L'île Tromelin, petit bout de sable perdu dans l'océan indien est l'objet de négociations, depuis 1976, entre la France et l'Île Maurice. Mais quelle est son histoire ?

Vue aérienne de l'île Tromelin - 16 avril 2014
Vue aérienne de l'île Tromelin - 16 avril 2014 © AFP / Richard Bouhet

Depuis 2010, un accord sur la co-gestion entre l'île Maurice et la France concernant l'île Tromelin a été signé mais il est toujours en attente de ratification. Et les députés français ne sont pas pressés de le signer, puisqu'il a été retiré de l'ordre du jour ce 17 janvier 2017. Cet accord prévoyait un plan, économique mais aussi environnemental, pour ses terres comme sa surface maritime. Cette île mesure un kilomètre carré, soit une surface 70 fois plus petite que la ville de Nice. En revanche, sa surface maritime, elle, mesure 285.000 km². Ainsi, le MEDEF et certains députés, font pression pour conserver ce bout d'atoll. Et comme le signalait ce matin notre humoriste Charline Vanhoenacker, c'est sur ce point que le bât blesse. Car au-delà d'une simple question de souveraineté, cela remettrait en cause la propriété des ressources sous-marines pour la France.

Mais comment Tromelin est- elle devenue française ?

Nous sommes le 11 août 1722, à bord du navire de la compagnie des Indes : La Diane. Son capitaine, Jean-Marie Briand de la Feuillée, se laisse sûrement porté par les alizés quand il voit l’île pour la première fois. Il ne s'y arrête pas et la nomme sobrement "Île des sables". Il faut dire que rien d'autre ne semble y pousser... Son surnom : "le danger" et elle le porte bien puisque le deuxième élément clé dans son histoire après sa découverte, est un naufrage. Celui ci eut lieu le 1er août 1761. Cette fois, le navire est baptisé l'Utile et transporte à son bord des esclaves venus de Madagascar à destination de l'Île de France qui à l'époque de ne se situait pas dans le bassin parisien mais désignait l'île Maurice. Si la moitié des esclaves perdent la vie lors du naufrage, l'autre moitié est, elle, abandonnée à son triste sort par l'équipage. Et la promesse de venir les récupérer ne fut jamais tenue... ou presque.

Le chevalier de Tromelin

L'île des sables compte désormais une population bien mal en point et à l'abandon. Quinze après le naufrage de l'Utile, ils ne sont plus que huit, dont un bébé, à voir arriver la corvette La Dauphine, commandée par le chevalier Bertrand Boudin de Tromelin. Le noble chevalier, originaire de Morlaix, est l'administrateur de Port-Louis à la future île Maurice. Les rescapés de l'île sont rapatriés à Port Louis, où ils sont baptisés et recueillis. De son côté et après une campagne des Indes qui l'oppose au bailli de Suffren et de fait au Roi Louis XV, le chevalier de Tromelin devient pendant la Révolution Française vice amiral. Si l'on peut dire sans mal que celui ci est arrivé tardivement, l'acte héroïque de Tromelin avec le sauvetage des naufragés va donner à l'île son nom actuel. Quant à l’événement en lui-même, il s'ajoute à liste des arguments des anti-esclavagistes comme Condorcet.

Tromelin, cet obscur objet de désir ?

Par la suite, on comptera le naufrage d'un navire indien en 1867. Tromelin devient une des rares survivance de l'empire colonial français qui a perdu l'île Maurice en 1814 au profit de l'empire britannique. Il faudra attendre le milieu du XXe siècle pour que l'île retrouve une activité, en tant que station météo. Pour le reste, l'île de Tromelin a une histoire à l'image de sa superficie réelle... toute petite. Mais elle n'est pas oubliée des gouvernements français et mauricien. Non pour en faire une résidence de vacances présidentielle mais bien pour ses ressources sous-marines.

Tromelin sur la carte

Allez plus loin

►►► BD : Savoia fait revivre les esclaves oubliés sur une île en 1761

►►► Faire le tour de la planète sans quitter la France, c'est possible !

►►► Les esclaves oubliés de Tromelin & Histoires d'îles africaines

L'Utile, 1761 - les esclaves oubliés - chaîne de l'INRAP

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.