L'Institut du monde arabe à Paris propose jusqu'au 5 août, une exposition qui retrace "L'épopée du Canal de Suez", ce canal qui permet depuis 1869 de relier l'Europe à l'Asie sans contourner tout le continent africain. Un chantier synonyme d'enjeu économique mais aussi politique.

"Vers les Mers du Sud", maquette de l'exposition "L' épopée du Canal de Suez" à l'Institut du monde arabe à Paris.
"Vers les Mers du Sud", maquette de l'exposition "L' épopée du Canal de Suez" à l'Institut du monde arabe à Paris. © © GGb

Une plongée au cœur du Canal de Suez, c'est ce que vous propose l'Institut du monde arabe à Paris jusqu'au 5 août 2018, avec l'exposition L'épopée du Canal de Suez. Une aventure qui démarre bien avant l'inauguration officielle du canal en 1869. 

Des pharaons à Napoléon : des siècles de réflexion

Tout commence au temps des Pharaons. Sésostris III (XVIIIe siècle avant J-C) est le premier souverain égyptien à ordonner le creusement d'un canal pour permettre aux embarcations commerciales de passer du Nil à la mer Rouge et ainsi relier la mer Méditerranée. Au cours des 1 000 années qui suivent, le canal est ensablé, abandonné, reconstruit, avant d'être détruit pour de bon au VIIIe siècle par le calife Al-Mansur qui veut éviter les attaques de l'extérieur.

Au XVIe siècle, la République de Venise tente de relancer le projet pour éviter la concurrence des Portugais. Vasco de Gama vient en effet de découvrir une nouvelle route pour contourner l'Afrique, via le Cap de Bonne Espérance et gagner ainsi les Indes. Mais le projet des Vénitiens n'aboutit pas.

Giulio Carlini, Les Vénitiens présentent leur projet de Canal au sultan, 1869.
Giulio Carlini, Les Vénitiens présentent leur projet de Canal au sultan, 1869. / Engie

Il faut attendre l'arrivée de Bonaparte en Egypte en 1798 pour relancer le projet d'un canal pour relier la Méditerranée à la mer Rouge, sans passer par le Nil cette fois. Les ingénieurs y réfléchissent pendant des décennies tant les difficultés techniques sont nombreuses. C'est finalement au XIXe siècle, que le chantier sera officiellement lancé grâce notamment au consul de France à Alexandrie, Ferdinand de Lesseps qui mettra à profit son amitié avec le vice-roi égyptien de l'époque, Saïd Pacha. 

L'un des plus gros chantiers du XIXe siècle

Les travaux démarrent en 1859. Des centaines de milliers d’Égyptiens sont réquisitionnés et se lancent dans la corvée. Des dizaines de milliers d'entre eux mourront à la tâche, beaucoup infectés par la choléra. La mécanisation arrivera plus tard. 

Hippolyte Arnoux et Zangaki frères, Kantara. Kilomètre 45, 1869 - 1885
Hippolyte Arnoux et Zangaki frères, Kantara. Kilomètre 45, 1869 - 1885 / Archives nationales du monde du travail (Roubaix)

Le 17 novembre 1867, c'est le jour J dans la ville portuaire de Port-Saïd. Le canal de Suez est inauguré en grande pompe. Dans les trois tribunes officielles, les représentants de toutes les familles royales d'Europe sont présentes. On aperçoit également l'Impératrice Eugénie, venue représenter son époux, Napoléon III, trop malade pour faire le voyage. Elle embarque à bord du navire l'Aigle, symbole de la présence encore si importante de Bonaparte en Égypte.

Edouard Riou (1833-1900) : Cérémonie d'inauguration du Canal de Suez à Port-Saïd, le 17 novembre 1869.
Edouard Riou (1833-1900) : Cérémonie d'inauguration du Canal de Suez à Port-Saïd, le 17 novembre 1869. / Photo © RMN-Grand Palais (domaine de Compiègne) / Daniel Arnaudet
Bureau de la Compagnie du Canal de Suez à Port-Saïd, 1900 - 1950 © Souvenir de Ferdinand de Lesseps et du Canal de Suez / Lebas Photographie Paris
Bureau de la Compagnie du Canal de Suez à Port-Saïd, 1900 - 1950 © Souvenir de Ferdinand de Lesseps et du Canal de Suez / Lebas Photographie Paris / Souvenir de Ferdinand de Lesseps et du Canal de Suez /Lebas Photographie Paris

Un enjeu économique

Aujourd'hui, le Canal de Suez, long de 193 kilomètres, large de 280 mètres, permet de relier Port-Saïd sur la mer Méditerranée à Suez sur la mer Rouge, via trois lacs naturels. En 2015, près de 18.000 navires l'ont emprunté, soit près d'un milliard de tonnes de marchandises transportées. Cela représente 8% du commerce maritime international

Vue du Canal de Suez, Port-Saïd, 2017
Vue du Canal de Suez, Port-Saïd, 2017 / NA

Preuve de son importance pour l'économie égyptienne : il y a trois ans, le pays a inauguré le "Nouveau Canal de Suez" (élargi sur 35 km) pour doubler la capacité de passage. Avec cet élargissement, le canal devrait rapporter 13 milliards de dollars par an à l'Égypte d'ici 2023, contre cinq milliards aujourd'hui.

Le Canal de Suez vu par le satellite Copernicus Sentinel-2A, 2017
Le Canal de Suez vu par le satellite Copernicus Sentinel-2A, 2017 / DR

Un enjeu géopolitique

En 1956, le président égyptien Nasser annonce la nationalisation du Canal de Suez, pour financer dit-il le barrage d'Assouan. Colère de la France qui a piloté la construction du canal et créer une société en vertu des accords de 1958 pour l'exploiter ( la Compagnie universelle du canal maritime de Suez qui deviendra GDF Suez). Colère aussi du Royaume-Uni, qui a également des intérêts économiques et commerciaux à Suez. 

Les deux pays se lancent dans une offensive, avec l'aide d’Israël, contre l'Égypte le 29 octobre 1956 : c'est la crise du Canal de Suez. Les alliés français, britanniques et israéliens feront marche arrière au bout d'une semaine, sous la pression des Etats-Unis et de l'URSS qui désapprouvent leur action. Suivront ensuite les guerres avec Israël de 1967 et 1973. 

Aujourd'hui encore, le Canal de Suez est un enjeu primordial pour le gouvernement égyptien et la communauté internationale, avec la présence du terrorisme dans le Sinaï.

L'Épopée du Canal de Suez, une exposition à voir à l'Institut du monde arabe à Paris, jusqu'au 5 août 2018. Toutes les infos, ici.

1'34

L' épopée du Canal de Suez à l'Institut du monde arabe : le reportage d'Isabelle Pasquier

Par Isabelle Pasquier
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.