À quand remontent les origines et les premières traces archéologiques de la capitale française ? Paris n'a jamais été définie officiellement comme capitale, seul le poids de l'histoire et sa valeur en tant que symbole l'ont progressivement définie comme telle. Comment Lutèce s'est-elle édifiée ?

Une représentation de Paris et de l'Ile de la Cité. Gravure du dessinateur lorrain Israël Sylvestre, XVIIe siècle
Une représentation de Paris et de l'Ile de la Cité. Gravure du dessinateur lorrain Israël Sylvestre, XVIIe siècle © Getty / Patrick HORVAIS / Contributeur

C'est la question que Camille a adressée, dans l'émission Les P'tits bateaux à l'historien Patrick Boucheron, spécialiste en histoire médiévale. L'occasion de découvrir les premiers vestiges de Paris et de comprendre comment elle est progressivement devenue notre capitale.

Le Paris préhistorique 

Le professeur au Collège de France explique que "Paris, c'est d'abord un site, des îles que sont l'île de la cité, l'île Saint-Louis et dont les archéologues rapportent qu'elles ont été peuplées il y a 6 000 ans environ, pour ce qui concerne les premiers vestiges. On se base sur des pirogues qui datent du temps du Néolithique, au moment où les femmes et les hommes s'arrêtent et commencent à cultiver dans cette anse de la Seine". 

En août 2008, une fouille archéologique fut conduite dans la rue Henry-Farman, dans le 15e arrondissement de Paris, et menée sur plus de 5 000 m², sur l'emprise d'un futur centre de tri de collectes sélectives. Il s'agit d'un site archéologique qui remonte à l'époque du Mésolithique (soit entre 10 000 à  5000 avant notre ère), exhumant, pour la première fois, un gisement de chasseurs-cueilleurs sur les bords de la Seine à Paris. Une époque où ni Lutèce, ni Paris n'existent encore et où seule la Seine structure le paysage du bassin parisien. Cela a permis de démontrer que Paris présentait un environnement favorable à l'établissement et aux premiers échanges. Même si l'absence de véritables structures d'habitat montrent qu'elle ne fit encore l'objet que d'une faible occupation, à cette époque. 

Reste que la découverte de nombreuses pierres de silex taillées correspondent à une fabrication de pointes de flèches, en plus de la découverte de fragments d’os d’animaux, suggèrent qu'un campement s'est bien établi à cette époque-là. Les Parisiens mésolithiques étaient encore des chasseurs-cueilleurs et l'arc constituait l'arme de chasse de prédilection avant que la période de sédentarisation liée au Néolithique n'advienne. Les niveaux préhistoriques mettent donc en évidence l'installation, sur la longue durée, de la présence humaine sur la berge d’un ancien secteur de la Seine.

Lutèce ou le Paris antique gallo-romain

Patrick Boucheron rappelle que "lorsqu'on souhaite retrouver les traces de Paris à l'époque antique, c'est Jules César qui en parle. Quand le proconsul romain mène la guerre à la Gaule. C'est à cette époque, une ville gauloise. Elle ne s'appelle pas Paris mais Lutèce. Un peuple gaulois du nom des Parisii occupe cette ville".

Les fouilles menées jusque-là sur l’île n’ont jamais révélé d'espaces habités existants à la période gauloise (ni fortification, ni traces de feu ou d’établissement). Mais si le site fait ressortir le développement d'une première concentration humaine, c'est parce que le territoire géographique qui définit Paris offre une position favorable grâce à la Seine, une protection naturelle de par les collines de Sainte-Geneviève, de Montmartre ou encore de Belleville

La seule mention de Lutèce, à l'époque gauloise, se trouve dans La Guerre des Gaules, que César rédige en 53 av J.-C. où il rapporte la présence d'un oppidum sur laquelle la tribu gauloise des Parisii se serait établie, situé dans une île de la Seine que l'histoire rapproche encore systématiquement aujourd'hui à l’île de la Cité. Celle-ci étant encore considérée comme le berceau de Paris. D'autant que le célèbre consul romain donne davantage de détails lorsqu'il rend compte d'une convocation qu'il adresse aux différents chefs gaulois pour tenir une assemblée des peuples gaulois en pays Parisii. Lesquels choisissent finalement de s’allier à Vercingétorix pour affronter les légions romaines.

C'est ce qui nous amène à la seconde occurence qui renvoie à la fameuse "bataille de Lutèce" où les gaulois sont défaits. Une défaite qui préfigure la bataille décisive de la guerre des Gaules face à César, à Alésia en 52 av J.-C. D'après ses mots, la région parisienne est très certainement déjà occupée par un peuple gaulois, un peuple de marchands vivant du commerce, que favorise l'occupation de cette importante route maritime commerciale, ce fleuve de la Seine. 

Les découvertes des premières occupations romaines de Lutèce sont très rudimentaires. Mais, en 2006, à quelques pas du Cardo maximus de Paris, à l'actuelle rue Saint-Jacques, au sommet de la montagne Sainte-Geneviève, une équipe de l'Inrap sous la direction de Didier Busson met au jour un des premiers quartiers d'habitations de la ville antique, faisant état d'un habitat constitué de murs en torchis, d’un mobilier archéologique datant de la deuxième moitié du Ier siècle av. J.-C, des éléments de thermes privés avec dallages. Ce qui peut laisser croire que le site a été ré-occupé assez rapidement après la conquête. 

Au début du IVe siècle, une borne militaire mentionne "la ville des Parisii" : Lutèce devient Paris après avoir attesté de nombreuses formes lexicales et étymologiques (grecques, celtes, gauloises, latin). 

