C'est une légende qui a traversé les siècles depuis que les conquistadors espagnols ont pris possession du Pérou dans les années 1532/1534. Cette terre inca cachait, selon eux, un Eldorado... Ils en firent le pays de l'or et créèrent ainsi un véritable imaginaire qui en fit rêver beaucoup. Qu'en est-il vraiment ?

Détail d'une offrande funéraire en or datant la culture précolombienne du Chimu.
Détail d'une offrande funéraire en or datant la culture précolombienne du Chimu. © Getty / VW Pics / Contributeur

Invité à s'exprimer sur les Incas dans Le Temps d'un Bivouac, l'archéologue Patrice Lecoq n'a pas manqué de revenir sur l'existence du soi-disant "Eldorado inca". 

Un imaginaire ancré depuis le XVIe siècle

L'existence de cet eldorado habite les esprits depuis le XVIe siècle, au moment des grandes découvertes qui opèrent un véritable changement sur le plan des représentations du monde. "Nous sommes en 1532 lorsque les conquistadors débarquent au Pérou, raconte l'archéologue, 180 mercenaires réussissent à prendre Cuzco (à l'époque la capitale au centre de l'empire) emmenés par l'explorateur Francisco Pizarro. L'empire inca est divisé et les conquistadors profitent des dissensions". Et lorsqu'ils capturent l’empereur inca, Atahualpa , la rançon qu'ils réclament paraît démesurée : plus de six tonnes d'or ! Pourquoi autant ? 

L'empereur Inca Atahualpa attaqué et capturé par les conquistadors espagnols menés par Francisco Pizarro, 1532
L'empereur Inca Atahualpa attaqué et capturé par les conquistadors espagnols menés par Francisco Pizarro, 1532 © Getty / Universal History Archive / Contributeur

Déjà, lorsqu'ils débarquent, les conquistadors espagnols apportent avec eux cette formidable rumeur qui aiguise leurs appétits et leur soif de conquête : la légende de "l'homme doré", une légende qu'on retrouve en tous lieux dans la péninsule pré-colombienne, et qui donne immédiatement naissance au mythe de l'Eldorado. 

Du Machu Picchu à la cité Païtiti

Cette idée d'une cité d'or perdue en Amazonie n'a jamais cessé depuis d'enflammer les imaginations. Au fil des générations, plusieurs chercheurs se succèdent dans la quête de cette mystérieuse cité d'or. "Citons parmi eux le français Charles-Marie de La Condamine, au cours du XVIIIe siècle, ou encore, aujourd'hui, Thierry Jamin". Selon ce dernier, la cité Païtiti aurait constitué un ultime refuge pour les Incas persécutés par les conquistadors. Il s'est demandé si elle pouvait aussi abriter ce fameux Eldorado... et il la cherche encore aujourd'hui.

Pendant longtemps, on a situé l'Eldorado sur le site du Machu Picchu :"cette cité aurait été fondée par les Incas et on a longtemps pensé que le Machu Picchu ou le Choquequirao pouvaient être cette cité d'or", explique Patrice Lecoq. Mais dans les faits, cet Eldorado, personne ne l'a jamais trouvé et pour Patrice Lecoq :

Cette mystérieuse cité de l'or des Incas n'existe pas, c'est un mythe. 

"Le temple du soleil, poursuit-il, est sans aucun doute la construction qui incarne le mieux l'architecture inca et le mythe de l'Eldorado encore aujourd'hui". Là, peut-être...

Autour du "temple du soleil" ? 

D'après les divers récits des premiers chroniqueurs espagnols, le temple du soleil appelé aussi "Le Coricancha" était une vaste enceinte rectangulaire tapissée d'or ! Il est compris comme le lieu le plus sacré de l'empire des Incas. Ce temple a lui aussi fait l'objet de nombreuses spéculations quant à l'existence de cet Eldorado. 

Le temple, aujourd'hui disparu, "s'ouvrait sur plusieurs salles dont une avec des jardins d'or, des lamas en or, des arbres en or - de l'or qui venait de part et d'autre de tout le territoire conquis par les Incas. Même les plantes étaient recouvertes par ce précieux métal". 

C'est donc tout une ostentation qui traduit véritablement la croyance solaire des Incas, tant le soleil s'apparentait au culte de l'État. C'est là d'ailleurs, au milieu des différentes momies des souverains respectifs et successifs, que s'élève la figure de la divinité solaire, ornée de tout un ensemble de pierres. 

Est-ce suffisant pour faire de ce temple l'origine du mythe de cet Eldorado si convoité ?

L'or n'est qu'un symbole, non une monnaie d'échange

L'archéologue nous apprend que, contrairement à l'homme européen, "il n'y a pas de valeur marchande attribuée à l'or par les Incas". 

Le peuple inca se considérait comme les représentants du soleil ; l'or était l’émanation du soleil. Les mines d'or étaient considérées comme des objets sacrés ("des wak'a") pénétrés de l'esprit de leurs ancêtres. Ils ne comprendront d'ailleurs jamais la valeur marchande de l'or que les Européens attribuent à ce métal. 

L'or était extrait par les populations locales dans les mines d'or pour ensuite être apporté jusqu'à la ville de Cuzco et être offert à l'empereur. Celui-ci en redistribuait une partie pour montrer sa puissance vis-à-vis de ses subalternes qui le considéraient comme la déité principale. 

Statues en or représentant des personnages masculin et féminin, civilisation inca, XIIIe-XVIe siècles
Statues en or représentant des personnages masculin et féminin, civilisation inca, XIIIe-XVIe siècles © Getty / DEA / M. CARRIERI / Contributeur

Patrice Lecoq précise qu'"Être riche pour les Incas, c'était plutôt posséder de grandes terres, comme la détention de ces fameuses terrasses de cultures (de céréales, de feuilles de coca...). On sait qu'il y avait des coquillages, des échanges fondés principalement sur le troc mais non sur l'or". 

Et si la croyance en cet Eldorado n'était finalement pas le simple reflet de nos représentations ? Celui de l'homme européen vis-à-vis d'un alliage auquel il ne prête absolument pas le même usage que celui qu'en firent les Incas ? Le mystère demeure...

Aller plus loin 

🎧 ÉCOUTER - Voyage en terre Inca. Émission Le Temps d'un Bivouac 

🎧 VIDEO - Choqek'iraw, une cité inca. Par Patrice Lecoq

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.