France Inter vous propose de retrouver Henri IV à un autre moment de sa vie, et précisément quelques jours avant son assassinat par Ravaillac, en mai 1610. Sombre affaire…

Encore aujourd’hui, avec l’intervention d’une femme, Jacqueline d’Escoman, qui avait alerté en plus haut lieu sur les menaces qui pesaient sur la vie du Roi, les historiens sont divisés sur ce qui fut peut-être un complot ou simplement le geste d’un fanatique.

Dans Autant en emporte l'Histoire, la fiction "1610, on veut tuer Henri IV"

Au cours de cette émission, Stéphanie Duncan invite un spécialiste pour rouvrir le volumineux dossier de l’affaire de l’assassinat d’Henri IV et proposer sa vision des choses : François Pernot, qui publie aux éditions Larousse, l’ouvrage Qui a vraiment tué Henri IV ?

Pour vous mettre l'onde à l'oreille, voici un court extrait de cette fiction 1610, on veut tuer Henri IV, que vous pourrez entendre dès dimanche 6 novembre à 21h, sur France Inter.

C’est donc cette fois-ci un véritable thriller historique qui nous est proposé ! Une histoire et une interview que vous pouvez réécouter en podcast également !

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.