En 2010, Stéphane Hessel m'avait reçu chez lui pour évoquer les livres de sa vie. Elégant, en costume sombre, il parlait notamment de sa dette éternelle à l'égard des poètes qui l'avaient tant aidé lors de sa déportation. "De quoi souffrait-on le plus, dans les camps?", lui avais-je demandé. "Du froid, surtout'", répondit-il.

Voici un extrait de cette "Bibliothèque de Stéphane Hessel", devant les étagères consacrées à la poésie;

SH: "Voici Rimbaud. Je peux vous dire un de ses poèmes? "Sensation", par exemple, du jeune RImbaud.

"Par les soirs bleus d'été, j'irai dans les sentiers,Picoté par les blés, fouler l'herbe menue,Rêveur, j'en sentirai la fraîcheur à mes pieds.Je laisserai le vent baigner ma tête nue.Je ne parlerai pas, je ne penserai rien :Mais l'amour infini me montera dans l'âme,Et j'irais loin, bien loin, comme un bohémien,Par la nature, heureux comme avec une femme". VJ: Vous avez l'oeil coquin!

SH: Oui! L'amour et la poésie vont biene nsemble. Un peu d'érotisme poétique, ca ne fait pas de mal...

VJ: Vos parents vous ont appris ça?

SH: Mes parents m'ont aidé à me débarrasser une fois pour toute de la morale. Ils lui ont tourné le dos pour la remplacer par l'éthique, c'est à dire, le sens des valeurs qui sont leurs valeurs propres et qui sont maintenant les miennes. Je suis pour les valeurs propres à chacun auquel il doit apporter beaucoup d'importance mais qu'il ne doit pas confondre avec ce qui serait une moralité qui le contraindrait.VJ: J'aperçois Nabokov, "Lolita"... SH: C'est peut-être la grande réalisation que je reconnais à ma mère, morte à 96 ans, c'est pas mal... Quand elle a eu 75 ans, elle a traduit Nabokov en allemand et l'éditeur allemand lui a écrit : "Peut-être devrais-je présenter votre texte à quelqu'un de plus jeune, pour être sûr que ce langage un peu particulier de l'érotisme de Nabokov soit bien présenté en allemand..." Elle a répondu, furieuse: "Sur ce sujet, j'en sais autant que tous les jeunes éventuels réviseurs de mon texte". C'était une drôle de bonne femme!VJ: Votre mère vous parlait du bonheur...SH: Elle disait : "Il faut que tu promettes d’être heureux, car c'est en étant heureux qu'on donne le plus de plaisir à ceux qui nous entourent; le bonheur est quelque chose qui se transmet. Vivre heureux c'est vivre disponible pour ceux qui vous entourent".

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.