Mouvement philosophique, politique, révolutionnaire, l’anarchisme se définit positivement comme un ensemble de théories et de pratiques égalitaires. Avec leurs auteurs, revisitons quelques œuvres récentes autour de ce mot multiforme, en perpétuelle évolution et à la base de biens des avancées sociales.

Tag symbolisant l'Anarchie
Tag symbolisant l'Anarchie © Maxppp / Philippe Turpin / Benelux Pix

Documentaire et docu-fiction, mais aussi émissions et fictions sur France Inter, pour méditer encore sur l'anarchisme, au-delà de sa caricature.

Tancrède Ramonet

Tancrède Ramonet était l’invité de Bruno Donnet dans l’émission L’Instant M du 11 avril 2017, pour y présenter son film, Ni Dieu ni Maître, remarquable documentaire sur l’origine et le destin du mouvement anarchiste, diffusé le soir-même sur Arte.

Pierre-Joseph Proudhon, penseur révolutionnaire issu de la classe ouvrière, précurseur de l'Anarchie (1809-1865) :

De système, je n’en ai pas, je n’en veux pas.

Pour les anarchistes, l’ordre naît de la liberté, tandis que le pouvoir engendre le désordre. La conviction d'une société anarchiste, jaillie de l'époque des Lumières, trouve la concrétisation de son objectif au moment de la Révolution française. Aujourd'hui encore, la question sociale reste toujours posée.

Le 1er mai 2017, sur France Inter, l’émission Affaires Sensibles a pour titre Voyage en Anarchie : Le 1er mai, symbole des luttes libertaires. Le producteur-animateur Fabrice Drouelle invite encore Tancrède Ramonet pour préciser certains aspects de ce mouvement encore souvent très mal perçu.

Tancrède Ramonet, dans l'émission Affaires Sensibles :

Le désir de faire une caricature d’un mouvement politique, c’est le désir de le disqualifier.

Des documents tombés dans l’oubli, des images d’archives inédites, ainsi que des entretiens exclusifs avec les historiens du mouvement ouvrier, constituent une première dans l’histoire de 150 années de ce mouvement où l’arme est rarement la violence, mais bien plutôt la négociation et la défense des droits des travailleurs.

Patrick Pécherot

En 2016, l’auteur a déjà écrit une fiction pour Autant en emporte l’Histoire, l'émission de Stéphanie Duncan : Rirette Maîtrejean : du col claudine à la Bande à Bonnot, un récit qui nous plongeait dans la Belle Époque, évoquait une publication, L’Anarchie, porte-parole du mouvement individualiste, fondé en 1905 par Albert Libertad, ainsi que les événements tragiques de la Bande à Bonnot.

Dimanche 12 novembre 2017, entre 21h et 22h, dans l’émission Autant en emporte l'Histoire, vous pourrez écouter, Marius Jacob : l’Arsène Lupin au drapeau noir, une fiction réalisée par Benjamin Abitan, écrite par l’écrivain Patrick Pécherot qui sera également l’invité de Stéphanie Duncan. 

Alexandre Marius Jacob (1879-1954) fut un illégaliste qui légitimait le vol en faveur de la propagande pour le mouvement anarchiste qu’il défendait. Sa personnalité hors du commun, son extraordinaire vitalité (il survécut à vingt années de bagne), l'humour avec lequel il organisait ses cambriolages l’ont rendu populaire en son temps.

Voici en avant-première, un avant-goût sonore de cette fiction, Marius Jacob : l’Arsène Lupin au drapeau noir,

En 2016, les Films Grain de Sable ont produit un docu-fiction très original d'Olivier Durie, qui a pour titre : Marius Alexandre Jacob et les travailleurs de la nuit, et dont voici la bande-annonce :

Alexandre Marius Jacob, dans « Pourquoi j’ai cambriolé », sa déclaration au tribunal en 1905 :

Le droit de vivre ne se mendie pas, il  se prend.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.