de 5 soldats allemands non identifiés relevés par les archéologues et un anthropologue
de 5 soldats allemands non identifiés relevés par les archéologues et un anthropologue © Emmanuel Leclère

La "Main de Massiges", dans le département de la Marne, le dernier site mémoriel de la première guerre mondiale à avoir été recréé, est très fréquenté en ce moment, à l'occasion du centenaire du début de la Grande Guerre.

Depuis trois ans, plusieurs centaines de mètres de tranchées ont été restaurées bénévolement par une petite association.

Des milliers d'objets et dix dépouilles exhumées

Au sommet de l'une des cinq collines de Massiges, qui prennent sur une carte la forme d'une main, on trouve des barbelés, des pieux, laissés sur place jour et nuit. Eric Marchal explique que les jours de forte affluence dans ce site dont l'accès est libre, l'association redéploie des objet retrouvés dans les tranchées : "des sacs à dos, des brosses à dents, des fusil ", pour montrer quelle était la vie de ces soldats.

Dix squelettes ont été mis au jour. Les dépouilles de six soldats français et de quatre militaires allemands. Un seul a pu être identifié.

vestiges retrouvés à Massiges
vestiges retrouvés à Massiges © Emmanuel Leclère

Le 22 août 1914 a eu lieu ici l'une des batailles les plus sanglantes de l'histoire de France

A Massiges, comme sur l'ensemble du front des Ardennes, le 22 août 1914, est une date terrible qu'a découverte récemment le président de l'association "La Main de Massige", à l'origine de la réhabilitation du site : 27 000 Français morts en une seule journée, un chiffre vertigineux, presque incroyable :

Eric Marchal :

Un chiffre qu’on a peine à décrire. 27 000 morts français et autant du côté allemand, c’est un mort toutes les secondes durant 8 heures. C’est le même nombre de morts que durant la guerre d’Algérie qui a duré 8 ans. Pour la France et l'Allemagne, ce sont 60 000 hommes perdus en une seule journée. Une boucherie affreuse et inutile.

Des chiffres méconnus qui n'ont fait qu'accroître le choc pour ces visiteurs dans les tranchées reconstituées de la Main de Massiges :

Tous ces gens sacrifiés... je repense à mon grand-père qui ne voulait jamais me raconter la guerre. C’est émouvant, ça vous prend aux tripes.

Main de massige
Main de massige © Emmanuel Leclère
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.