Jacques Vallet, 94 ans, résistant à la libération de Paris
Jacques Vallet, 94 ans, résistant à la libération de Paris © Radio France / Emmanuel Leclere

C'était le19 août 1944, Paris se rebelle. Les premiers combats éclatent autour de la préfecture de police et en banlieue. Six jours plus tard, le 25 août, Paris est libérée de l'occupation allemande

Depuis deux mois et le débarquement normand, l'Allemagne nazie vacille sur ses positions. L'occupation ne tient plus qu'à un fil et va connaître à partir du 19 août 1944, un tournant décisif. La rebellion puis la libération, six jours plus tard de Paris.

2000 gardiens de la paix se révoltent

Depuis le 14 juin 1940, les drapeaux nazis ont remplacé l'étendard bleu, blanc, rouge dans la capitale. Quatre ans et deux mois de dictature, de privation, de pénurie avant un énième sursaut d'orgueil. Le soulèvement populaire s'ajoute aux avancées alliées vers l'est.

A Paris, les Forces françaises de l'intérieur (FFI) mènent la fronde et entame l'insurrection. Les premiers combats éclatent autour de la préfecture de Police. Ce sont d'ailleurs des policiers, qui au rythme de la Marseillaise, se mettent en civil et se livrent en premier. 2000 "gardiens de la paix" issus des différents mouvements de résistance de la captiale.

La préfecture comme première prise de résistance

Parmi eux, Jacques Vallet, 94 ans, ancien policier parisien. Il faisait partie bien avant l'insurrection finale d'un mouvement communiste de résistance de policier "le front national police." Il n'est donc pas un résistant de dernière minute comme "la police de Vichy" se plaisait à définir les résistants parisiens. Lui oeuvrait déjà, modestement selon lui, avant les prémices de la libération "faisant passer des courriers entre les détenus à la préfecture et l'extérieur." La prise de la préfecture était à l'époque considérée comme stratégique et symbolique. Le prélude au soulèvement général de la capitale.

Jacques Vallet, ancien policier parisien présent le 19 août 1944, au micro France Inter de Emmanuel Leclere

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.