Nostalgie d’une Belle époque qui fit de Paris la capitale du monde, et qui ne fut baptisée ainsi qu’après coup, en comparaison avec l’effrayante vision de la guerre qui suivit.

Tour Eiffel et Trocadéro
Tour Eiffel et Trocadéro © Getty / Universal History Archives

Retour sur une exposition

C’était en 2014, nous vous parlions déjà de cette Belle époque à l’occasion de l’exposition Paris 1900, la Ville spectacle, qui nous invitait à revivre les heures fastes de la capitale française au moment où elle accueillait l’Exposition Universelle qui inaugurait le XXe siècle.

Au théâtre, Sarah Bernhardt triomphait

Sarah Bernhardt dans son salon
Sarah Bernhardt dans son salon © Getty / Nadar / Bettmann

Jean Cocteau inventa pour elle l'expression "monstre sacré". Revisitons aussi l'exposition consacrée à Sarah BERNHARDT en avril 1976 ! Ce moment, un peu suranné, évoque toutefois avec beaucoup de charme l’intense personnalité de l’actrice, puisque vous pouvez retrouver ici un entretien avec la comédienne Marie Marquet évoquant pour nous Sarah Bernhardt qu'elle a connue et à qui elle doit tout !

L’un des admirateurs de Sarah Bernhardt fut aussi le roi Edouard VII, qui adorait venir en France et surtout à Paris. La ville lumière comblait ses désirs de bonne chère et de plaisirs sensuels.

Une comédienne appelée Jeanne Granier

Chanteuse, elle fut l’une des personnalités parmi les plus marquantes de la vie parisienne de la fin du XIXe et du début du XXe siècle.

Le critique de l’époque, Rozière, écrira en 1904 dans le quotidienGil Blas

Jeanne Granier, c'est le sourire et c'est les larmes, c'est la fantaisie et le naturel, c'est une voix de joie et d'émotion, c'est Jeanne Granier enfin !

L’histoire dit que la chanteuse fut la maîtresse du roi Edouard VII dans sa jeunesse et c’est avec beaucoup de saveur que France Inter vous propose, dans sa fiction du dimanche soir, de renouer avec l’Histoire...

"Bertie et l’Entente Cordiale", fiction

Cette fiction, écrite spécialement pour l’émission Autant en Emporte l’Histoire, est signée par l'auteur britannique vivant à Paris, Stephen Clarke et l’auteur français Vincent Hazard, dont nous avons fait le portrait récemment.

Cette fiction réjouissante rappelle le temps où Edouard VII, surnommé Bertie par sa mère, la reine Victoria, favorisa l’amitié entre le Royaume Uni et la France.

Dimanche 8 janvier 2017, de 21h à 22h, ne manquez pas Bertie et l'Entente Cordiale, dans votre émission des Fictions de France Inter, Autant en emporte l'Histoire. Stéphanie Duncan recevra justement Stephen Clarke, l'un des auteurs de cette fiction.

Voici, pour vous, en avant-première, quelques minutes de cette fiction réalisée par Baptiste Guiton.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.