À l'époque de Clovis, roi des Francs : le Paris mérovingien

L'historien rappelle que "Clovis et les Francs choisissent Paris comme capitale, en 508, 511, ce qui pourrait être une date de naissance de Paris comme capitale".

C'est au premier roi à avoir reçu le baptême, Clovis, que revient la première conception de Paris comme capitale du royaume, alors reconnue par le souverain barbare comme un lieu stratégique géographiquement. 

Nous sommes à l'heure de invasions barbares germaniques et le royaume des Francs est susceptible d'être emporté à tous moments s'il ne peut guère s'appuyer sur des bases solides. Après Tournai, son fief d’origine situé en Belgique, puis Soissons (Hauts-de-France), Clovis reprend à son compte l'héritage de Lutèce pour en faire le nouveau centre de son pouvoir. Il faut attendre le XIIe siècle pour que Paris revienne au centre de l'attention du pouvoir royal. 

De la résidence royale à la résidence nationale (XII-XIXe siècles)

Comme le souligne bien l'historien "ce sont d'autres rois ensuite qui feront bouger la capitale. Celui qui l'installe, c'est Philippe Auguste (1180-1223). On est au début du XIIe siècle. Il est le roi qui l'entoure d'une muraille, d'une enceinte. Si on se rend, aujourd'hui, place de la Nation, on se trouve en face de deux colonnes où est juchée la statue de Philippe Auguste et l'autre de Saint-Louis". 

Ce sont les deux rois qui ont fait de Paris la capitale de la France.

C'est au XIIe siècle que Paris prend véritablement son importance avec l'édification de ses fortifications. Ce sont les deux souverains qui la valident comme lieu de résidence de la monarchie, centralisant bientôt toutes les institutions administratives et gouvernementales. Paris devient vraiment capitale lorsque les rois lui reconnaissent une centralité politique. 

Philippe Auguste inscrit sa propre marque en édifiant une enceinte, à laquelle il associe la forteresse défensive du Louvre, dont la construction s'achève à la fin du XIIe siècle. Ce projet a pour but de fortifier le côté ouest de Paris, afin qu'elle puisse endiguer un éventuel déferlement anglais. 

En bon continuateur, Louis IX ou Saint-Louis (1226-1270) y met en place le Parlement de Paris et contribue, en premier lieu, à faire de Paris le premier centre religieux du royaume, procédant à la construction d'un certain nombres d'églises très connues aujourd'hui. Paris foisonne également en devenant le centre culturel du royaume avec la création de l'Université

Toutes ces consécrations confèrent à Paris sa définition de capitale politique. Au XIVe siècle, Charles V transforme le Louvre en résidence royale, fait construire une nouvelle forteresse "la Bastille", en pleine guerre de Cent ans. Paris devient une immense forteresse sur laquelle on compte pour sauvegarder l'intégrité du royaume. Le roi de la Renaissance française, François Ier (1494-1547), d'abord itinérant, décide de faire de Paris le lieu de la résidence royale, en 1528. 

Cartographie de Paris aux XVI-XVIIe siècles. Extraite de l'œuvre "De Civitates Orbis Terrarum" du cartographe Georg Braun et graveur Franz Hogenberg, Cologne
Cartographie de Paris aux XVI-XVIIe siècles. Extraite de l'œuvre "De Civitates Orbis Terrarum" du cartographe Georg Braun et graveur Franz Hogenberg, Cologne © Getty / DEA / R. MERLO / Contributeur

Puis ce sera le moment de la réalisation des grandes structures urbaines avec, sous Henri IV, la place Dauphine ; le quartier du Marais ; la place royale (des Vosges), le pont Neuf… Politique d'aménagement poursuivie par Louis XIII et Richelieu : île Saint-Louis, place des Victoires, place Vendôme… Si, à la fin du XVIIe siècle, Louis XIV s'installe à Versailles, la marche de Paris continue, avec l'édification de nouveaux quartiers résidentiels, l'École militaire, le quartier de l'Odéon… 

Du XIIe au XVIIIe, les rois de France opèrent une véritable fusion de leur fonction sacrée, résidentielle, militaire et judiciaire, en s'appuyant sur Paris. La capitale devient bientôt un modèle et un support socio-politique à part entière par lequel s'affirme la monarchie française et les régimes amenés à se succéder. 

La France ne peut désormais plus composer son histoire sans ne pas s'en référer à Paris, amenée à incarner l'épicentre des plus grandes révolutions et mouvements sociaux qui marquent la fin du XVIIIe siècle et tout le XIXe siècle. La Commune de Paris au premier chef, pendant que Haussmann finit d'achever son célèbre projet d'urbanisme moderne en réalisant la Grande croisée de Paris, le percement des grands axes transversaux et l'annexion des communes de banlieues… 

La réponse de l'historien Patrick Boucheron

2 min

Histoire de Paris : quel âge a Paris ?

Par Patrick Boucheron

Une ville n'a pas d'âge. Une ville a tous les âges : tout dépend de quelle manière on pense l'évolution d'une ville (habitat, capitale, structures architecturales…)

- Patrick Boucheron 

Aller plus loin

🎧 RÉÉCOUTER - Les P'tis bateaux de Noëlle Breham : Les 5 questions-réponses du dimanche 28 mars 2021

📖 LIRE - Patrick Boucheron : Histoire mondiale de la France (Éditions du seuil)

📖 LIRE - Patrick Boucheron et Denis Menjot : La Ville médiévale Histoire de l'Europe urbaine (Seuil)